Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le pape inaugure «Vatican II»

    L’unité du genre humain, but premier du Concile.

    18 mars 2010 14h00 |Claude Ryan
    Texte publié le 12 octobre 1962 et signé de Claude Ryan lui-même, envoyé spécial à la Cité du Vatican.

    Splendeur liturgique

    C’est par une cérémonie d’une grande précision, comme le sont toutes les célébrations liturgiques, que s’est ouvert solennellement hier, le concile oecuménique Vatican II.

    Le clergé régulier et séculier, de même que des milliers de fidèles, se sont assemblés de bonne heure sur la place Saint-Pierre. À mesure qu’ils arrivaient, les cardinaux et les Pères du concile, se dirigeaient vers diverses salles du palais du Vatican pour y revêtir leurs ornements liturgiques. Pendant que le Saint-Sacrement était exposé dans la chapelle de Saint-Paul, le pape revêtit ses ornements puis se rendit y encenser l’Hostie. Après quoi, le cortège se forma.

    Les membres laïques de la maison pontificale ouvraient la marche suivis des camériers, des procureurs, des confesseurs, des procureurs généraux des communautés religieuses, des avocats consistoriaux, des chantres, le maître du Sacré-Palais, le commissaire du Saint-Office, les auditeurs de la Rote et les aumôniers du pape.

    Venaient ensuite dans l’ordre indiqué, les Pères abbés, les évêques, les archevêques, les primats, les patriarches et les cardinaux.

    À leur suite, la foule vit enfin apparaître le groupe pontifical, comprenant les cardinaux et les dignitaires qui ont assisté le pape dans la cérémonie, puis le pape assis sur un siège recouvert d’un baldaquin.

    En pénétrant dans la basilique, chaque membre du cortège s’est découvert, s’est approché de l’autel, s'est incliné profondément puis a gagné son siège qui lui avait été attribué à l’avance. À l’entrée du pape tous se levèrent.

    Après avoir déposé sa mitre, le pape est monté à la tribune qui lui était réservée et il a entonné le Veni Creator. La messe, célébrée par le cardinal doyen, Eugène Tisserant, commença.

    Après la messe, les Pères du concile ont fait profession d’obéissance au pape. Le secrétaire du concile, Mgr Pericle Felici, a déposé l’Évangile sur l’autel. Deux évêques, portant le missel et un candélabre, se sont approchés de Jean XXIII qui a récité le psaume LXXXIII.

    Ce fut ensuite la récitation de la prière solennelle qui a marqué l’ouverture du concile.

    Deux chantres entonnèrent alors les litanies. À un moment, le pape interrompit la récitation pour introduire une invocation spéciale sur le concile qui s’ouvrait. Par trois fois, il appela sur le concile la bénédiction du ciel, à l’aide d’une croix qu’il tenait dans la main droite à la place de sa crosse pastorale.

    Après la récitation d’une oraison et de l’Évangile, le pape prononça l’allocution d’ouverture du concile.

    Le pape ayant donné sa bénédiction, Mgr Felici est monté à l’ambon et a communiqué à l’assemblée le jour et l’heure de la première congrégation générale, soit samedi, 13 octobre.

    Il y a quelques jours, une brochure rédigée en latin et décrivant chacune des étapes de cette célébration grandiose, avait été remise aux Pères du concile afin que chacun d’eux puisse préparer avec minutie sa participation à cette manifestation d’unité catholique.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.