Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le tireur du Colorado était un avocat et un vétéran de la guerre en Irak

    1 janvier 2018 23h09 |Associated Press | États-Unis
    Le shérif adjoint Zackari Parrish a été tué dans la fusillade.
    Photo: Helen H. Richardson / The Denver Post / Associated Press Le shérif adjoint Zackari Parrish a été tué dans la fusillade.

    Denver — L’homme qui a ouvert le feu et abattu un shérif adjoint, en plus de blesser quatre autres policiers et deux civils était un avocat et un vétéran de la guerre en Irak qui avait récemment mis en ligne des vidéos où il critiquait des professeurs et des responsables de l’application de la loi, ont révélé les autorités lundi.

     

    Le tireur, Matthew Riehl, 37 ans, a perdu la vie dans la fusillade qualifiée d’« embuscade » par les autorités, dans son immeuble à logement de Highlands Ranch, à 28 kilomètres au sud de Denver.

     

    Selon les autorités, Matthew Riehl aurait tiré plus de 100 fois à l’intérieur de son appartement avant d’être tué par les agents de l’équipe tactique.

     

    Le shérif adjoint Zackari Parrish a aussi été tué dans la fusillade.

     

    Matthew Riehl aurait reçu des avertissements au sujet de ses vidéos mise en ligne et impliquant des professeurs de l’Université du Wyoming, ainsi que des officiers de police du Colorado.

     

    Toutefois, malgré certaines inquiétudes au sujet de sa santé mentale, il semble que les policiers n’ont pas été en mesure de prévenir cet épisode de violence, même s’ils venaient de visiter l’appartement à peine quelques heures plus tôt.

     

    Dans un courriel daté du 6 novembre, les étudiants de la faculté de droit de l’Université du Wyoming avaient été avertis de rapporter la présence de Matthew Riehl à la police du campus s’ils l’apercevaient ou s’ils voyaient son véhicule.

     

    Les agents s’étaient rendus dans le bloc d’appartements de Highlands Ranch parce qu’on leur avait signalé un cas de violence domestique. Le shérif estime qu’il s’agissait d’une embuscade.

     

    Les quatre autres policiers blessés se trouvent dans un état stable et les civils n’ont pour leur part subi aucune blessure grave.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.