Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Liste des articles liés à « Conseil supérieur de la langue française (CSLF) »

    11 à 20 sur 32
    • 11
      Dans les magasins, près de 80 % des répondants croient que le commerçant qui ne connaît pas la langue parlée par son client devrait s’adresser à lui d’abord en français.

      Le français, langue de la réussite de la vie sociale

      22 juin 2012 | Robert Dutrisac | Québec
      Quand il est question de vie sociale, la majorité des Québécois croient que le français est la langue la plus importante au Québec. Mais quand il s’agit de réussir sa vie ou de dénicher un bon emploi, le français et l’anglais sont considérés comme des langues d’égale importance. C’est ce que montre l’étude dite « exploratoire » intitulée Importance et priorité du français pour la population québécoise qu’ont signée les chercheurs Michel Pagé et Charles-Étienne Olivier pour le compte du Conseil supérieur de la langue française (CSLF). 
      28 réactions | 23 votes
    • 12

      L'ancien président du Conseil supérieur de la langue française témoigne - «Êtes-vous fiers de votre langue ou pas?»

      10 mars 2012 | Réginald Harvey | Actualités en société
      Au-delà du français reconnu comme langue officielle, le Québec renferme tout un bagage culturel et social qu'il lui appartient de cultiver, de faire valoir et de partager; il lui sera ainsi possible d'assurer la survie de cette langue, d'en développer le goût et d'en répandre l'usage. Tel est l'un des éléments-clés qui fondent le discours de Conrad Ouellon, lui qui fut président du Conseil supérieur de la langue française (CSLF) de 2005 jusqu'en octobre dernier.
      0 réaction | 1 vote
    • 13
    • 14
      Il arrive que de bons étudiants francophones prennent la place de moins bons étudiants anglophones dans les cégeps anglais.<br />

      La langue d'enseignement - Le dilemme du cégep anglophone

      9 avril 2011 | Robert Dutrisac | Éducation
      Québec — Au Parti québécois, on n'a pas été surpris par la position du Conseil supérieur de la langue française (CSLF), qui a rejeté, dans un avis dévoilé cette semaine, l'application de la loi 101 aux cégeps. À partir du moment où on savait que tous les membres du Conseil, dont l'historien Jocelyn Létourneau et la directrice générale du Quebec Community Network, Sylvia Martin-Laforge, appuyaient cette position, on pouvait en déduire la teneur. C'est ce qu'on savait trois semaines avant la publication de l'avis.
      4 réactions | 3 votes
    • 15
      Michel David

      La radicale

      7 avril 2011 | Michel David | Québec
      Le premier ministre Jean Charest a toujours réussi à étiqueter ses adversaires. Aux yeux de plusieurs, Mario Dumont était bel et bien devenu une «girouette» et André Boisclair, un «immature».
      18 réactions | 12 votes
    • 16
    • 17
    • 18

      Charles Castonguay passe à l'attaque

      Le professeur à la retraite Charles Castonguay a lancé hier l'ouvrage Le français dégringole. Relancer notre politique linguistique, un recueil de chroniques publiées dans le mensuel L'Aut'Journal au cours des derniers mois. Le mathématicien d'origine anglo-ontarienne — qui fut à l'avant-scène du débat linguistique en 1973 en faisant publier dans Le Devoir son texte «L'anglicisation du Canada» — a profité de l'occasion pour tirer à boulets rouges sur l'Office québécois de la langue française (OQLF) et le Conseil supérieur de la langue française (CSLF).
      2 réactions | 2 votes
    • 19

      Projet de loi 103 - Un vrai débat sur la clause dérogatoire

      17 juin 2010 | Jean-Pierre Proulx - Professeur à la retraite | Éducation
      Le gouvernement du Québec a rejeté la recommandation du Conseil supérieur de la langue française (CSLF) d'imposer aux écoles privées anglaises non subventionnées le régime général instauré par la Charte de la langue française (CLF). Il propose plutôt le chemin tortueux de la loi 103.
      2 réactions | 1 vote
    • 20
      En 2006, on estimait à quelque 4000 le nombre d’élèves qui fréquentaient ces écoles dans le but de passer au secteur anglophone.

      La loi 101 doit s’appliquer aux écoles passerelles, selon le CSLF

      4 mars 2010 14h02 | La Presse canadienne | Québec
      Au Québec, on ne peut s’acheter le droit d’étudier en anglais, tranche le Conseil supérieur de la langue française (CSLF). L’application de la loi 101 devrait donc être étendue aux écoles privées non subventionnées, conclut le conseil dans un avis remis à la ministre responsable de la Charte de la langue française, Christine St-Pierre, et rendu public aujourd’hui.
      3 réactions | 0 vote
    11 à 20 sur 32

    Alerte courriel

    M'inscrire
    Inscrivez-vous pour recevoir les alertes