La Maison-Blanche entend couper sévèrement le financement des énergies propres

Une raffinerie de British Petroleum en Indiana. Le président Trump, qui a confié le ministère de l'Énergie à un climatosceptique, semble donner la priorité aux énergies fossiles.
Photo: Dronebase via Associated Press Une raffinerie de British Petroleum en Indiana. Le président Trump, qui a confié le ministère de l'Énergie à un climatosceptique, semble donner la priorité aux énergies fossiles.

Washington — Le gouvernement américain va demander au Congrès d’effectuer une coupe claire de 72 % du financement des énergies propres dans le budget 2018, a dévoilé mercredi le Washington Post, mettant en lumière la priorité accordée par le gouvernement Trump aux énergies fossiles.

Le quotidien explique avoir obtenu des documents qui tracent les contours des négociations qui s’annoncent pour le prochain budget, devant être dévoilé en février.

Ce sera le Congrès qui aura le fin mot sur le financement des administrations. Mais même si les parlementaires du Capitole peuvent rejeter la demande de la Maison-Blanche, celle-ci ne laisse aucun doute sur ses velléités, estime le Post.

Selon le journal, les coupes demandées sont plus prononcées encore que celles proposées par l’administration de Donald Trump pour l’année fiscale en cours et qui n’ont pas pu être mises en place en raison d’une longue impasse budgétaire.

Concrètement, les bureaux du ministère de l’Énergie en charge de l’efficience énergétique et des énergies renouvelables sont aujourd’hui dotées de 2,04 milliards de dollars. Si les coupes réclamées par la Maison-Blanche sont approuvées, le financement passerait à 575,5 millions.

« Cela montre que nous n’avons pas convaincu du tout l’administration de notre valeur », a confié un employé du ministère au Washington Post, sous couvert d’anonymat. « Au contraire, si l’on en croit ces chiffres, notre valeur a chuté. »

La semaine dernière, le gouvernement a augmenté les droits de douane sur l’importation des panneaux solaires aux États-Unis, une décision dénoncée par cette industrie.

Le président républicain, qui donne la priorité aux énergies fossiles et qui a confié le ministère de l’Énergie au climatosceptique Rick Perry, avait proposé l’année dernière des subventions fédérales pour développer le secteur du nucléaire et du charbon.

2 commentaires
  • Jean Duchesneau - Abonné 31 janvier 2018 22 h 22

    Vivement un retour collectif....

    Pour crime contre l'humanité!

  • André Tremblay - Abonné 31 janvier 2018 22 h 46

    Un dynausaure

    Comment faire comprendre à un dynausaure atteint d'un problème de santé mentale qu'il est le seul dans le champ? C'est une mission impossible pour le commun des mortels. Pauvres USA.
    Hier il a fait ( on lui a dicté ) un beau discours. Mais dès aujourd'hui le naturel revient au gallop.