Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Éditorial

    L’extrême droite banalisée en Europe

    Guy Taillefer
    28 décembre 2017 |Guy Taillefer | Europe | Éditoriaux

    À l’épreuve de la crise des migrants, 2017 aura été témoin de la montée en force de partis d’extrême droite en Europe. Et de réactions confinant à la banalisation du phénomène de la part des ténors de l’Union européenne (UE).


    Le phénomène reste minoritaire, en même temps qu’il continue de se répandre, comme une gangrène. Blessé, le Front national demeure en France une force politique en embuscade. En Allemagne, l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) donne froid dans le dos avec sa percée aux législatives de septembre dernier, d’autant que la chancelière sortante Angela Merkel a toutes les misères du monde à réunir une coalition gouvernementale. En Hongrie, l’extrême droite n’est pas au pouvoir, mais n’en est pas très loin, sous les traits du premier ministre ultranationaliste Viktor Orban. Comme en Pologne avec le parti ultraconservateur Droit et Justice (PiS). En Autriche, un accord de coalition vient de faire entrer au gouvernement le Parti de la liberté (FPÖ) du néonazi Heinz-Christian Strache.

     

    Tout cela, sans oublier l’influence délétère de l’extrême droite aux Pays-Bas, au Danemark et en Finlande, ainsi que dans le débat référendaire qui a débouché sur la décision britannique de divorcer d’avec l’UE…

     

    Le phénomène est multiforme, bien entendu, mais ses ressorts eurosceptiques et anti-immigration sont partout les mêmes. La formation, la semaine dernière, du gouvernement autrichien en constitue le plus récent avatar, peut-être le cas d’espèce qui annonce comme un cri d’alarme que l’extrême droite va irrésistiblement continuer de prendre trop de place à l’échelle de l’Europe si rien n’est fait pour soigner les maux qui lui donnent de l’allant.

     

    Qu’il y ait accord de coalition entre les conservateurs du jeune chancelier Sebastian Kurz et la meute de M. Strache était attendu, ce qui était d’emblée fort troublant. On n’imaginait pas, cependant, que M. Kurz pousserait le mariage politique jusqu’à confier à son nouveau partenaire d’extrême droite six des treize ministères, dont plusieurs régaliens : les Affaires étrangères, la Défense et l’Intérieur — et, par conséquent, la police, l’armée et les services de renseignement !

     

    Ainsi, donc, se présente le nouveau gouvernement autrichien, encore qu’avec une touche de modernité : en campagne, M. Kurz sera allé pêcher des voix dans le réservoir des électeurs penchant pour les partis d’extrême droite en durcissant ses positions en matières migratoires et identitaires. Tout néoconservateur, patriote et attaché aux valeurs familiales et chrétiennes qu’il soit, il s’est trouvé en parallèle à défendre des positions progressistes dans les domaines de l’égalité salariale homme femme et de l’environnement (il s’oppose aux énergies fossiles et au glyphosate, un pesticide controversé). L’un n’empêchant apparemment pas l’autre, du moins électoralement, cela rend sans doute ce jeune homme de seulement 31 ans d’autant plus dangereux et difficile à contrer.


     

    En 2000, le FPÖ était déjà entré en coalition une première fois, ce qui avait suscité une levée de boucliers de la part de l’UE, avec sanctions à la clé. Cette fois-ci, rien. L’europhile Emmanuel Macron s’est tu. Obséquieux, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a déclaré que « ce qui a été écrit dans le programme de gouvernement [lui] convient presque à 100 % » dans la mesure où, tout critique de la construction européenne qu’il soit, M. Kurz « a pris position très clairement en faveur de l’Europe ». Pas un moindre mot sur les valeurs européennes, « pas le moindre bémol inquiet », s’alarme Jean Quatremer, correspondant de Libération. Ce qui revient à dire, conclut le journaliste, que « le fascisme est eurocompatible dès lors qu’il veut rester dans l’Union ».

     

    Position européenne en effet intenable. L’UE a finalement eu un sursaut, il y a une semaine, en lançant contre la Pologne une procédure punitive jamais utilisée, étant reproché à Varsovie de « violation grave et persistante » de l’État de droit pour avoir voté des lois qui asservissent la justice au pouvoir exécutif et à la majorité parlementaire. Procédure nécessaire, certes, mais purement légaliste. Au-delà, il faudra que l’UE finisse par s’attaquer aux enjeux de fond : ce sentiment de dépossession citoyenne et nationale, ces économies qui creusent les inégalités, ces élites déconnectées… Mais cela, Bruxelles, Paris et Berlin refusent encore d’en prendre la mesure, laissant l’extrême droite capter les malaises et les colères.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.