Talk-show, Catherine Ocelot

Il faut toujours se méfier des apparences. L’ours blanc, baptisé Bruno, ici présent dans les pages de cette oeuvre, n’est pas un animal mais bien un animateur de talk-show. Oui, oui. Et cette bande dessinée n’en est finalement pas une puisqu’il s’agit surtout d’une série de dialogues imaginés par Catherine Ocelot — connue, dans le temps où elle a publié Nenette cherche un sens (Mécanique Générale), sous le nom de Catherine Genest — pour réfléchir à voix haute sur la condition humaine, particulièrement lorsqu’elle induit vacuité et manque de profondeur, et ce, avec quelques dessins. C’est complètement loufoque et l’on ne peut que s’en réjouir en suivant les conversations de Bruno avec son producteur, avec Yoko Ono, avec un couple d’amis… et qui, au final, décrypte habilement, en abusant parfaitement des codes narratifs du présent, la triste solitude qui semblent s’être collectivement emparée de nous et l’affligeante mascarade sociale qui rythme nos quotidiens.


Talk-show

Catherine Ocelot, Mécanique Générale, Montréal, 2016, 144 pages