Des dizaines de morts dans l’incendie d’un hôpital sud-coréen

Tous les patients ont été évacués de l’hôpital et de la nurserie qui se trouvait dans le même bâtiment situé à Miryang.
Photo: Yonhap Agence France-Presse Tous les patients ont été évacués de l’hôpital et de la nurserie qui se trouvait dans le même bâtiment situé à Miryang.

Au moins 41 personnes sont mortes et plus de 80 ont été blessées vendredi dans un incendie survenu dans un hôpital de Corée du Sud, le pire sinistre qu’ait connu le pays depuis une décennie.
 

C’est le second incendie dévastateur dans l’un des pays les plus avancés d’Asie et la quatrième économie de la région en tout juste un mois.
 

Sur des vidéos publiées sur les réseaux sociaux, on pouvait voir un patient accroché à une corde lancée par un hélicoptère au-dessus de l’hôpital situé à Miryang, dans le sud-est du pays. Un autre passait par une fenêtre pour atteindre une échelle.
 

Le bâtiment de six étages abritait une maison de repos pour personnes âgées en plus de l’hôpital.
 

Soixante-et-une autres personnes ont été blessées légèrement, a expliqué un porte-parole, qui n’a pas exclu une aggravation du bilan.
 

« Deux infirmières ont raconté qu’elles avaient vu l’incendie se déclarer soudainement dans la salle des urgences », a expliqué le chef des pompiers Choi Man-Woo.

Les origines du sinistre n’étaient pas connues dans l’immédiat.
 

Tous les patients ont été évacués, a-t-il ajouté. L’évacuation de 15 patients hospitalisés dans l’unité des soins intensifs au troisième étage a pris davantage de temps car les secours ont dû opérer sous supervision médicale.

 

Épais nuages de fumée
 

Toutes les victimes se trouvaient dans l’hôpital, a-t-il également déclaré.
 

« De nombreuses victimes se trouvaient aux premier et deuxième étages de l’hôpital […]. Certaines sont décédées pendant leur transport vers un autre hôpital ».
 

Sur des images vidéo et des photographies, on pouvait voir l’établissement englouti par d’épais nuages de fumée grise. De nombreux véhicules de pompiers étaient sur les lieux.


Les survivants étaient enveloppés dans des couvertures. Une fois l’incendie éteint, les pompiers ont commencé à fouiller les décombres noircis du bâtiment.
 

Environ 200 personnes se trouvaient dans l’immeuble abritant l’hôpital Sejong lorsque l’incendie a éclaté, selon la police.

Incendie dans un club de gymnastique
 

Le président sud-coréen Moon Jae-In a exprimé ses regrets lors d’une réunion d’urgence avec ses conseillers destinée à déterminer les mesures à prendre, selon son porte-parole.


Il a appelé les enquêteurs à identifier rapidement les causes du drame pour « éviter la confusion au sein des familles », a ajouté Park Soo-Hyun.
 

Ce sinistre survient un mois après un incendie dans un club de gymnastique dans la ville de Jecheon, dans lequel 29 personnes avaient trouvé la mort.
 

La catastrophe avait été imputée au manque de sorties de secours, à des matériaux de finition inflammables et à des voitures stationnées illégalement qui bloquaient l’accès aux véhicules des pompiers.
 

L’incendie de l’hôpital est le pire en Corée du Sud depuis celui d’un entrepôt qui avait fait 40 morts à Incheon en 2008.
 

Le sinistre le plus meurtrier de l’histoire contemporaine du pays fut l’incendie volontaire perpétré en 2003 dans une station de métro à Daegu, dans le sud-est, qui avait fait 192 morts et près de 150 blessés.

1 commentaire
  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 26 janvier 2018 11 h 49

    Pourquoi Le Devoir...

    paie deux journalistes de l'agence France presse ...qui disent à peu près la même chose sur le sujet...celui-ci de Jung Ha-Wan et l'autre de l'Agence france-presse ...tout court.? " L'argent ne tombe pas des arbres."