Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Débat sur l’immigration

    Un peu de retenue et de clairvoyance, M. Couillard!

    S’inquiéter de l’avenir de la francophonie ne relève pas de l’intolérance

    17 mars 2016 | Gérard Bouchard - Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les imaginaires collectifs de l'Université du Québec à Chicoutimi | Québec
    «Le diktat du premier ministre est une forme d’intimidation qui procède d’un pur manichéisme», selon l'auteur.
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne «Le diktat du premier ministre est une forme d’intimidation qui procède d’un pur manichéisme», selon l'auteur.

    Le premier ministre Couillard propose de relever à 60 000 et plus le nombre annuel d’immigrants au Québec et, selon lui, ce serait faire preuve d’intolérance que de s’interroger sur les conséquences qui pourraient s’ensuivre pour l’avenir culturel du Québec. Cette espèce d’injonction indispose pour trois raisons.

     

    Elle indispose, d’abord, à cause de ses effets délétères sur le débat public, lequel se trouve ainsi polarisé et vicié dès le départ : ici, la vertu pluraliste libérale ; là, la xénophobie et la vision crispée propres au nationalisme étroit. Dans cette matière comme dans d’autres, il est aisé de monopoliser la moralité, il suffit d’élever la barre (jusqu’au point où on ne peut passer que par-dessous…). Cette logique conduit à une forme de radicalisme lorsqu’elle perd de vue les coûts latéraux et les contraintes du réel. Ainsi, il est prévisible qu’une augmentation imprudente du nombre d’immigrants aggravera parmi cette sous-population un taux de chômage qui est déjà trop élevé. C’est là, on le sait, une vieille tare dont l’État semble vouloir s’accommoder sans se préoccuper des coûts sociaux à long terme. Il est légitime aussi de craindre un fardeau additionnel du côté de la francisation des nouveaux venus, une opération vitale qui va déjà trop lentement.

    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne «Le diktat du premier ministre est une forme d’intimidation qui procède d’un pur manichéisme», selon l'auteur.

    Gestion de la diversité culturelle

     

    L’ukase du premier ministre gêne, en deuxième lieu, à cause de la philosophie qu’elle trahit en matière de gestion de la diversité culturelle. On semble s’en remettre ici exclusivement à une logique des affaires : haussons le nombre d’immigrants pour s’assurer que les entreprises y trouveront les candidats dont elles ont besoin en ce moment, et que les autres se débrouillent. Pour le reste, laissons aux sociologues, aux travailleurs sociaux et aux citoyens bénévoles le soin de l’intégration sociale et culturelle, avec des moyens dramatiquement insuffisants. Nous sommes ici aux prises avec une logique comptable qui est l’un des pires travers du néolibéralisme.

     

    Enfin, le diktat de monsieur Couillard est une forme d’intimidation qui procède d’un pur manichéisme. Il fait injure aux complexités de la vie interculturelle et du pluralisme appliqué. Chacun sait qu’il y a dans ce domaine un arbitrage difficile à conduire entre des impératifs divergents qui mettent en compétition des valeurs et des idéaux, des normes juridiques et des réalités sociologiques, des objectifs politiques immédiats et des enjeux sociaux à long terme. Il en découle de nécessaires compromis à concevoir dans un esprit hostile à toute forme de radicalisme. Or, l’un des impératifs les plus importants à aménager concerne la situation et les perspectives de la culture québécoise au sein du continent et dans le monde. Sur ce sujet, on attendrait de notre gouvernement une réflexion pressante qui ne vient pas.

     

    Je fais partie de ceux et celles qui s’inquiètent fort de l’avenir culturel du Québec dans le contexte général créé par la mondialisation. Je note aussi qu’une semblable inquiétude affecte des sociétés plus anciennes, plus nombreuses et beaucoup mieux pourvues que la nôtre. Et comme tout historien et sociologue, je suis informé des difficultés qui menacent les sociétés dont les assises symboliques se défont. Enfin, je ne peux pas être insensible aux luttes incessantes qui, depuis quatre siècles, ont été courageusement menées par nos devanciers afin d’édifier sur ce territoire une vie collective originale et pour conférer une dignité à ses différences. Je trouve particulièrement injurieux qu’on impute à des relents d’intolérance ce genre de préoccupations, pourtant des plus légitimes. Comme si l’idéal pluraliste imposait de faire table rase de tout le reste.

     

    Bref, un peu de retenue, de respect et de clairvoyance, Monsieur Couillard.

    «Le diktat du premier ministre est une forme d’intimidation qui procède d’un pur manichéisme», selon l'auteur. Gérard Bouchard












    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.