La librairie Pantoute, à Québec, passe au mode coopératif

Denis LeBrun (notre photo) et Claire Taillon, les propriétaires de la librairie Pantoute, ont trouvé la formule qui leur permet aujourd’hui de passer le flambeau à leur personnel.
Photo: Yan Doublet - Le Devoir Denis LeBrun (notre photo) et Claire Taillon, les propriétaires de la librairie Pantoute, ont trouvé la formule qui leur permet aujourd’hui de passer le flambeau à leur personnel.

C’est maintenant confirmé, la librairie Pantoute et le Studio P ne céderont pas aux appels des chaînes. Denis LeBrun et Claire Taillon, les propriétaires de l’institution phare de la capitale nationale depuis plus de 40 ans, ont finalement trouvé la formule qui leur permet aujourd’hui de passer le flambeau à leur personnel.

 

« Pour nous, c’est un grand soupir de soulagement. Notre librairie pourra continuer de desservir la communauté et elle restera entre bonnes mains. Nous sommes très fiers de nos employés », ont tenu à préciser les propriétaires, par voie de communiqué. Ceux-ci demeureront au sein de la librairie pour une période de quelques mois afin de faciliter la transition vers cette nouvelle coopérative de travailleurs actionnaires (CTA).

 

Au final, un peu plus de la moitié des parts de l’un et de l’autre ont été vendues à deux employées, Victoria Lévesque et Marie-Ève Pichette, l’autre partie à l’ensemble des employés restants sous forme de coopérative. Sur l’ensemble des actions de la librairie (49 % sont détenues par des actionnaires extérieurs), les employés détiennent donc désormais la majorité des parts.

 

« C’est la continuité d’une belle histoire. Il était important pour nous de maintenir la vocation de la librairie Pantoute, qui existe depuis tant d’années, et conserver l’esprit d’équipe qui anime nos libraires », a déclaré Victoria Lévesque, l’une des deux nouvelles gestionnaires.

 

La librairie Pantoute est en affaires depuis plus de 40 ans dans la région de Québec et compte une trentaine d’employés. Elle estégalement à l’origine du regroupement des Libraires indépendantes du Québec (LIQ) et du journal Le Libraire.

1 commentaire
  • Jacques Morissette - Abonné 14 avril 2014 08 h 57

    Bravo pour cette belle lumière.

    C'est ce genre de nouvelle qu'il fait bon entendre. C'est bon pour le climat de travail chez les employés s'ils savent y faire et aussi pour la société s'il pouvait y avoir qui s'inspirerait favorablement de cette expérience.