La déclaration, Michaël Escoffier

« Assez ! Les animaux en ont assez. Des siècles qu’ils sont chassés, enfermés, maltraités… Cette fois, c’est décidé. Plus question de se laisser faire. Ils vont montrer aux humains qu’ils ne sont pas les maîtres du monde. » Organisées, les bêtes épient les moindres gestes et comportements des humains, s’infiltrent dans toutes les sphères de leur vie et certaines parviennent même à se faire « embaucher à des postes à responsabilités ». Si le thème n’est pas sans rappeler La ferme des animaux d’Orwell, la finale de cet album permet aux bêtes d’aller au bout de leur vengeance et de savourer, dans un esprit de solidarité enviable, le renversement des choses. Toujours aussi mordant, Escoffier bouleverse les codes, joue avec les conventions, dénonce les incongruités, les torts et l’esprit tordu des humains. Les illustrations à la fois grinçantes et humoristiques de Stéphane Sénégas ajoutent à l’humour noir de l’ensemble et complètent le propos caustique de l’auteur.

La déclaration

★★★★ 1/2

Michaël Escoffier et Stéphane Sénégas, Gallimard, 2017, 28 pages