Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Liste des articles liés à « Public Broadcasting Service (PBS) »

    1 à 9 sur 9
    • 1
    • 2
    • 3
    • 4
    • 5
      Odile Tremblay

      Nostalgia

      18 août 2012 | Odile Tremblay | Musique
      En jouant l’autre soir avec ma télécommande, je suis tombée sur la chaîne PBS qui vendait en ligne et en coffrets DVD les meilleurs numéros musicaux d’Ed Sullivan Show des années 60. Histoire d’allécher le client, on nous servait quelques morceaux choisis avec les Stones, les Beatles, The Mamas and The Papas, etc., moments clés de l’illustre histoire du rock. Dans combien de foyers les gens fredonnaient-ils ces chansons-cultes à l’unisson ? On devait être nombreux. La première apparition télé des Beatles en Amérique fut chez Ed Sullivan un certain 9 février 1964. Le Fab Four avait entonné tout guilleret et presque sage I Want to Hold Your Hand devant 73 millions de téléspectateurs. Chacun se souvient de ce moment-là, ancré même dans les têtes d’enfant. Un chapitre de l’histoire musicale venait de s’ouvrir sur le petit écran noir et blanc, faut dire.
      0 réaction | 2 votes
    • 6
      Frank Morgan<br />

      Jazz - Frank Morgan chez NPR

      7 août 2010 | Serge Truffaut | Musique
      Depuis trente ans, voire davantage, la pianiste Marian McPartland anime une émission hebdomadaire sur les ondes du réseau NPR, le pendant radio de PBS. Le topo est toujours le même: entre deux dialogues avec un musicien de son choix, elle l'accompagne. On peut l'écouter en direct. On peut surtout passer des heures de plaisir en puisant dans les archives de Marian McPartland Piano Jazz.
      2 réactions | 2 votes
    • 7
    • 8

      À voir à la télévision le mercredi 1er août - Les phénix de Soulsville

      28 juillet 2007 | Amélie Gaudreau | Médias
      Pour les amateurs de soul «en dilettante», cette musique est symbolisée par Motown, l'étiquette de Detroit qui a lancé les grandes vedettes noires dans les années 60 et 70. Pourtant, dans la ville d'Elvis, Memphis, une compagnie de disques qui sort de l'ordinaire mettait au monde des géants de la soul dès 1957. Stax Records, d'abord une salle de spectacle (arborant une magnifique marquise indiquant qu'ici on était à «Soulsville, USA») et un magasin de disques, devenait par «accident» un label dirigé par des Noirs et des Blancs produisant des artistes noirs et blancs, une exception en ces temps de luttes raciales naissantes... Otis Redding et Booker T and the MG's (groupe multiracial devenu légendaire grâce à son blues-rock-soul accrocheur) ont fait la gloire de la première vie de Stax records, une vie qui s'est achevée avec les décès tragiques de Redding et de Martin Luther King (assassiné au Lorraine Motel, le repère des musiciens de l'étiquette) et surtout l'appropriation des droits de tout le catalogue de la compagnie par Atlantic, avec qui elle avait une entente de distribution depuis quelques années.
      0 réaction | 0 vote
    • 9
      Paul Cauchon

      Médias - PBS enquête sur les médias

      19 février 2007 | Paul Cauchon | Médias
      «Le sensationnalisme, le potin, la fabrication de la controverse sont devenus nos priorités, au lieu de chercher à obtenir la vérité. Nous sommes devenus frivoles». Celui qui prononce cette phrase n'est pas un deux de pique. Il s'agit de Carl Bernstein, un des deux «héros» du Watergate qui, avec son collègue Woodward, avait mis au jour ce scandale qui avait fait tomber le gouvernement Nixon.
      4 réactions | 0 vote
    1 à 9 sur 9

    Alerte courriel

    M'inscrire
    Inscrivez-vous pour recevoir les alertes