Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Liste des articles liés à « Jacques Lacoursière »

    1 à 10 sur 14
    • 1
    • 2
    • 3

      En bref - L'historien Jacques Lacoursière sera honoré par le MNQ

      23 février 2012 | Le Devoir | Livres
      L'historien Jacques Lacoursière sera honoré samedi soir par le Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ). Il se verra décerner la médaille René-Chaloult, qui reconnaît «le travail» et «l'œuvre» d'une personnalité «qui a atteint un haut niveau d'excellence dans son domaine et qui s'est distinguée par une contribution exceptionnelle au développement du Québec», lors d'une cérémonie tenue à l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec.
      1 réaction | 1 vote
    • 4
    • 5
    • 6
      Louis Hamelin

      La Crise d'octobre, une histoire de chiffre

      19 septembre 2009 | Louis Hamelin | Livres
      Samedi soir dernier, je me tapais en ligne les épisodes de la discutable et très mauvaise série de la CBC October 1970. Au même moment, Jean Barbe, ai-je appris, grimpait dans le kiosque des plaines d'Abraham pour donner lecture de la «pathétique» (l'adjectif qui revient le plus souvent dans les journaux de l'é-poque) lettre de Pierre Laporte, otage du FLQ, à Robert Bourassa.
      0 réaction | 1 vote
    • 7
      L’historien Jacques Lacoursière

      Histoire - Québec entre Montcalm et Vaudreuil

      11 avril 2009 | Michel Lapierre | Livres
      On ne sait pas assez qu'après la prise de Québec par les Anglais en 1759 et leur con-quête définitive du Canada l'année suivante, Versailles imputa la chute de son empire d'Amérique à un bouc émissaire. Montcalm l'Européen ayant péri, la responsabilité pesait curieusement sur les épaules d'un fils du Nouveau Monde, champion de l'alliance avec les Amérindiens, le marquis de Vaudreuil, dernier gouverneur général de la Nouvelle-France.
      11 réactions | 1 vote
    • 8

      Entrevue avec Jacques Lacoursière - Le diable de l'histoire

      15 novembre 2008 | Jean-François Nadeau | Livres
      Comme toujours, Jacques Lacoursière me tend la main très doucement, comme s'il appartenait à ces musiciens aux mains fines comme leurs instruments qui craignent sans cesse, à la manière d'un Glenn Gould, de voir tout leur art abîmé parce qu'on leur a serré un jour la pince trop fortement. Ses mains fines et blanches, Lacoursière les a d'abord employées dans l'encre noire de l'imprimerie de son père. Là, il s'est employé avec patience et minutie à donner vie aux mots des autres, avant de concevoir bien vite que ses mots à lui pouvaient, eux aussi, s'avancer bien droits sur la surface immaculée du papier destiné aux presses offset.
      0 réaction | 0 vote
    • 9
      Louis Hamelin

      Lacoursière et le cours de l'histoire

      19 avril 2008 | Louis Hamelin | Livres
      Le 10 avril, j'ai lu une lettre ouverte à Victor-Lévy Beaulieu devant une tren-taine de personnes rassemblées à l'enseigne des «Jeudis de la langue». J'avais l'impression d'avoir devant moi les premiers chrétiens. Des gens qui parlent encore de «Montréal français» et de la libération de la patrie comme s'ils ne lisaient jamais les sondages, n'avaient encore jamais remarqué que le ronron majoritaire dans lequel nous baignons était jus-tement un sous-produit de la technologie commune qui rem-place la langue commune et permet de ramener la pensée au niveau requis pour cliquer sur la bonne icône et télécharger un autre morceau de robot, de veau gras, de Viagra, de N'importe Quoi. Nous rêvons de loups mais, comme totem de l'époque, le chien de Pavlov semble indélogeable. Une trentaine de personnes, donc, des croyants, encerclés de toutes parts par ce ronron majoritaire là, qui est un sous-produit du futur.
      0 réaction | 0 vote
    • 10

      Cinquième tome de l'Histoire populaire du Québec - 1960 à 1970: les années lumière de Jacques Lacoursière

      5 avril 2008 | Caroline Montpetit | Livres
      C'est une décennie phare, une période à laquelle on ne cesse de se référer. On lui attribue les grands idéaux qui ont marqué le Québec jusqu'à aujourd'hui: «Maîtres chez nous», l'indépendance du Québec, la défense de la langue française, la laïcisation et la démocratisation du système scolaire, l'assurance-hospitalisation, sans parler de l'émancipation des femmes. C'est aussi l'époque de la montée du FLQ, qui culmine avec la Crise d'octobre, à la fin de la décennie. Plus de quarante ans après la Révolution tranquille, Jacques Lacoursière revient sur cette époque intense dans le cinquième tome de sa série sur l'histoire populaire du Québec, publié aux Éditions du Septentrion, qui porte sur les années 1960 à 1970.
      0 réaction | 0 vote
    1 à 10 sur 14

    Alerte courriel

    M'inscrire
    Inscrivez-vous pour recevoir les alertes