Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Éditorial

    Catalogne: des choix déchirants

    Brian Myles
    24 octobre 2017 |Brian Myles | Europe | Éditoriaux

    Le compte à rebours vers la catastrophe appréhendée est en marche en Catalogne depuis que le président de l’Espagne, Mariano Rajoy, a annoncé la mise sous tutelle de la région aux visées indépendantistes. L’espoir d’un dialogue se brise contre le mur de l’intransigeance.


    À moins d’un improbable revirement de dernière heure, le Sénat espagnol entérinera vendredi la mise en oeuvre de l’article 155 de la Constitution, permettant aux autorités d’écarter le président catalan, Carles Puigdemont, et de prendre le contrôle des principaux ministères et de la police régionale pour une période fixée à six mois, dans le but de tenir de nouvelles élections régionales.

     

    Le président Rajoy n’en démord pas depuis le début. Le référendum du 1er octobre ayant été tenu en violation de la Constitution, il s’ensuit que les résultats sont illégaux, nuls et non avenus pour l’homme fort de Madrid. L’application rigoriste du droit constitutionnel ne prémunira pas l’Espagne contre la volonté d’autodétermination de la Catalogne. L’absence de reconnaissance de la nation catalane dans le Constitution (le ver original dans cette pomme de discorde) est une question politique qui va au-delà de l’observance rigide et intransigeante du principe de la primauté du droit.

     

    Il en résultera à coup sûr des actes de désobéissance civile, et un élargissement de la fracture sociale et politique entre l’Espagne et la Catalogne. L’une et l’autre de ces nations devront subir de lourdes conséquences en raison du refus de leurs leaders de s’engager dans un dialogue constructif.

     

    De gré ou de force, les Catalans devront retourner aux urnes. Si l’article 155 de la Constitution est appliqué, Madrid imposera un scrutin aux Catalans au terme de la mise en tutelle de leurs institutions. Il s’agira du point culminant d’une oeuvre de dénationalisation de la Catalogne et de diabolisation des leaders indépendantistes.

     

    À moins que le président Puigdemont décide de dissoudre le Parlement et de convoquer lui-même des élections régionales anticipées, lors d’une réunion prévue pour jeudi. Le gouvernement Rajoy renoncerait alors à l’application de l’article 155.

     

    L’autre solution prendrait les allures d’un suicide politique pour les indépendantistes catalans. Que vaudrait une déclaration unilatérale d’indépendance prononcée dans une situation d’insurrection, sans l’appui des nations européennes, et à la suite d’un référendum contestable ? En droit international, il y a fort à parier que les résultats du référendum ne seraient pas reconnus, car malgré toute la rigidité du texte fondateur de l’État post-franquiste, la consultation ne respectait pas la Constitution de l’Espagne. Le oui l’a emporté à plus de 90 %, mais avec un taux de participation d’un peu plus de 42 %. L’indépendance divise les Catalans eux-mêmes.

     

    Pour toutes ces raisons, le président Puigdemont se retrouve dans une position d’extrême vulnérabilité. Son coup de force a mené la Catalogne dans une impasse. Les Casques bleus de l’ONU ne viendront pas au secours d’une Catalogne occupée.

     

    Le gouvernement Rajoy porte la plus grande part de responsabilités pour avoir substitué au dialogueune stratégie d’isolement et d’enfermement juridique de la Catalogne. Dans un État plurinational, un gouvernement central a le devoir de respecter et d’encourager les volontés d’autonomie des peuples qui le composent, sous peine d’en être réduit à la somme de ses dysfonctions.

     

    L’observation vaut pour l’Espagne, mais aussi pour des pays tels que le Canada.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.