Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Vache folle: une gestion de crise plus médiatique que sanitaire

    23 août 2003 |Fabien Deglise
    Plus de trois mois après la découverte du premier cas indigène d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) — la maladie de la vache folle — au Canada, les éleveurs de bovins du Québec et d'ailleurs au pays ne semblent toujours pas voir la lumière au bout du tunnel. Et ce, même si depuis deux semaines les États-Unis ont levé partiellement l'embargo, imposé depuis mai dernier, sur les exportations de viande bovine canadienne. Normal, croit le spécialiste français de l'ESB, Jean-Philippe Deslys. Car face à la crise, le Canada s'est comporté comme tous les autres pays touchés avant lui par cette étrange maladie, France et Grande-Bretagne en tête. En prenant les mêmes décisions, en faisant les mêmes erreurs pour, au bout du compte, une incidence sur la confiance des consommateurs et l'économie tout à fait prévisible.
    Cher lecteur, le reste de cet article est réservé aux abonnés.

    Abonnez-vous!

    À partir de 9,35$ par mois En savoir plus

    Je suis déjà abonné

    Se connecter
    Je suis abonné papier mais je n'ai pas encore de profil.
    Créez un profil lié à votre abonnement.
    Vous pouvez également acheter cet article.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel