Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Suicide d'un écrivain d'extrême droite devant l'autel de Notre-Dame de Paris

    21 mai 2013 19h58 |Associated Press | Europe
    Paris — Quelque 1500 visiteurs ont été évacués de la cathédrale Notre-Dame de Paris, mardi, après qu'un homme eut déposé une lettre sur l'autel du célèbre lieu de culte avant de se tirer une balle dans la tête.

    Il s'agit du premier suicide à survenir en plusieurs décennies à la cathédrale, vieille de 850 ans, a déclaré à l'Associated Press monseigneur Patrick Jacquin, recteur de la cathédrale. Il a qualifié l'incident de «malheureux, dramatique et choquant».
     
    Les raisons du suicide ainsi que le contenu de la lettre de l'homme n'étaient pas connus dans l'immédiat. Le bureau du procureur de Paris a indiqué que l'individu en question était Dominique Verner, âgé de 78 ans.
     
    Sur son blogue, M. Verner se décrit comme un historien et essayiste et raconte le combat qu'il mène contre la nouvelle loi française autorisant le mariage entre personnes du même sexe.
     
    Dans certains passages, il critique «l'immigration massive» et ce qu'il estimait être l'empiétement de l'Islam. L'auteur explique aussi qu'il a combattu les forces independantistes lors de la guerre d'indépendance d'Algérie, en plus de livrer ses analyses historiques des révolutions et des relations américano-européennes.

    Le Pen
     
    Dans un message publié sur son fil Twitter, la leader française d'extrême droite Marine Le Pen a rendu hommage au défunt.
     
    «Tout notre respect à Dominique Venner dont le dernier geste, éminemment politique, aura été de tenter de réveiller le peuple de France», a-t-elle écrit.
     
    «Il n'en demeure pas moins que c'est dans la vie et l'espérance que la France se redressera et se sauvera», a-t-elle ajouté environ une heure plus tard.
     
    La police a procédé à l'évacuation des visiteurs après le geste, a expliqué le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, depuis la place qui fait face à la cathédrale. Le ministre a appelé à la compassion.
     
    «Notre-Dame est la cathédrale de Paris, l'un des plus beaux monuments de la capitale et du pays, nous réalisons à quel point cet événement est symbolique», a-t-il déclaré.
     
    Il est très inhabituel que l'on évacue ce site touristique visité par 13 millions de personnes de partout dans le monde chaque année.
     
    Des policiers, le procureur de Paris et des employés de l'Église se sont réunis à l'intérieur de la cathédrale, tandis que des touristes perplexes encombraient l'île au milieu de la Seine sur laquelle la cathédrale se dresse depuis le 12e siècle.
     
    La cathédrale a rouvert en soirée pour la tenue d'une cérémonie qui devait inclure une prière pour l'homme qui s'est suicidé, ainsi que pour d'autres gens troublés, selon des responsables religieux.
     
    Le suicide de mardi survient moins d'une semaine après un autre suicide inhabituel au centre-ville de Paris. Un homme s'est enlevé la vie jeudi devant une dizaine d'enfants d'une école primaire privée catholique.
     
    Mgr Jacquin a expliqué que quelques personnes s'étaient déjà suicidées en sautant des tours de la cathédrale, mais qu'il n'avait jamais été informé d'un suicide à l'autel.
     
    Un autre monument parisien très achalandé, la tour Eiffel, ferme à l'occasion en raison de suicides ou de tentatives de suicide.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel