L'antipropagande de Normand Baillargeon

Photo: Jacques Nadeau

On pourrait croire que son esprit ne se repose jamais. Il veille, l'oeil ouvert, pour débusquer les incohérences et les arnaques dans les discours publicitaires, dans les promesses des charlatans, dans les démonstrations statistiques, dans l'appareil médiatique ou dans la rhétorique des politiciens. Le dernier opus de Normand Baillargeon, intitulé Petit cours d'autodéfense intellectuelle et publié aux Éditions Lux en 2005, fait un malheur en France (toutes proportions gardées, puisqu'il s'en est vendu environ 6000 exemplaires), après s'être vendu à quelque 30 000 exemplaires au Québec. Il arrive à une époque où l'esprit critique, soumis de toutes parts à un flot d'informations propagandistes, a bien besoin d'un peu plus d'entraînement.

Ce que Normand Baillargeon propose, dans son Petit cours d'autodéfense intellectuelle, ce sont des exercices de remise en question des informations qui nous submergent. Le manuel, qui pourrait en effet faire l'objet d'un cours, s'adresse à tous. Il est d'ailleurs déjà utilisé dans certains cégeps, en philosophie, et pourrait l'être dans d'autres disciplines. En France, il reste bien placé dans les palmarès des ouvrages de sciences humaines des librairies, déclassant même, un moment, le dernier ouvrage de Benoît XVI, ou encore les oeuvres de Claude Allègre et de Comte-Sponville. Une grande victoire pour ce professeur de sciences de l'éducation de l'UQAM, qui se dit anarchiste, donc sans dieu ni maître...

C'est après que Radio France ait diffusé une série radiophonique sur le penseur Noam Chomsky, à laquelle Normand Baillargeon a beaucoup participé, que les ventes du Petit cours se sont subitement multipliées en mai dernier. «C'est aussi une question de courant, explique Sylvain Nault, directeur de la librairie du Québec à Paris, qui distribue l'ouvrage en France. Ce livre est paru dans un contexte de campagne électorale présidentielle, alors que toute la gauche était mobilisée». Autre explication du succès du Petit cours en France: les illustrations, signées Charb, illustrateur français qui collabore régulièrement à Charlie Hebdo, Télérama, et L'Humanité.

Pour développer l'esprit critique individuel, Normand Baillargeon met certains outils à la disposition du lecteur. D'abord, il invite à se méfier du langage, qui charrie son lot de connotations, d'imprécisions, sans parler des mensonges et de la manipulation. L'art de la manipulation du langage et des arguments, qui a cours tous les jours dans notre système de justice, ne date pas d'hier. Le sophisme, ce «raisonnement invalide avancé avec l'intention de tromper son auditoire», a fait son apparition au Ve siècle avant Jésus-Christ, en Sicile. Et Baillargeon cite joliment Gorgias, ce sophiste qui écrivait dans Éloge d'Hélène: «[...] il y a des discours qui affligent, d'autres qui enhardissent leurs auditeurs, et d'autres qui, avec l'aide maligne de la persuasion, mettent l'âme dans la dépendance de leur drogue et de leur magie». Les techniques utilisées pour manipuler la pensée par le discours sont diverses. La tentative de discréditer quelqu'un, à la manière des avocats, pour empêcher que passe son message, en est une. L'utilisation abusive du jargon, notamment chez les universitaires, en est une autre. Sur ce dernier point, il cite Noam Chomsky, dont il est très proche, et qui n'y va pas de main morte dans sa dénonciation des intellos.

«Il y a là un défi pour les intellectuels. Il s'agira de prendre ce qui est plutôt simple et de le faire passer pour très compliqué et très profond. Les groupes d'intellectuels interagissent comme cela. Ils se parlent entre eux, et le reste du monde est censé les admirer, les traiter avec respect, etc. Mais traduisez en langage simple ce qu'ils disent et vous trouverez bien souvent ou bien rien du tout, ou bien des truismes, ou bien des absurdités», écrit-il. Voilà de quoi décomplexer la majorité de la population qui ne fréquente pas les universités...

En deuxième lieu, Baillargeon propose à ses lecteurs un petit entraînement aux mathématiques, cette science rébarbative à plusieurs qui, à défaut de s'y frotter, s'exposent aux conclusions parfois douteuses de ceux qui pensent la maîtriser. Baillargeon mentionne que la plupart des esprits non exercés se prêtent mal à un calcul approximatif des probabilités. Vous viendrait-il à l'idée, par exemple, que vous courez deux fois plus de risques de mourir d'une piqûre d'abeille que de gagner à la 6/49? Autres chevaux de bataille: les moyennes arithmétiques, qui donnent souvent une vision des choses faussée par les extrêmes, ou encore les tableaux statistiques que l'on peut modifier à sa guise pour tromper l'oeil, etc. Baillargeon pose le problème ainsi: nous sommes victimes d'une «indigestion de nombres qui n'ont strictement aucun sens», et la solution est de «compter soigneusement avant de décider de les consommer». Il prend l'exemple d'un universitaire qui disait devant un auditoire d'intellectuels, il y a quelques années, que 2000 enfants irakiens mouraient chaque heure durant l'embargo américano-britannique sur l'Irak, qui a pris fin avec la chute de Saddam en 2003. «Si 2000 enfants meurent chaque heure, vous ferez facilement le calcul, cela fait 17 520 000 enfants par an, et ce, depuis dix ans; et cela se passerait dans un pays qui compte 20 millions d'habitants», rétorque Baillargeon.

De gauche

Détrompez-vous cependant, l'homme est farouchement de gauche. Anarchiste, plus précisément, c'est-à-dire pour une société où le pouvoir n'aurait, en principe, pas sa place. «Les formes de pouvoir doivent se justifier, dit-il, sinon, il faut les combattre.» En ce sens, sa vision du monde est complètement opposée à celle d'Edward Bernays, cet Américain, neveu de Sigmund Freud, considéré comme le père des relations publiques et qui a été identifié comme l'un des personnages les plus influents du XXe siècle par le magazine Life.

Présentement, Normand Baillargeon termine la rédaction d'une préface de l'ouvrage Propaganda, écrit par Bernays et en voie d'être réédité aux Éditions La Découverte en France. Bernays a lancé l'idée que des forces occultes et opaques doivent mobiliser, contrôler, orienter l'opinion publique, explique Baillargeon. «Il croit que 20 % de la population sait et peut décider pour les autres; les autres 80 % étant des imbéciles et des moutons», dit-il. C'est exactement le contraire de son pari à lui, cet espoir d'une société plus juste, basée sur l'intelligence des gens. Son petit cours d'autodéfense intellectuelle est donc une invitation à interroger l'ordre social jusqu'à ce que les réponses obtenues soient satisfaisantes pour l'esprit critique.

Mais il faut aussi se méfier de soi-même, et Baillargeon consacre un chapitre à la remise en question des perceptions individuelles, à travers la mémoire, par exemple. Enfin, s'il croit à la nécessité des médias, il propose, pour les lire, de tenir compte de leur taille et de leur appartenance, de leur dépendance à la publicité, de leur dépendance à certaines sources officielles, de leur anticommunisme de principe, et des critiques que les puissants ont à leur égard.

En fait, le travail de Normand Baillargeon se base d'abord sur une position philosophique. L'homme croit à une vérité extérieure qu'il faut tenter de cerner. «Je crois que le monde existe indépendamment des représentations que j'en ai.» Pour ce faire, la science est sa meilleure alliée. «Je suis un fervent amoureux de la science, dit-il. La science est le meilleur moyen que l'humanité ait trouvé pour connaître. On sait peu de choses, notre savoir est limité, et la science est un moyen limité de connaître, mais c'est le seul dont on dispose.» La science et un petit guide d'autodéfense intellectuelle, pour affronter la vie.
1 commentaire
  • Philippe Champagne - Inscrit 2 juillet 2007 23 h 07

    100 % d'accord avec Normand Baillargeon

    Bravo, madame Montpetit, pour nous avoir fait connaître Normand Baillargeon.

    Sur le fond de ce que vous dites à son sujet, j'épouse entièrement ses idées.

    Qu'il s'agisse de la guerre, de la paix, des menaces qui planeraient sur le Canada, dont une bombe au Césium, comme entendu à INFO 690 à grands renforts de rappels durant ce jour férié, qui pourrait être lancée dans notre tunnel Hyppolite Lafontaine... sont autant de manifestations apparentes de ce que Bernays disait, à savoir que 20 % de gens décident pour 80 % de "suiveux".

    CRAINTE

    Proverbes 10:24 ¶ Ceux qui agissent mal ont peur de certaines choses, et elles arrivent. Ceux qui agissent bien souhaitent certaines choses, et ils les reçoivent. - Parole de Vie Édition 2000

    Il ne faut surtout pas ajouter foi à tout esprit qu'on lit ou entend.

    Il suffit de se présenter sur certains blogues pour y voir comment les sophismes de certains imbéciles peuvent orienter la discussion sur un sujet donné dans un forum pour s'en convaincre. On y attaque des réputations à la manière des avocats sans l'être. C'est proprement scandaleux de voir que sous le fallacieux prétexte de la liberté d'expression, n'importe qui peut dire n'importe quoi sur un individu, un groupe, etc. Ras le bol!

    Les tribunes d'opinion téléphonique sont une autre manifestation de l'anarchie de la pensée lorsque mal canalisée.