Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Angela Merkel respire

    25 novembre 2017 |Agence France-Presse | Europe
    Le chef du Parti social-démocrate, Martin Schulz
    Photo: Odd Andersen Agence France-Presse Le chef du Parti social-démocrate, Martin Schulz

    Berlin — L’Allemagne a fait un pas vendredi vers une sortie de crise, le chef des sociaux-démocrates renonçant à son opposition de principe à une alliance avec Angela Merkel pour former un gouvernement.

     

    Le patron du SPD, Martin Schulz, a fait cette annonce au lendemain d’une rencontre avec le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, et après une réunion nocturne des cadres du parti, certains réclamant plus de flexibilité à leur dirigeant.

     

    « Une chose doit être claire cependant : si ces discussions devaient aboutir, d’une manière ou d’une autre, à une participation à la constitution d’un gouvernement, il reviendrait alors aux militants de notre parti de voter », a prévenu M. Schulz dans une courte déclaration à la presse.

     

    Les intentions des sociaux-démocrates restent donc encore floues. Le SPD pourrait discuter d’une nouvelle « grande coalition » avec les conservateurs de la chancelière ou du soutien à un éventuel gouvernement minoritaire emmené par Mme Merkel, option qui n’a pas les faveurs de la chancelière.

     

    « Il n’y aura rien d’automatique », a insisté l’ex-président du Parlement européen, évoquant « des semaines » de pourparlers à venir.

     

    Il a aussi voulu dédramatiser la situation politique dans son pays actuellement privé d’une majorité pour gouverner : « L’Allemagne ne souffre pas d’une crise d’État, mais nous sommes dans une situation compliquée. »

     

    Ce changement de ligne constitue un recul pour M. Schulz, qui depuis son résultat humiliant aux législatives du 24 septembre affichait une opposition de principe à la reconduction de la coalition sortante sous l’égide de la chancelière.

     

    Ce refus avait forcé Mme Merkel à tenter de négocier une alliance, a priori contre nature, avec les verts et les libéraux, des efforts qui ont échoué le 19 novembre.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.