Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Des survivants d’Auschwitz y reviennent 72 ans après sa libération

    27 janvier 2017 11h38 | Vanessa Gera - Associated Press à Varsovie | Europe
    Lors de la cérémonie, les survivants portaient des foulards rayés qui symbolisaient leurs uniformes de l’époque.
    Photo: Czarek Sokolowski Associated Press Lors de la cérémonie, les survivants portaient des foulards rayés qui symbolisaient leurs uniformes de l’époque.

    Des dizaines de survivants du camp de la mort nazi d’Auschwitz y sont revenus vendredi, exactement 72 ans après sa libération par l’armée russe.

     

    Ils ont déposé des gerbes de fleurs au pied du mur le long duquel un nombre incalculable de détenus ont été exécutés. Les survivants portaient des foulards rayés qui symbolisaient leurs uniformes de l’époque.

     

    Des leaders politiques et religieux ont assisté à la cérémonie, tout comme des représentants de la communauté juive de Pologne. La première ministre polonaise Beata Szydlo a rappelé « la destruction de l’humanité » et « l’océan de vies et d’espoirs perdus » lors du génocide allemand.

     

    « C’est une plaie ouverte qui cicatrisera peut-être un jour, mais elle ne sera jamais entièrement guérie et elle ne doit jamais être oubliée », a-t-elle dit.

     

    Le 27 janvier — l’anniversaire de la libération du camp par l’armée soviétique — est la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. Des cérémonies commémoratives étaient organisées à travers l’Europe et en Israël.

     

    Le ministre allemand sortant des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a déclaré que le terme « Auschwitz » incarne dorénavant tous les camps de la mort et toute la machinerie nazie de persécution et d’exécutions qui font partie de l’histoire de l’Allemagne.

     

    Si l’Allemagne ne peut rien changer à ce qui s’est passé, a-t-il ajouté, elle a l’obligation de continuer à commémorer le génocide, à saluer la mémoire des victimes et à prendre la responsabilité pour ces crimes.

     

    Notant l’instabilité politique du monde d’aujourd’hui, M. Steinmeier a déclaré que « l’histoire doit servir à la fois de leçon, d’avertissement et de motivation. Il ne peut et ne doit y avoir aucune fin au souvenir. »

     

    Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a promis d’être « au premier rang de la lutte contre l’antisémitisme et toutes les autres formes de haine ».

     

    « Tragiquement, et contrairement à notre détermination, l’antisémitisme se porte toujours bien, a-t-il dit. Nous constatons également une poussée inquiétante de l’extrémisme, de la xénophobie, du racisme et de la haine des musulmans. L’irrationalité et l’intolérance sont de retour. »

     

    À Tirana, la capitale de l’Albanie, un olivier a été planté dans un parc du centre-ville qui commémore les Albanais qui ont sauvé des Juifs pendant la guerre. S’exprimant en présence de l’ambassadeur israélien, le ministre des Affaires étrangères Ditmir Bushati a dit que ses compatriotes sont fiers que leurs ancêtres n’aient pas dénoncé un seul Juif aux Allemands pendant l’occupation nazie en 1943 et 1944.

     

    L’Albanie est le seul pays d’Europe où le nombre de Juifs a augmenté pendant la Deuxième Guerre mondiale, après que la population en majorité musulmane eut décidé de protéger les Juifs arrivés d’ailleurs.

     

    En Croatie, la communauté juive a refusé de participer aux événements organisés, car, selon elle, le gouvernement ne fait pas assez pour combattre les sentiments pronazis.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.