Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Richard Henry Bain reconnu coupable de meurtre non prémédité

    23 août 2016 | La Presse canadienne - Avec Le Devoir
    Richard Henry Bain était accusé de meurtre prémédité et de trois chefs de tentative de meurtre.
    Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Richard Henry Bain était accusé de meurtre prémédité et de trois chefs de tentative de meurtre.

    Richard Henry Bain a été reconnu coupable, mardi, du meurtre non prémédité du technicien de scène Denis Blanchette, abattu le 4 septembre 2012 au Métropolis de Montréal. 

    L’homme de 65 ans a aussi été reconnu coupable de trois tentatives de meurtre, notamment celle de Dave Courage, blessé lors de cette même soirée.

    À la fin de leur 11e jour de délibérations, mardi, les jurés ont donc rejeté la thèse de la défense, qui demandait que Bain soit reconnu non criminellement responsable pour cause de trouble mental. Les jurés ont par contre opté pour l’accusation réduite de meurtre non prémédité, alors que Bain était accusé de meurtre prémédité, l’accusation la plus grave.

    Le meurtre non prémédité est passible d’une peine de prison à perpétuité avec une possibilité de libération conditionnelle après 10 à 25 ans — cette décision appartiendra au juge Guy Cournoyer, après observations des avocats.

    «Il est content», a laissé tomber Alan Guttman, l'avocat de Richard Henry Bain, à la sortie de la salle d'audiences, au sujet de son client. «Je ne suis pas décu [du verdict], a-t-il ajouté, mais je ne suis pas content.»

    Attentat au Métropolis

    Richard Henry Bain était accusé relativement à l’attentat perpétré au soir de la victoire électorale des péquistes de Pauline Marois, le 4 septembre 2012. Les Québécois avaient vu en direct à la télévision leur nouvelle première ministre littéralement emportée par ses gardes du corps pendant son discours de la victoire.

    Bain, âgé de 65 ans, était lourdement armé et portait une cagoule de ski et une robe de chambre lorsqu’il a tiré un coup de feu derrière le Métropolis, avant que son arme ne s’enraye. Ce seul coup de feu a cependant été fatal pour Denis Blanchette, technicien de scène de 48 ans, et a grièvement blessé son collègue Dave Courage. Avec d’autres employés du Métropolis, les deux hommes attendaient à l’arrière de la salle de spectacles montréalaise que se termine la soirée électorale.

    Bain a finalement été plaqué au sol par un policier et arrêté sans pouvoir tirer d’autres coups de feu, malgré ses efforts, selon des témoignages entendus au procès. Alors qu’il était conduit au poste de police, il criait en français que « les Anglais se réveillent » — ces images, captées par les caméras de télévision, ont tourné en boucle depuis.

    30 jours d'audiences

    Pendant plus de 30 jours d’audiences, la défense a tenté de convaincre les jurés que M. Bain ne pouvait être tenu criminellement responsable de ses actes, en raison de problèmes de santé mentale — l’article 16 du Code criminel. 

    La docteure Marie-Frédérique Allard, psychiatre appelée à la barre plusieurs jours par la défense, a soutenu que l’accusé traversait vraisemblablement ce jour-là une crise psychotique provoquée par un trouble bipolaire non diagnostiqué et une surdose d’antidépresseur. Bain, lui, soutenait qu’il accomplissait une mission divine, et soutenait aussi qu’il ne se souvenait plus de rien.

    La Couronne, quant à elle, a tenté de démontrer que Bain était au contraire sain d’esprit et qu’il avait prémédité l’attentat parce qu’il détestait les souverainistes. Le psychiatre appelé par la Couronne, Joel Watts, a notamment contredit la thèse de trouble mental avancée par la défense.

    Par ailleurs, l’accusé a entre autres soutenu qu’il avait pris plusieurs comprimés de l’antidépresseur Cymbalta en début de soirée le 4 septembre. Or, à la toute fin du procès, une toxicologue judiciaire est venue dire aux jurés qu’aucune trace de Cymbalta n’avait été décelée dans l’organisme de l’accusé au lendemain de l’attentat meurtrier.

    Opinions politiques

    Dennis Galiatsatos, procureur de la Couronne, a aussi rappelé qu’après son arrestation, l’accusé avait écrit qu’il souhaitait « tuer le plus de séparatistes possible » et que si son arme ne s’était pas enrayée, il aurait continué à tirer — jusqu’a atteindre Mme Marois, s’il en avait eu l’occasion.

    Me Galiatsatos a plaidé que Bain avait des opinions politiques bien arrêtées, même après son arrestation — il a même téléphoné de la prison à une station de radio anglophone montréalaise pour défendre sa thèse de la partition de Montréal ville bilingue dans un Québec séparatiste.

    L’avocat de la défense, Alan Guttman, a plaidé que Bain ne s’était jamais véritablement remis d’une précédente psychose et qu’il s’était remis au Cymbalta à l’insu de son médecin en 2012.

    La défense a aussi plaidé que Bain voulait tirer au-dessus des têtes des techniciens de scène, comme il l’a affirmé à la police. Or, comment un chasseur expérimenté aurait pu rater autant sa cible?, a demandé la Couronne.

    Les représentations sur sentence auront lieu le 6 septembre.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.