Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Mariage homosexuel - Une Église autoritaire qui perd de vue l'Évangile de Jésus de Nazareth...

    19 août 2003 |Clermont Rainville - Prêtre
    Sexualité, mariage hétérosexuel, union homosexuelle, union de fait, séparation, divorce, célibat, une Église qui «impose» et veut «garder son pouvoir» sur les consciences, une Église qui semble loin de l'Évangile, censé être la «bonne nouvelle» de Jésus de Nazareth... Une Église qui prétend posséder «la vérité» en ne relisant pas vraiment, me semble-t-il, quelques pages du projet évangélique de Jésus de Nazareth qui nous invite à nous «réaliser» comme personnes humaines et à «nommer» le Dieu de la vie...

    Jésus de Nazareth, que l'on appelle, dans la foi, le «Fils de Dieu», a toujours, pour sa part, une attitude d'accueil, d'ouverture d'esprit, de compréhension, de respect de l'autre, qui qu'il soit... Il ne juge pas, ne condamne pas... Il appelle l'être humain, quelle que soit sa situation, quelles que soient ses difficultés et ses souffrances, à la recherche du «meilleur»... En nommant un Dieu «proche» de toute personne, il invite alors à un amour qui vient du plus profond de l'être, à un amour qui vient du coeur, là où habite le Dieu de la vie, le Dieu qui nous appelle à nous «tenir debout», qui nous appelle à la «liberté d'être»... C'est là, je crois bien, une invitation, au coeur de la réalité et des enjeux de notre société, à être profondément «humain»...

    Déclarations autoritaires

    Je dois avouer que je ne suis pas vraiment capable de reconnaître cette attitude et ces propos évangéliques dans les déclarations «autoritaires» du Vatican et de l'Église hiérarchique sur les questions sexuelles et plus particulièrement, ces jours-ci, sur l'homosexualité, le mariage gay ou l'union civile de gays et de lesbiennes. L'Église a peut-être peur de continuer à perdre «son pouvoir» sur les consciences alors que la «liberté de conscience» est une affirmation première de l'Évangile, du pape Jean XXIII et du Concile Vatican II, il y a déjà 40 ans... L'Église «autoritaire» des dogmes, une Église «doctrinale» qui «impose la vérité», cette Église s'est retirée à l'écart avec Jean XXIII et le Concile Vatican II... L'Église a alors relu l'Évangile, elle s'est voulue accueillante et ouverte, oecuménique et universelle, présente aux enjeux de notre monde. Trop de croyantes et de croyants, en particulier chez ceux qui détiennent une forme de pouvoir, l'ont peut-être oublié...

    La question du mariage gay, et des personnes qui vivent l'homosexualité, peut être, aujourd'hui, pour les personnes qui le désirent, une bonne occasion de «relire» l'Évangile, de «redécouvrir» les valeurs humaines qu'il propose, et de nommer, à notre tour, le Dieu de la vie qui invite toute personne à aimer avec tout son être! Que l'on soit croyant ou non, quelles que soient les distances que l'on ait prises, il est urgent de cesser de juger et de condamner...

    Apprenons très simplement à reconnaître la dignité de toute personne, y compris des personnes qui vivent l'homosexualité, le divorce, l'union de fait... L'Église ne doit pas rassembler que des «purs» et ceux ou celles qui n'ont que «les bonnes réponses»... Elle s'adresse aux femmes et aux hommes que nous sommes! Qu'elle évite d'être «sectaire»... L'Église et les croyants pourraient alors, s'ils le voulaient, et à la lumière de l'Évangile et des cultures auxquelles nous appartenons, être un support en ce sens...












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.