Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La Grèce de nouveau aux urnes en juin

    Le parti Syriza part favori du scrutin, selon les sondages

    16 mai 2012 |Agence France-Presse (photo) - Agence France-Presse | Europe
    Alexis Tsipras, chef de la gauche radicale Syriza, hier, à son arrivée au palais présidentiel.
    Photo: Agence Reuters Yorgos Karahalis Alexis Tsipras, chef de la gauche radicale Syriza, hier, à son arrivée au palais présidentiel.
    La Grèce va devoir retourner aux urnes d’ici fin juin après l’échec de la formation d’un gouvernement de coalition, qui a de nouveau perturbé les Bourses mondiales et ravivé les inquiétudes sur une sortie du pays de la zone euro.

    Après le vote sanction du 6 mai contre les deux piliers du système politique grec, la Nouvelle Démocratie (droite) et le Pasok (socialiste) et l’austérité stricte imposée depuis deux ans, aucune majorité ne s’est dégagée, et les tractations menées depuis une semaine pour la constitution d’un gouvernement de coalition se sont avérées infructueuses.


    Le dirigeant socialiste et ex-ministre des Finances, Evángelos Venizélos, a le premier annoncé l’échec, à l’issue d’une réunion de la dernière chance convoquée par le chef de l’État, Carolos Papoulias.


    « Nous allons hélas de nouveau vers des élections, dans quelques jours, dans de très mauvaises conditions », a-t-il affirmé.


    Selon les médias grecs, la date la plus probable du nouveau scrutin est le 17 juin, soit un mois après la proclamation officielle des législatives.


    La date devrait a priori être connue lors d’une réunion des chefs de partis aujourd’hui sous l’égide du président de la République, Carolos Papoulias, destinée à former un gouvernement dit « de service », uniquement chargé d’expédier affaires courantes et d’organiser le scrutin.


    Déjà en campagne ?


    Antonis Samaras, chef de la droite Nouvelle Démocratie, arrivé en tête du scrutin du 6 mai, mais sans majorité, a mis en garde contre « le populisme aventuriste » de la gauche en dénonçant, comme M. Vénizélos, le refus d’Alexis Tsipras, chef de la gauche radicale Syriza, de participer à un gouvernement de coalition.


    De même, Fotis Kouvelis, le chef de la formation de gauche modérée Dimar qui a refusé d’apporter ses 19 députés en renfort d’une alliance conservateurs-socialistes, a imputé le naufrage à M. Tsipras. Il avait conditionné son ralliement à une participation du Syriza, seul apte selon lui à prendre en compte le verdict des urnes.


    Rejetant ces critiques, M. Tsipras, dont la formation a créé la surprise le 6 mai en devenant le deuxième parti de Grèce avec 16,7 % des voix et 52 députés, a rétorqué que « les partis du mémorandum [droite et socialistes] avaient refusé d’adopter ses propositions » en mettant la gauche « devant le dilemme : mémorandum [plan d’austérité] ou élections », ce qui équivaut pour lui à une sorte de chantage.


    « J’ai fait tous les efforts possibles pour un gouvernement progressiste qui respecterait le vote du peuple. Notre principal axe est l’annulation des coupes dans les salaires et les retraites », a ajouté M. Tsipras, qui a axé sa campagne électorale sur le rejet de la rigueur.


    Invoquant le « danger » pesant sur le pays du fait de l’instabilité politique, le chef de l’État lors d’une ultime réunion avait demandé hier aux partis de s’entendre sur un cabinet de technocrates, censé parer aux menaces de faillite et de sortie de l’euro de la Grèce, où s’est déclenchée la crise de la dette qui secoue l’Europe depuis 2010.


    Selon des sondages cette semaine, Syriza pourrait devenir le premier parti du pays aux prochaines élections, avec un programme combinant rejet du memorandum et maintien du pays dans l’euro, qui a jusqu’à présent été rejeté comme inacceptable par les partenaires de la Grèce dans la zone euro.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel