Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Chronique

    Catalogne: le pari perdu de Rajoy

    François Brousseau
    22 décembre 2017 | François Brousseau - François Brousseau est chroniqueur d’affaires internationales à Radio-Canada. | Europe | Chroniques

    « La république catalane a vaincu la monarchie du 155. » C’est par ces mots que Carles Puigdemont, le président renversé et en « exil auto-infligé » à Bruxelles, a commenté hier les résultats des élections en Catalogne. Des élections forcées, issues de la dissolution, le 27 octobre dernier, du gouvernement indépendantiste de Barcelone.

     

    Lorsque, à la suite du référendum illégal du 1er octobre et de la proclamation d’indépendance (immédiatement suspendue) du 26, Madrid a sorti des boules à mites l’article 155 de la Constitution espagnole, on avait alors parlé d’« arme atomique ». Dissolution du gouvernement régional, mise sous tutelle directe des ministères, des services catalans, etc.

     

    Sur le coup, on avait imaginé le pire, à l’image de la période la plus noire du franquisme lointain (1939-1975), qui était brutalement et foncièrement anti-catalan. On pressentait des purges généralisées, à tous les étages et pas seulement au sommet, une tutelle prolongée, l’occupation dans les rues, la Guardia Civil omniprésente, des manifestations réprimées…

     

    D’ailleurs, une telle approche « épuratrice », dans sa version la plus lourde, la plus intransigeante, était effectivement réclamée, à Madrid, par la droite radicale du Parti populaire (PP) du premier ministre, Mariano Rajoy… mais aussi par un parti « centriste », nommé Ciudadanos (« Citoyens », ou Ciutadans en catalan), parti centriste, mais également centralisateur et radicalement anti-indépendantiste.


     

    Mais M. Rajoy, soudain colombe parmi les faucons, a fait le pari inverse d’une résolution rapide, avec l’application d’une version « légère » de l’article 155. En d’autres termes : on dissout, mais on convoque immédiatement des élections, où tous les partis pourront concourir, même les affreux. Madrid interviendra le moins possible.

     

    Il y aura certes eu quelques arrestations, dont celle du vice-président Oriol Junqueras, et puis ces accusations risibles de « sédition », et la fuite un peu théâtrale de Puigdemont en Belgique… Mais rien qui puisse s’apparenter à un martyre. Malgré les mots de l’ex-président en exil, ce n’était pas tout à fait le franquisme.

     

    Non, M. Rajoy a parié sur une espèce d’« auto-correction » politique de la Catalogne. Dans son rêve fou, les Catalans, après un bon coup de règle sur les doigts (le 155), reprendraient vite leurs esprits, chassant les chimères et retrouvant le droit chemin. Une bonne mobilisation de la majorité silencieuse, le 21 décembre, ferait le reste.

     

    « Nous avons décapité l’indépendantisme », a-t-il même prétendu à Barcelone, dans les derniers jours de la campagne.


     

    Mais c’est raté pour M. Rajoy. Ce 21 décembre n’est pas celui qu’il espérait.

     

    Mobilisation il y a eu, certes, avec 82 % des inscrits ayant fait la queue pour déposer leur bulletin – un sommet historique et une leçon citoyenne, à l’ère de la désaffection populaire et du cynisme antipolitique.

     

    Mais mobilisation dans tous les camps. Avec un parti férocement « unioniste », Ciutadans, arrivé en tête d’un peloton de sept formations, décrochant un peu plus du quart des suffrages exprimés.

     

    Et avec un bloc indépendantiste, pourtant divisé – la querelle intestine de Puigdemont l’exilé contre Junqueras l’emprisonné –, qui a tenu intégralement le coup, même s’il y avait deux listes au lieu d’une seule.

     

    Les indépendantistes (trois partis au total, avec l’extrême gauche) n’ont pas progressé en pourcentage. Mais ils n’ont pas baissé non plus, à 47,5 % (contre 48 % et des poussières en 2015). Et du fait de la mobilisation exceptionnelle aux urnes, en chiffres absolus ils sont passés de 1,6 million de voix à 1,9 million.

     

    Le camp unioniste, lui, fait 43,5 %. Si ce vote peut être considéré comme un référendum, alors son résultat est : Oui 47,5 %, et Non 43,5 %.

     

    Ciutadans, avec l’efficace et séduisante Inés Arrimadas, a percé de façon décisive, fédérant les voix de ceux et celles pour qui, à Barcelone ou à Tarragone, le catalanisme et l’identité nationale ne sont que des choses lointaines ou vilaines. Mais il l’a surtout fait au détriment du PP de M. Rajoy, dont la (déjà petite) succursale catalane (9 % et 11 députés en 2015) s’effondre complètement, avec 4 % et 3 députés. Une catastrophe pour le parti qui dirige l’Espagne.

     

    La très faible majorité en sièges du bloc indépendantiste (70 sur 135) sera fragile. On peut imaginer de vraies batailles intestines, et peut-être un rôle accru pour le petit parti « Catalonia en Comu », ni dans un bloc ni dans l’autre, parti frère de Podemos (non indépendantiste, mais proréférendum légal).

     

    Le choc du 27 octobre, même dans sa « version Rajoy », a laissé des traces : plus rien ne sera comme avant. Le mur de Madrid s’est dressé, et pour l’instant il reste.

     

    Même si les lignes politiques ne bougent pas beaucoup – un peuple coupé en deux sur la question nationale, on a déjà vu ça –, les nationalistes catalans ont beaucoup évolué, en cet épique automne 2017. Ils ont perdu de leur innocence, de leur amateurisme et de leurs illusions. Face à l’Espagne, mais aussi face à l’Europe et face au monde.

     

    Ils peuvent se dire que Rajoy ne sera pas toujours là. Qu’une « troisième voie » pourrait émerger. Ou que le référendum rêvé, positif ou négatif à la fin, pourrait un jour être organisé. Après-demain.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.