Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Crise migratoire

    L’Autriche envisage la construction d’une clôture à sa frontière

    29 octobre 2015 | Sophie Makris - Agence France-Presse à Vienne | Europe

    L’Autriche a annoncé des mesures de sécurisation de sa frontière avec la Slovénie, pouvant inclure l’édification d’une clôture qui serait une première dans l’espace Schengen, pour contrôler le flux des migrants qui attise les tensions entre pays de l’Union européenne.

     

    Si pour la ministre de l’Intérieur autrichienne, Johanna Mikl-Leitner, membre du Parti conservateur, l’édification de « barrières » à cette frontière fait « naturellement » partie de l’arsenal envisagé par le gouvernement, le chancelier social démocrate, Werner Faymann, a préféré employer l’expression « sécurisation technique ». Lors d’un entretien téléphonique avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, il a ensuite convenu que « les barrières n’ont pas leur place en Europe », sans repréciser les intentions de l’exécutif viennois.

     

    Mme Mikl-Leitner s’est défendue de vouloir arrêter les migrants par cette clôture qui serait une première dans la zone Schengen de libre circulation. Il s’agit, selon elle, d’assurer « une entrée ordonnée, contrôlée dans notre pays, et non pas de fermer la frontière », entre deux des principaux pays de transit vers le nord de l’Europe.

     

    Ljubljana a également relativisé parlant « d’une clôture de faible hauteur, d’un obstacle pour réguler le flot de migrants » et éviter les passages à travers champs.

     

    La Slovénie

     

    Les réactions en chaîne le long de cette route des Balkans, qui part de Turquie et de Grèce, sont redoutées par l’UE qui avait appelé les États, lors d’un mini-sommet européen dimanche, à éviter les décisions unilatérales.

     

    Le premier ministre slovène, Milo Cerar, a rappelé que son pays « avait déjà préparé un scénario similaire depuis un bon moment », et que le gouvernement était lui aussi « prêt à édifier une barrière » à sa frontière avec la Croatie s’il le jugeait nécessaire.

     

    « Ca montre que la politique européenne en termes de migrations et d’accueil de réfugiés ne fonctionne pas du tout […], ça remet totalement en cause le principe de Schengen », a commenté Olivier Clochard, chercheur au CNRS et président du réseau Migreurop, à propos de l’annonce de Vienne.

     

    La crise migratoire pourrait « provoquer un séisme dans le paysage politique européen » en remettant en cause le principe de libre circulation, avait mis en garde mardi le président du Conseil européen Donald Tusk.

     

    Règlement désuet ?

     

    Le règlement de Dublin, texte pivot de la politique européenne de l’asile qui confie l’examen des demandes au premier pays d’entrée des réfugiés, est également sur la sellette : « il ne fonctionne plus », il faut le « changer », a affirmé Jean-Claude Juncker.

     

    Même les relations de bon voisinage entre Autriche et Allemagne sont affectées : la puissante Bavière reproche à l’Autriche d’envoyer des milliers de réfugiés vers la frontière sans avertissement. Le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière, a dénoncé un comportement « pas correct » de Vienne, qui doit changer « immédiatement ».

     

    Pour autant, l’érection « de barrières ou de murs » n’est pas la solution, a estimé Berlin.

     

    La police autrichienne dit faire de son mieux, estimant que c’est la Bavière qui filtre de manière excessive les entrées.

     

    Si Berlin a assuré maintenir sa porte ouverte, des mesures pour accélérer les expulsions de migrants économiques devraient conduire au renvoi de « dizaines de milliers » de ressortissants des Balkans. Et les Afghans sont aussi visés : M. de Maizière a jugé mercredi « inacceptable » le nombre élevé de ceux demandant le statut de réfugié. L’Allemagne s’attend à accueillir cette année entre 800 000 et un million de demandeurs d’asile.

     

    Et l’exode tue chaque jour : au moins cinq personnes ont perdu la vie dans quatre naufrages distincts mercredi entre la Turquie et la Grèce et des dizaines de personnes étaient recherchées, portant à 34 migrants, essentiellement enfants et nourrissons, et de nombreux disparus, le nombre de victimes depuis début octobre.

     

    Le plan adopté lors du mini-sommet européen de dimanche prévoit la création de 100 000 places d’hébergement en Grèce et dans les Balkans ainsi qu’une meilleure coordination entre les pays situés sur la route des Balkans.

     

    Signaux positifs : la coopération semble s’améliorer de la Serbie à la Slovénie, en passant par la Croatie, où des trains acheminent maintenant directement les migrants d’un côté à l’autre des frontières.

     

    Depuis que la Hongrie a initié le mouvement de fermeture des frontières en interdisant, à un mois d’intervalle, son accès aux migrants arrivant de Serbie et de Croatie, l’itinéraire s’est déplacé vers la Slovénie. Près de 90 000 migrants ont transité par ce petit pays de l’UE depuis le 17 octobre.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.