Les orphelins de Pierre Karl Péladeau

À première vue, le dernier sondage Léger-Le Devoir a tout pour plaire à Alexandre Cloutier, qui part avec deux longueurs d’avance dans la course à la succession de Pierre Karl Péladeau. C’est avec lui que le PQ aurait les meilleures chances de battre les libéraux, et il est de loin celui qui est le mieux perçu par les caquistes et les solidaires.

 

Quelque chose devrait pourtant le faire sourciller. Compte tenu de la marge d’erreur, les 27 % d’intentions de vote des électeurs péquistes dont il est crédité le placent sensiblement au même niveau qu’à l’issue de la course de l’an dernier (29,2 %). Cela signifie qu’il n’a rien récupéré des appuis que Pierre Karl Péladeau avait reçus au congrès de mai 2015 (57,6 %).

 

Soit, le sondage n’a pas été mené auprès de membres en règle du PQ, qui sont seuls habilités à voter pour le choix du chef, mais l’expérience enseigne qu’ils se comportent généralement comme les électeurs péquistes.

 

On peut penser que les 15 % recueillis par Bernard Drainville correspondent grosso modo au résultat qu’il aurait obtenu s’il avait terminé la course l’an dernier, plutôt que de se rallier à M. Péladeau, mais il est maintenant acquis qu’il ne sera pas sur les rangs.

 

Les 14 % de partisans de Jean-Martin Aussant, qui a coupé court aux spéculations sur sa possible candidature, sont sans doute en grande partie des orphelins de PKP, qui doivent aussi être nombreux parmi les 22 % d’indécis. Vers qui se tourneront-ils ?

 

 

Plusieurs l’avaient appuyé en se bouchant le nez, voyant en lui un sauveur qui les conduirait à la terre promise même si son passé antisyndical heurtait leurs valeurs sociales-démocrates. Alexandre Cloutier est sans aucun doute un social-démocrate, mais Véronique Hivon et Martine Ouellet peuvent aussi revendiquer cette étiquette.

 

Ceux qui se préoccupent d’identité pouvaient facilement se reconnaître en Pierre Karl Péladeau ou en Bernard Drainville. Ils doivent se sentir moins d’affinités avec Alexandre Cloutier ou Véronique Hivon, qui se réclament plutôt d’un nationalisme civique.

 

La charte de la laïcité était peut-être une mauvaise expression de l’identité québécoise et une bourde stratégique, qui a permis au camp fédéraliste de se présenter en défenseur des droits et libertés, mais l’identité demeure la pierre d’assise du projet souverainiste. Abandonner ce terrain à la CAQ serait une grave erreur.

 

Plusieurs ont dû être surpris que Véronique Hivon obtienne la faveur de seulement 11 % des électeurs péquistes, alors que son nom est sur toutes les lèvres. Même si elle a été louangée pour son rôle dans l’adoption de la loi sur l’aide médicale à mourir, sa notoriété demeure relativement faible. C’était aussi le cas d’Alexandre Cloutier quand il s’est lancé dans la course à la succession de Pauline Marois. Plusieurs le tenaient pour quantité négligeable, y compris ses adversaires.

 

Mme Hivon n’a pas eu l’occasion de se prononcer sur des sujets autres que ceux dont elle était responsable au sein de l’aile parlementaire. En quoi se distingue-t-elle de M. Cloutier, dont elle vantait les qualités il y a un an ? La compassion est une belle qualité, mais elle ne constitue pas une plateforme ni une garantie de leadership.

 

La longueur de la dernière course avait bien servi M. Cloutier, qui avait eu le temps de se faire connaître. L’approche des élections et la nécessité de tenir un congrès d’orientation risquent de priver Mme Hivon d’un temps précieux. Ceux qui définiront les règles du jeu devront être conscients qu’elles pourraient avoir un impact sur l’issue de la course.

 

 

Le sondage Léger-Le Devoir constitue certainement une déception pour Martine Ouellet. Des 13,2 % d’appuis recueillis l’an dernier, il ne reste plus que 4 %. Une autre qu’elle en serait peut-être découragée, mais baisser les bras ne fait pas partie de son ADN.

 

Alors que le flou sur la tenue du référendum est presque devenu la règle au PQ, Mme Ouellet avait eu le grand mérite d’être claire. Si sa candidature se confirme, on peut compter sur elle pour forcer ses adversaires à l’être aussi.

 

Il est paradoxal que le Oui fasse un bond de six points au moment où M. Péladeau quitte la scène. Un score de 41 % est nettement supérieur aux intentions de vote du PQ, peu importe qui en serait le chef. Mme Ouellet pourra y faire la preuve que le PQ a tout intérêt à s’engager à tenir un référendum dans un premier mandat.

 

Avoir raison est parfois un tort. Certains n’ont jamais pardonné à Jean-François Lisée d’avoir qualifié M. Péladeau de « bombe à retardement ». Il est à espérer que le faible appui (6 %) dont il bénéficie ne le dissuade pas d’entrer dans la course. Les péquistes ont toujours eu du mal à accepter qu’on leur dise leurs quatre vérités, mais ils en ont grand besoin.

30 commentaires
  • Marie Nobert - Abonnée 7 mai 2016 03 h 59

    La «sottise» des pronostics... (!)

    Ça manque de sérieux, là, là!

    JHS Baril

  • Hélène Gervais - Abonnée 7 mai 2016 05 h 43

    J.F.Lisée avait raison ....

    comme on dirait qu'il n'a pas de sentiments, il est plus détaché et donc plus lucide. Moi non plus je ne l'avait pas pris qu'il dise cela. Il est brillant, il pourrait être chef du P.Q., mais il me fait un peu penser à PKP comme caractère. Que ce soit Cloutier, Hivon ou Ouellet, ils ont l'expérience de l'assemblée nationale. Et pour une fois les membres ne voteront pas pour un sauveur, car il ne devrait pas y avoir une grosse surprise cette fois-ci.

    • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 7 mai 2016 18 h 48

      J.F.Lisée doit rester au cabinet, mais pas comme premier ministre.

  • Eric Lessard - Abonné 7 mai 2016 06 h 33

    Le retour de la gauche

    Personellement, je crois que la légère remontée de l'indépendance au Québec est surtout dû au retour de la gauche au Canada personnifiée par Justin Trudeau. On apprend que si des élections fédérales avaient lieu au Québec, le parti libéral de Justin Trudeau remporterait 74 des 75 circonscriptions du Québec. C'est probablement la Beauce qui serait le seul compté à voter conservateur.

    Or, c'est vrai que les Trudeau arrivent à donner un sens positif et important à l'État, qui va dans le sens des droits et libertés. Les gens se disent que si un état fort est bon pour le Canada, c'est peut-être bon aussi pour le Québec.

    À l'opposée, si Stephen Harper avait gagné, on peut penser que l'appui à l'indépendence serait autour de 30%. Les gens auraient tellement peur pour l'avenir de leur économie qu'ils voudraient rester à tout prix dans le Canada. Le conservatisme appelle à la prudence et à la méfiance quant au changement et aux innovations.

    • Normand Carrier - Abonné 7 mai 2016 10 h 06

      Depuis quant la gauche fédéraliste , centralisatrice et multiculturalisme favorise l'indépendance du Québec ? J'associerais cette gauche au NPD et au PLC de Justin Trudeau lesquels au contraire font tout le nécessaire pour nuire a l'indépendance du Québec ......

  • Normand Carrier - Abonné 7 mai 2016 06 h 42

    Le tandem Cloutier et Hivon ......

    Il n'y a aucun doute que les grands amis Cloutier et Hivon viennent de se positionner confortablement dans la course pour la direction du PQ ...... Il n'est pas exclus que Véronique HIvon se sacrifie pour se rallier a Alexandre Cloutier pour sauver du temps , de l'argent et en faire un couronnement ............. Cette alternative serait souhaitable a une forte proportion des membres qui auront a se prononcer ..........

    Beaucoup d'orphelins de Péladeau iront vers cette solution comme plusieurs membres qui refusent de renouveller leurs cartes sous prétexte qu'ils n'ont pas votés pour PKP car ils proviennent du milieu syndical ou environmentaliste et affirment que leurs candidats de premier choix est toujours Alexandre Cloutier .....

    Il est rigolo d'entendre le libéraux affirmer que ce sera plus facile avec Cloutier alors qu'ils se préparaient a démoniser PKP pour ses avoirs dans Québécor Média et avaient préparé leurs stratégies en fonction d'un affrontement PKP ...... Il ne faut pas se faire d'illusions car les membres du PQ vont choisir celui qui aura le plus de chance de battre les libéraux et dégommer ce parti de sans-coeur et de magouilleurs ....

    • Emmanuel Lyng-Sabatier - Inscrit 7 mai 2016 23 h 51

      Cloutier et Hivon sont des avocats, et sont loins de représenter le peuple mais plutôt l'élite.

      Personnellement je ne pourrais jamais voter pour un juriste, par definiton ils sont anti-democrates. Les lois sont créés pour restreindre la liberté pas pour la protéger.

      Nos ancêtres vivaient plus libre que nous, nous sommes devenus esclaves de la technologie et de la loi. Seul l'espoir nous, l'espoir d'un monde meilleur.

  • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 7 mai 2016 06 h 51

    Passez-nous la puck pis on va en compter des buts!!!

    Depuis qu'on est nés on se fait appeler les " enfants-roi", mais personne ne nous a encore laissé régner sur quoi que ce soit.

    Le PQ est composé de fossiles, ça ferait du bien un prospect qui motive la jeunesse...

    Go Cloutier, Go!

    • Christian Montmarquette - Inscrit 7 mai 2016 14 h 20

      Plutôt que nous scander un slogan..

      Il aurait été intéressant de nous dire pourquoi vous appuyez tant cette candidature? - Parce qu'il est jeune? C'est de l'âgisme à mon avis.

      Car il existe des jeunes vieux comme Léo Bureau-Blouin et comme le fût un jour Mario Dumont..

      Comme il existe de vieux jeunes pas encroutés pour deux sous, qui adhèrent aux valeurs nouvelles et innovatrices, comme le fût le cas de Michel Chartrand et aujourd'hui Amir Khadir..

    • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 7 mai 2016 14 h 50

      Bien vu M. Montmarquette, c'est un peu de l'agisme mais je n'ai jamais fait confiance au petit Léo, moi j'aimerais enfin voir un Y diriger.

      Et aussi parce que je suis peut-être naïve mais je crois en sa probité, il est optimiste, vaillant, il a des idées nouvelles, c'est pas un trippeux de charte.

      Il a la même belle image que Trudeau mais avec des idées en bonus.

      Parce que c'est le seul à s'être tenu debout et à ne pas plier devant le monumental PKP a la dernière course.

      Parce qu'il a une vision pour télé-Québec et je trouve ça important.

      Car il ne croit pas que l'avenir du Québec est le pétrole.

      Parce qu'il le mérite car c'est le seul qui puisse vaincre Couillard aux prochaines élections!!!

    • Jean Jacques Roy - Abonné 7 mai 2016 22 h 57

      "j'aimerais enfin voir un Y diriger." C-A Bouchard

      Croyez-vous Madame Bouchard qu'un X-Y-Z, si gentil ou gentille soit-ils va redresser le PQ? C'est d'un redressement qu'aurait besoin le PQ.

      En élisant PKP il y a un an, le PQ a fait l'économie d'un bilan et de débats pour s'accrocher à son chef et sauveur. PKP a à peine mis le nez dehors que déjà la parade des possibles chefs est commencé. Un autre messie s'en vient.

    • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 8 mai 2016 16 h 01

      M Roy, j'ai un préjugé favorable envers ma génération c'est vrai, mais moi j'y crois que Cloutier peut redresser le PQ.

      Pourquoi pas???

    • Jean Jacques Roy - Abonné 9 mai 2016 20 h 32

      Madame Bouchard, loin de moi de vous reprocher vos espoirs.

      Par contre, que pensez-vous de la déclaration de Aussant qui affirme ce que sensiblement je notais dans mon commentaire: la nécessaire refondation du PQ?