Corée du Nord: les appels à la retenue se multiplient

La Corée du Nord a annoncé qu’elle projetait de lancer des missiles à proximité de l'île de Guam, une île américaine du Pacifique.
Photo: Agence France-Presse / KCNA VIA KN La Corée du Nord a annoncé qu’elle projetait de lancer des missiles à proximité de l'île de Guam, une île américaine du Pacifique.

Le président chinois Xi Jinping a pressé samedi, lors d’un entretien téléphonique, son homologue américain Donald Trump d’éviter « les mots et les actes » qui pourraient « exacerber » les tensions déjà fortes dans la péninsule coréenne.

Au cours d’une communication téléphonique samedi matin (heure locale, vendredi soir heure américaine), M. Xi a appelé les parties à la « retenue » et à « persister dans la direction générale du dialogue, des négociations et d’un règlement politique », a indiqué la télévision d’État chinoise CCTV.

La Maison-Blanche a publié un communiqué selon lequel les deux leaders appellent la Corée du Nord à « cesser son comportement provocateur et porté à l’escalade » et réitèrent « leur engagement mutuel envers une dénucléarisation de la péninsule coréenne ».

Cet entretien intervient après plusieurs jours de surenchère sans précédent entre Washington et Pyongyang. Vendredi, M. Trump avait assuré que l’option militaire était désormais « prête à l’emploi ».

Trump défend Guam face à Pyongyang

Washington — « Nous sommes à 1000 % avec vous, vous êtes en sécurité ». Le président américain Donald Trump cherche à rassurer les habitants de Guam, territoire américain du Pacifique, menacé par les missiles nord-coréens. Le gouverneur de l’île, Eddie Calvo, a publié samedi sur son compte Facebook la vidéo d’un échange téléphonique qu’il a eu avec le président américain. « Les forces américaines sont prêtes à garantir la sûreté et la sécurité de la population de Guam », déclare également M. Trump. Le gouverneur, membre du parti républicain américain et visiblement fier de cet échange, répond pour sa part : « Je ne me suis jamais senti autant en sécurité que depuis que vous êtes au pouvoir ». Cette île américaine, sur laquelle vivent 160 000 personnes, est en première ligne de la confrontation verbale entre Donald Trump et le régime nord-coréen du président Kim Jong-un.


Depuis son golf de Bedminster, près de New York, M. Trump s’est également entretenu avec le gouverneur de Guam Eddie Calvo, à qui il a « assuré » que « les forces américaines sont prêtes à garantir la sûreté et la sécurité de la population de Guam, comme celle de l’ensemble des États-Unis », a indiqué la Maison-Blanche.

La Corée du Nord a annoncé qu’elle projetait de lancer des missiles à proximité de cette île américaine du Pacifique. L’armée nord-coréenne, citée par l’agence de presse officielle KCNA, a fait état jeudi de ce projet consistant à lancer quatre missiles qui survoleraient le Japon avant de s’abattre en mer « à 30 ou 40 kilomètres de Guam ».

En réponse, le Japon a commencé samedi à déployer son système de défense antimissile Patriot.
Photo: Kazuhiro Nogi Agence France-Presse Le système de défense antimissile PAC-3 des forces armées japonaises, déployé en partie à l'extérieur des quartiers généraux du ministère de la Défense, à Tokyo, le 11 août 2017.

Pyongyang « responsable »

Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a pointé samedi la responsabilité du régime de Kim Jong-Un dans la « crise » entre la Corée du Nord et les États-Unis, assurant travailler avec ses partenaires pour trouver une « issue diplomatique ».

« Le régime nord-coréen est à l’origine de ce problème, et doit le résoudre », a-t-il écrit sur Twitter.


« La communauté internationale est unie pour s’assurer que la Corée du Nord mette fin à ses opérations agressives ».
 
« Nous travaillons avec les États-Unis et nos partenaires dans la région pour trouver une issue diplomatique à la crise ».​
 
Macron emboîte le pas
 

Emmanuel Macron a appelé samedi dans un communiqué « à la responsabilité de tous et à prévenir toute escalade des tensions » dans la péninsule coréenne, après plusieurs jours de surenchère entre Washington et Pyongyang.

Le chef de l’État français s’est également entretenu samedi au téléphone avec son homologue américain Donald Trump, poursuivant, selon la présidence française, « l’objectif d’amener la Corée du Nord à se conformer à ses obligations internationales ».

« Les deux présidents sont convenus de rester en contact au cours des prochains jours », a précisé la présidence française.

Auparavant, Emmanuel Macron avait fait part dans un communiqué « de sa préoccupation devant l’aggravation de la menace balistique et nucléaire en provenance de Corée du Nord ».

Chine: Trump s'attaque à la propriété intellectuelle

Donald Trump va augmenter la pression sur Pékin en s’attaquant lundi au dossier de la propriété intellectuelle, au moment où la crise nord-coréenne complique déjà les relations entre les deux pays.

Le président américain va demander dans un mémorandum au représentant pour le commerce américain (USTR), Robert Lighthizer, d’étudier s’il y a lieu d’ouvrir une enquête sur les transferts de propriété intellectuelle imposés par les autorités chinoises aux entreprises américaines, ont indiqué samedi des responsables de l’administration américaine s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

Mais ces responsables ont pris soin de souligner que ce dossier et celui de la Corée du Nord ne sont pas liés. « Les deux événements ne sont pas liés. Le commerce c’est le commerce et la sécurité nationale c’est la sécurité nationale », ont-ils affirmé.

  • Michel Bouchard - Abonné 12 août 2017 10 h 03

    Kim Jong-Un et sa console de jeu.....

    Ce leader de la Corée du Nord se croit devant une console de jeu qui peut anéantir la planète entière et devenir le leader du monde. (...) Je ne vois aucune raison de s'en faire.

  • André Labelle - Abonné 12 août 2017 12 h 33

    FALLAIT S'Y ATTENDRE

    Deux dirigeants aveuglés par leurs propres idées et des fans abrutis par une propagande mensongère et infantilisante. De ce point de vue, la Corée du Nord et les USA c'est blanc bonnet et bonnet blanc.

    Il est donc absolument nécessaire que les dirigeants des autres nations du monde qui ont conservé un peu d'intelligence, fassent tout pour éviter que la folie politique de ces deux fous engendre un cataclisme planétaire.

    Cette menace prouve également que les courses à l'armement sont directement la cause des crises politiques majeures et des guerres insensées, toujours le résultat d'une course à une suprématie enfantine et égoïste.

    Les États-Uniens qui ont encore un peu de jugement devraient réclamer le départ de Trump et de toute sa clique car leur comportement met en danger la vie même de millions, voire même de milliards d'humains sur la planète.

    «Où ils font un désert, ils disent qu'ils ont donné la paix.»
    [Tacite]