Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Sécurité internationale

    La francophonie n’est pas à blâmer

    Il est hasardeux de conclure que les pays francophones constituent un terreau fertile du terrorisme

    3 mai 2016 | Julien Tourreille - Coordonnateur à la programmation du Forum St-Laurent sur la sécurité internationale, une initiative conjointe du CERIUM (Université de Montréal), de la Chaire Raoul-Dandurand (UQAM) et des HEI (Université Laval) | Actualités internationales
    La place de la République a servi de point de ralliement pour les Français à la suite des attentats du 13 novembre survenus à Paris.
    Photo: Thomas Samson Agence France-Presse La place de la République a servi de point de ralliement pour les Français à la suite des attentats du 13 novembre survenus à Paris.

    Dans un essai publié fin mars 2016 sur le site de la prestigieuse revue Foreign Affairs, les chercheurs William McCants et Christopher Meserole affirment que les attentats en France et en Belgique mettent en évidence une « vérité troublante ». Constatant que quatre des cinq pays présentant le plus haut taux de combattants islamistes radicaux au monde sont la France, la Belgique, la Tunisie et le Liban, ils soutiennent que le « meilleur prédicteur de la radicalisation de combattants étrangers » est le caractère francophone d’un pays. La Francophonie serait-elle donc le terreau fertile de menaces majeures à la sécurité internationale ?

     

    Si séduisante que cette thèse puisse paraître aux amateurs de French bashing, elle souffre de nombreux maux rédhibitoires. Tout d’abord, elle repose davantage sur la corrélation entre deux phénomènes (le caractère francophone d’un pays d’une part, le ratio de personnes attirées par l’islamisme radical par rapport à la population de confession musulmane d’autre part) et n’établit pas un lien de causalité entre eux.

     

    Surtout, les auteurs semblent penser qu’une personne vivant dans un pays membre de l’Organisation internationale de la Francophonie est de facto francophone. Or, au sein des 80 États et gouvernements adhérant à cette institution, les francophones sont souvent minoritaires. C’est par exemple le cas en Belgique où, de fait, la majorité des combattants étrangers proviennent des régions flamandes.

     

    Pas un bloc monolithique

     

    Plus fondamentalement, si des pays ont en commun le français comme langue officielle, la francophonie n’est pas un bloc monolithique dans lequel la culture politique, et notamment la conception de la laïcité que McCants et Meserole qualifient de « véhémente » et « agressive », est identique. La France et la Belgique interdisent certes toutes deux le port d’un voile masquant le visage dans le domaine public. La question du voile dans les écoles est néanmoins abordée de manière nettement différente dans les deux pays. Celui-ci est interdit dans les écoles françaises, alors que, dans le système décentralisé belge, ce sujet est de la compétence des communautés linguistiques, celles de langue française apparaissant au demeurant nettement moins restrictives en la matière que celles de langue flamande.

     

    En outre, la laïcité a une signification, et une existence, bien différente dans les autres pays francophones auxquels font allusion McCants et Meserole. En Tunisie, celle-ci relevait plus au cours des dernières décennies du nationalisme panarabe que de la conception propre à la République française. Qui plus est, depuis 2011, l’émergence sur la scène politique tunisienne du parti islamiste Ennahdha, peu enclin à partager la conception française de la laïcité, ne semble pas avoir fait perdre à la Tunisie son premier rang de pays exportateur de combattants islamistes radicaux au monde.

     

    Le cas du Liban est encore plus limpide tant la culture politique du pays est éloignée de celle de la France. Contrairement à la France unitaire et centralisée, le système politique libanais est articulé sur la base des divisions entre les communautés religieuses et ethniques.

     

    Repenser l’intervention internationale

     

    Face à une menace manifestement délicate à comprendre, il apparaît nécessaire d’amorcer une réflexion sur les interventions destinées à l’enrayer. Dans la foulée du 11 septembre 2001, les États-Unis ont décidé avec leurs alliés d’une intervention militaire en Afghanistan dans le but de détruire al-Qaïda, et de punir ses hôtes les talibans. En 2003, le renversement de Saddam Hussein devait, selon l’ambition de l’administration Bush, faire de l’Irak un modèle pour la recomposition politique du « Grand Moyen-Orient » et ainsi éradiquer une racine majeure de l’islamisme radical dans la région : les régimes autoritaires, avec toutes les conséquences que l’on sait.

     

    Si les grandes opérations telles que celles menées en Afghanistan ou en Irak ne semblent plus d’actualité, l’outil militaire demeure largement privilégié pour lutter contre les organisations terroristes se réclamant de l’islam radical. Les drones américains frappent régulièrement al-Qaïda au Pakistan, al-Qaïda dans la péninsule arabique au Yémen, ou encore les shebab en Somalie. Après avoir lancé en janvier 2013 l’opération Serval pour empêcher la chute du Mali aux mains des djihadistes, le combat contre ceux-ci à travers la bande sahélo-saharienne demeure une priorité pour le gouvernement français. Depuis août 2014 enfin, une coalition internationale menée par les États-Unis lutte à coups de bombardements et de déploiement de forces spéciales contre le groupe État islamique en Irak et en Syrie.

     

    Comprendre les sources des menaces

     

    Si le recours à la force militaire peut rassurer des opinions publiques inquiètes et dégrader les capacités opérationnelles de groupes menaçants, il n’apparaît toutefois pas comme la solution magique pour éliminer une menace sérieuse, mais pas existentielle, à la sécurité internationale. Ainsi, le mode d’intervention contre l’islamisme radical, que ce soit à l’étranger ou au sein des sociétés affectées, doit être repensé.

     

    Cela commence par une meilleure compréhension des défis et des conflits sur lesquels ce discours tend à prospérer, que ce soit l’intégration des populations musulmanes dans les pays occidentaux, les anciennes rivalités de pouvoir qui déstabilisent le Moyen-Orient comme de larges pans de l’Afrique subsaharienne, ou encore l’impact significatif des changements climatiques sur les conflits dans ces régions.

     

    Comme le démontrera la tenue ce 6 mai à Québec de la deuxième édition du Forum St-Laurent sur la sécurité internationale, un rassemblement annuel en voie de devenir incontournable, il existe une expertise francophone capable de débattre et de proposer des solutions aux défis de notre temps et de réfléchir à ceux de demain.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.