Manifestations monstres à Barcelone pour la libération des dirigeants indépendantistes

Les manifestants brandissaient des pancartes «SOS démocratie» et de nombreux drapeaux indépendantistes ou scandaient le slogan «liberté».
Photo: Pau Barrena Agence France-Presse Les manifestants brandissaient des pancartes «SOS démocratie» et de nombreux drapeaux indépendantistes ou scandaient le slogan «liberté».

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont empli samedi une avenue de Barcelone pour réclamer la remise en liberté de dix dirigeants indépendantistes catalans, plus de deux semaines après une déclaration d’indépendance ensuite annulée.

 

Cette mobilisation, intervenant après de nombreuses autres manifestations, devait servir de test pour le mouvement indépendantiste, avant des élections cruciales pour la région convoquées le 21 décembre. La police municipale de Barcelone a évalué à 750 000 le nombre des Catalans ayant participé

 

« Liberté pour les prisonniers politiques », « nous sommes une république », clamaient les deux banderoles en tête du cortège, tenues par des proches des dirigeants incarcérés.

 

Selon les images de télévision, les manifestants ont empli toute une avenue débouchant sur la plage de Barcelone.

 

Ils brandissaient des pancartes « SOS démocratie » et de nombreux drapeaux indépendantistes ou scandaient le slogan « liberté ».

 

La manifestation a été convoquée par deux puissantes organisations séparatistes — l’Assemblée nationale catalane (ANC) et Omnium — pour appeler à la remise en liberté de leurs deux dirigeants incarcérés, ainsi que la libération de huit anciens membres du gouvernement catalan destitué à la suite de la déclaration d’indépendance.

 

Une juge madrilène a ordonné le 2 novembre le placement en détention provisoire des huit « ministres » catalans destitués, dans une enquête pour « sédition », « rébellion » et « détournements de fonds ».

 

Le président de l’exécutif catalan destitué, Carles Puigdemont — visé par un mandat d’arrêt européen à la demande de la justice espagnole — a appelé à faire entendre une « clameur commune » lors de cette manifestation. Lui-même se trouve à Bruxelles depuis le 30 octobre avec quatre ex-membres de son gouvernement.

 

« Bien que nous soyons loin pour certains d’entre nous, que d’autres soient en prison, nous avons là un rendez-vous pour exprimer dans une clameur commune, forte et claire, que nous voulons la liberté et la démocratie, et que nous voulons le retour à la maison de tous ceux qui sont en prison ou à l’étranger », avait lancé M. Puigdemont dans un message diffusé sur la télévision catalane TV3.

 

M. Puigdemont, qui tente pour l’instant sans succès de constituer une liste commune indépendantiste en vue des élections du 21 décembre convoquées par le gouvernement central, a déclaré s’efforcer « d’attirer l’attention de l’étranger » et reproche à l’Union européenne de « détourner le regard ».

 

Appel à un nouveau scrutin

 

Les organisateurs espéraient la même affluence que lors des rassemblements massifs qui marquent chaque année la fête nationale catalane, la Diada, le 11 septembre.

 

L’influente maire de Barcelone, Ada Colau (gauche), qui n’est pas indépendantiste mais appelle de ses voeux un référendum d’autodétermination de la région, avait annoncé sa participation.

 

Mais, auparavant, lors d’une réunion de son parti Catalunya en Comú, Ada Colau n’a pas épargné le gouvernement de Carles Puigdemont, l’accusant d’avoir été « irresponsable » et d’avoir mené la région « au désastre » en encourageant une déclaration d’indépendance dont une majorité de Catalans ne voulaient pas.

 

L’une des égéries du mouvement indépendantiste manquait par ailleurs à l’appel samedi : la présidente du parlement catalan dissous, Carme Forcadell, libérée sous caution vendredi après une nuit en prison.

 

Elle a « suivi les conseils de son avocat », a expliqué à l’AFP une de ses porte-paroles.

 

Elle a évité la détention provisoire après s’être engagée à respecter le cadre légal.

 

Dans son arrêt, le juge Pablo Larrena indique que les élus ont devant lui « renoncé à toute activité politique future », ou dans le cas où ils poursuivraient leur carrière, « renoncé à tout acte hors du cadre constitutionnel ».

 

Les parlementaires ont relativisé lors de leur audition la portée de la déclaration d’indépendance, affirmant qu’elle était sans effets juridiques.

 

La déclaration d’indépendance, qui faisait suite au référendum interdit du 1er octobre, avait été suivie de la mise sous tutelle de la Catalogne par le gouvernement espagnol, qui a destitué l’exécutif de la région, dissous son parlement et convoqué des élections régionales.

 

Le chef du gouvernement Mariano Rajoy est attendu dimanche à Barcelone pour soutenir les candidats locaux du Parti populaire (PP) qu’il préside.

  • Solange Bolduc - Abonnée 11 novembre 2017 14 h 33

    Libérez-vous de Rajoy, ce rabat-joie indigne !

    Vive les Catalans!

    • Luc Fortin - Abonné 11 novembre 2017 16 h 16

      Rajoy,

      Celui qui ferme les yeux sur les crimes de la famille Vidal, comme nous l'a démontré un reportage de l'émission Enquête à Radio-Canada.

      La Cour Suprême espagnole ayant jugé, malgré l’opinion dissidente d’un juge, qu’elle n’avait pas la compétence pour juger les affaires de pêche illicite, non déclarée et non réglementée dans les zones de haute mer, comme l’Antarctique. Résultat: il sera impossible de mettre en place des poursuites pour des crimes en lien avec des activités de pêche INN, le blanchiment d’argent ne représentant pas, d’après la Cour Suprême, le profit d’un crime selon la législation espagnole.

      Fermer les yeux sur ces crimes n'est pas suffisant pour l'État espagnol. Ils subventionnent les entreprises de la famille Vidal!

      Après ceci nous devrions prendre au sérieux les accusations de « détournements de fonds » à l'endroit des politiciens catalans?

      Les fédéralistes qui ne ratent pas une occasion de dénigrer le mouvement souverainiste québécois en appuyant Rajoy, devraient sérieusement se pincer le nez avant d'agir de la sorte.

      « Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois. »

  • Luc Fortin - Abonné 12 novembre 2017 11 h 43

    On peu comprendre l'exaspération des catalans

    En nommant Soraya Saenz De Santa Maria, Rajoy souhaitait-il calmer les ardeurs?

    Soraya Saenz De Santa Maria est la fille du Général Falangiste et Franquiste, José Antonio Sáenz de Santa María Tinturé, que Franco avait chargé après la guerre d’Espagne de traquer, de torturer et d’exterminer les « maquis anti Franquiste » de Républicains espagnols.

    Changer le nom du pays pour un autre qui est en Afrique ou en Asie, et osez prétendre que ce pays obtiendrait l'appui de la CE, du Canada et des USA?