Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Avis aux nostalgiques : le Québec et le Canada changent!

    13 mai 2016 | Jean-Marc Fournier - Leader parlementaire du gouvernement, ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne | Québec
    Jean-Marc Fournier
    Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Jean-Marc Fournier

    L’auteur réagit notamment à l’article « Le retour du mouton » (Le Devoir, ce mardi 10 mai 2016) du chroniqueur Michel David.

     

    Cher M. David,

     

    Le mouton ne reviendra pas. Le Québec a changé. La grande majorité des jeunes anglophones parlent français. Quatre-vingt-cinq pour cent des nouveaux arrivants connaissent le français à l’arrivée ou l’apprennent. Avec le passage de la seconde génération dans nos écoles, tous convergeront vers notre langue commune, le français.

     

    Cette transformation fondamentale, au Québec, se produit alors que les gestes d’accueil et d’acceptation du français se multiplient au Canada. On ne peut nier cette évolution favorable au français.

     

    Nous sommes plusieurs à croire que l’identité québécoise permet une appartenance canadienne et qu’une résonance accrue de notre langue au Canada peut y contribuer. L’évolution du nombre de classes d’immersion, le désir d’augmenter le nombre d’immigrants qui parlent français et l’offre active de services en français sont autant de signes concrets d’une meilleure acceptation du français dans le reste du pays.

     

    Dans ce contexte de changement, les sondeurs répètent que 75 % des Québécois, à divers degrés, déclarent ressentir une appartenance canadienne. Pour plusieurs, tout comme moi, nous sommes québécois, et c’est notre façon d’être canadiens.

     

    Évidemment, si on ne veut rien savoir du Canada, c’est autre chose. On peut fermer les lumières, ne se souvenir que des grandes batailles et, à chaque geste portant atteinte au français, oublier le progrès et tirer une conclusion de rejet total. La suite est connue : il suffit alors d’une phrase pour qualifier ceux et celles qui ne pensent pas comme eux de « Canadiens français du temps des parades » et de les faire passer pour de moins bons Québécois. Rien de tout cela ne sert valablement notre langue. Cela ne sert qu’à diviser. Au cours des 50 dernières années, il y a eu une transformation fondamentale du Québec et une évolution certaine du Canada.

     

    Le Québec et le Canada changent. Nous avons assuré la présence du français au Québec. Les communautés francophones et acadiennes ont su faire de même à l’extérieur des frontières du Québec. De nombreux anglophones, dont ces parents qui ne parlent pas français et qui inscrivent néanmoins leurs enfants en classes d’immersion française, portent le message de légitimité du français. Aujourd’hui, on peut souhaiter que, au Québec et au Canada, on choisisse d’être ensemble pour le français. Je rejette la division et ne veux rien savoir du retour du mouton. Je travaille à ce que nous soyons ensemble pour le français. Et je le fais comme Québécois à part entière.

     

    Réponse du chroniqueur


    Cher M. Fournier,

     

    Je connais le sentiment affectueux que vous éprouvez pour le Canada, qui vous le rend d’ailleurs très mal. Votre patience dans la contemplation de ce fruit qui refuse obstinément de mûrir force l’admiration. J’ai toutefois du mal à concilier le jovialisme de votre diagnostic sur l’état de santé du français avec la baisse constante de la proportion de francophones dans toutes les provinces, y compris le Québec. Je suis heureux d’apprendre que vous avez noté « la transformation fondamentale du Québec » et « l’évolution certaine du Canada » au cours du dernier demi-siècle. Jusqu’à ce que je lise votre lettre, cela ne m’était pas apparu évident.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.