Une loi sur la Shoah dénoncée en Pologne

Votée dans la nuit de mercredi à jeudi par le Sénat polonais, la loi pourrait avoir des «répercussions» sur «les intérêts et relations stratégiques de la Pologne».
Photo: Radek Pietruszka Agence France-Presse Votée dans la nuit de mercredi à jeudi par le Sénat polonais, la loi pourrait avoir des «répercussions» sur «les intérêts et relations stratégiques de la Pologne».

Le Sénat polonais a voté dans la nuit de mercredi à jeudi une loi controversée sur la Shoah, destinée à défendre l’image du pays, mais qui a irrité Israël, fait l’objet d’un sérieux avertissement américain et suscité la protestation de l’Ukraine.

Pour entrer en vigueur, la loi, défendue une nouvelle fois jeudi soir par le chef du gouvernement conservateur polonais, Mateusz Morawiecki, doit être encore signée par le président, Andrzej Duda.

Des responsables politiques israéliens, toutes tendances confondues, ont vivement dénoncé ce vote, réclamant une réponse gouvernementale et notamment le rappel de l’ambassadeur israélien en Pologne pour consultations.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a annoncé jeudi soir le report d’une visite prévue en Israël la semaine prochaine de Pawel Soloch, chef du Bureau de la Sécurité nationale, « à la suite du vote de la loi par le Sénat polonais ».

Les États-Unis ont exprimé mercredi leur « inquiétude » quant aux conséquences de cette loi qui punit par des amendes ou jusqu’à trois ans d’emprisonnement ceux qui attribuent « à la nation ou à l’État polonais » des crimes commis par les nazis allemands en Pologne occupée.

Elle risque d’avoir des « répercussions » sur « les intérêts et relations stratégiques de la Pologne, y compris avec les États-Unis et Israël », a mis en garde la porte-parole du département d’État, Heather Nauert, estimant que d’éventuelles divisions entre alliés « ne profiteraient qu’à nos rivaux ».

La porte-parole a appelé la Pologne « à réexaminer la loi à la lumière de ses possibles conséquences sur la liberté d’expression et sur notre capacité à être de bons partenaires ».

Pour sa part, le président ukrainien, Petro Porochenko, a protesté jeudi contre la loi polonaise et des dispositions « absolument tendancieuses et catégoriquement inacceptables » permettant de poursuivre en justice ceux qui nient les crimes des nationalistes ukrainiens commis entre 1925 et 1950.

Gommer la vérité ?

Aux yeux des conservateurs au pouvoir en Pologne, il s’agit en priorité d’empêcher qu’on utilise l’expression « camps de la mort polonais » à propos de ceux installés par les nazis allemands en Pologne occupée.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a estimé sur Twitter qu’au contraire « les auteurs de la loi ont promu dans le monde entier cette vile calomnie comme personne ne l’a fait jusqu’à présent ».

Les responsables israéliens s’émeuvent surtout d’un passage où ils voient une tentative de nier la participation de certains Polonais à l’extermination des juifs, voire la possibilité de poursuivre des survivants de la Shoah qui évoqueraient de tels cas.

Après l’adoption du projet par la chambre basse vendredi, M. Nétanyahou avait protesté, disant : « Nous ne tolérerons pas qu’on déforme la vérité et réécrive l’Histoire ou qu’on nie l’Holocauste. » Des protestations d’organisations juives à l’étranger ont suivi.

Mais le Sénat a adopté le texte sans le modifier.

À Varsovie, une centaine d’artistes, de journalistes et d’hommes politiques polonais avaient signé un appel demandant d’amender le texte et demandé à l’opinion de « maîtriser les émotions, pour le bien commun que sont la vérité et le dialogue polono-israélien depuis un quart de siècle ».

La Pologne occupée par l’Allemagne nazie fut le seul territoire où les Allemands décrétèrent que toute sorte d’aide aux juifs était passible de la peine de mort.

2 commentaires
  • Jacques-André Lambert - Abonné 2 février 2018 03 h 03

    Pendant ce temps...

    Quand on évoque les colonies juives en Cisjordanie occupée, doit-on dire « les implantations palestiniennes »?

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 2 février 2018 07 h 05

    … inquiétante !

    « Nous ne tolérerons pas qu’on déforme la vérité et réécrive l’Histoire ou qu’on nie l’Holocauste. » (Benjamin Nétanyahou, Premier ministre, Israël) ; « La Pologne occupée par l’Allemagne nazie fut le seul territoire où les Allemands décrétèrent que toute sorte d’aide aux juifs était passible de la peine de mort. » (Michel Viatteau, AFP-Varsovie)

    Compte tenu de ces citations, la Pologne, avec l’adoption de cette fameuse loi, trahit son implication, libre ou selon volontaire et justifiée, lors de la Shoah, et ce, en sa qualité de Nation possédant du « libre-arbitre » ainsi qu’une des pages polonaises de son Histoire-Mémoire ; une page qu’elle cherche ou feinte de mésestimer, de déresponsabiliser, et d’oublier sans fondement !

    Une loi insultante, a-historique et …

    … inquiétante ! - 2 fév 2018 -