France - Le gouvernement intensifiera sa politique à l'égard des Roms

Les ministres Brice Hortefeux (à gauche), Pierre Lellouche (au centre) et Éric Besson hier en conférence de presse.<br />
Photo: Agence Reuters Gonzalo Fuentes Les ministres Brice Hortefeux (à gauche), Pierre Lellouche (au centre) et Éric Besson hier en conférence de presse.

Paris — Alors que deux ministres ont fait part de leur malaise sur la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy, le gouvernement français a annoncé hier qu'il poursuivrait et intensifierait sa politique à l'égard des Roms malgré les protestations en France et à l'international.

Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, et le ministre de l'Immigration, Éric Besson, ont déclaré que près de 1000 Roumains et Bulgares avaient regagné leur pays en un mois, chiffre légèrement inférieur à la moyenne mensuelle sur 2010.

«Les opérations d'évacuation des camps illégaux et illicites vont se poursuivre parce qu'elles sont légitimes et nécessaires», a dit Brice Hortefeux lors d'une conférence de presse.

Éric Besson a lui annoncé que le gouvernement déposerait trois amendements à la loi sur la sécurité intérieure, examinée au Parlement à partir de septembre, de manière à faciliter les expulsions. L'un d'entre eux sanctionnera les «actes répétés de vols ou de mendicité agressive».

Malaise


De son côté, le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner, ministre de Nicolas Sarkozy mais aussi figure de l'action humanitaire depuis des décennies, a confié hier son malaise sur les expulsions de Roms, affirmant avoir songé à la démission. M. Kouchner a affirmé avoir eu «le coeur serré» par la situation très difficile des Roms.

«Comment faire pour y remédier? En démisssionnant, j'y ai pensé», a-t-il dit sur la radio RTL, en précisant en avoir parlé au président. Ce qui l'a retenu de le faire, «c'est l'efficacité: il faut absolument s'en occuper beaucoup plus», a-t-il dit. «C'est important de continuer. S'en aller, c'est déserter, c'est accepter», a-t-il ajouté, rappelant qu'il travaillait depuis 25 ans, dans ses différentes fonctions, sur la question des Roms.

Intervention de Fillon


Un autre membre important du gouvernement, le centriste Hervé Morin, ministre de la Défense, a lui aussi fait entendre sa différence sur les expulsions de Roms, appelant à une «société apaisée et de la reconnaissance» et fustigeant les discours de «la haine, de la peur et du bouc-émissaire».

Le premier ministre a pour sa part repris à son compte les chiffres de l'augmentation de la délinquance des ressortissants roumains, évoquant un «problème lié à l'ouverture des frontières européennes et [...] au fait qu'en Roumanie notamment, l'intégration des populations de Roms n'est pas suffisante».

Le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, lui a reproché de faire «le lien entre immigration et insécurité». «Avec des mots choisis, François Fillon ne dit rien d'autre que Marine Le Pen», la vice-présidente du Front national, a-t-il.

«Il n'y a pas de discours de stigmatisation», a insisté François Fillon. «La politique que nous conduisons, c'est une politique qui respecte la loi et qui s'adresse à toutes les personnes qui sont en situation irrégulière.»

La plupart des Roms reconduits dans leur pays sont toutefois en situation régulière, étant citoyens communautaires entrés en France depuis moins de trois mois. Ainsi, sur les 979 Roumains et Bulgares reconduits à la frontière depuis le 28 juillet, 151 ont été expulsés pour séjour irrégulier, selon Éric Besson.

***
Avec Reuters
6 commentaires
  • ysengrimus - Inscrit 31 août 2010 06 h 05

    Pourtant foutu

    Le racisme est pourtant historiquement foutu.

    http://ysengrimus.wordpress.com/2008/05/01/la-fin-

    Tout combat d’arrière garde sur cette question est une ineptie navrante. Faudrait leur dire...
    Paul Laurendeau

  • Gilbert Talbot - Abonné 31 août 2010 11 h 43

    Vieux problème !

    On en parlait déjà dans Tintin. vous souvenez-vous du Capitaine Haddock, qui avait permis aux Roms du temps de s'installer sur ses terres, alors que personne ne voulaient les accueillir ailleurs. Ah oui ! C'était en Belgique, pas en France que ces choses arrivaient.

  • Michel Chayer - Inscrit 31 août 2010 12 h 41

    Une flopée de faux mendiants

    Bah oui !

    Qu’ils sont méchants, ces Français…

    Mais, peut-être pas autant que cette flopée de faux mendiants qui encombrent les trottoirs de la Ville Lumière en y exposant des légions d’enfants volontairement estropiés pour les besoins de la quête.

    J’ai traîné mes savates en France, et j’y ai squatté et tapé le carton : pour certains, les animaux et les infirmités sont autant d’outils pour assurer leur gagne-pain.

  • Claude Kamps - Inscrit 31 août 2010 16 h 37

    On en revient au extrémistes de droites

    Qui disent que la race et la lignée est importante pour les chevaux comme pour les humains..

    On les laissent crever de faim, mais on voudrait qu'ils se comportent comme des citoyens à part entière alors qu'on les considère comme des sous-hommes.

    En fait, pour Sarkosy, les roms sont considérés aussi mal que les femmes voilées des talibans ....

  • Vive le Québec libre - Inscrit 31 août 2010 20 h 44

    Tolérance Zéro

    Arrêtons de jouer à l'autruche, le bon samaritain commence à en avoir ras le bol de voir de plus en plus d'immigrants, de plus en plus d'accommodements, de moins en moins de tolérance face à notre position, de moins en moins de respect envers notre société. Eh bien oui! si vous voulez mon avis Sarko fait bien de faire le ménage, de faire sortir les Roms, malgré l'hypocrisie de certains de ses ministres qui se sentent mal face à la situation.
    Moi le premier malgré ce discours je suis pour l'immigration, à une condition qu'il y ait une véritable intégration.
    Au Québec nous vivons, ou commençons à vivre les mêmes problèmes face à l'immigration, et franchement, je trouve que nos dirigeants que ce soit Fédéraux ou Provinciaux en sont toujours aux même points.
    C'est à dire au point mort. Parfois pour préserver le bien être de notre population, des Québécois ou des Français, il faut, au risque d'être impopulaire prendre des décisions difficiles, mais ce sera, quoi que vous fassiez, signe que vous avez au moins une colonne digne de ce nom.
    Je pense que toute personnes étant en déviation volontaire aux règles de bases de notre plan d'intégration n'a pas sa place dans notre société, par conséquent devrait être expulsé de notre territoire. Si j'étais à l'immigration, c'est le plan que j'adopterais. Tolérance zéro.