Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le sénateur Al Franken abandonné par son parti

    Le démocrate, accusé de comportement déplacé envers des femmes, quittera son siège

    8 décembre 2017 | Ivan Couronne - Agence France-Presse à Washington | États-Unis
    32 des 48 démocrates et apparentés du Sénat ont appelé Al Franken, 66 ans, à la démission.
    Photo: Andrew Harnik Associated Press 32 des 48 démocrates et apparentés du Sénat ont appelé Al Franken, 66 ans, à la démission.

    Le sénateur démocrate américain Al Franken, accusé de comportement déplacé il y a plusieurs années par des femmes, a annoncé jeudi sa démission prochaine, après trois semaines d’une tempête politique au terme de laquelle la plupart de ses collègues démocrates l’ont appelé à quitter le Sénat.

     

    « Je sais, au fond de mon coeur, que je n’ai rien fait pour déshonorer cette institution », a-t-il déclaré, amer, lors d’un discours prononcé depuis l’hémicycle. « Toutefois, j’annonce aujourd’hui que, dans les prochaines semaines, je démissionnerai du Sénat. »

     

    « Je suis conscient qu’il est ironique que je m’en aille, alors qu’un homme qui a été enregistré en train de se vanter d’avoir agressé sexuellement des femmes occupe le Bureau ovale », a-t-il ajouté.

     

    Beaucoup d’élues et d’élus estiment que le Congrès américain se situe à un moment charnière, un point de l’histoire où chacun doit, sans la moindre ambiguïté, adopter une politique de tolérance zéro envers tout comportement déplacé, a fortiori du harcèlement ou des agressions sexuelles.

    Nous vivons un énorme changement culturel. La peur qu’avaient les femmes de parler, il y a des années, n’existe plus.
    La sénatrice démocrate de Californie, Dianne Feinstein
     

    C’est ce qui a poussé mercredi, en moins de 24 heures, 32 des 48 démocrates et apparentés du Sénat à demander à Al Franken, 66 ans, de démissionner. Un mouvement lancé par un groupe de sénatrices après un septième témoignage.

     

    « Nous vivons un énorme changement culturel », a dit à l’AFP la sénatrice démocrate de Californie Dianne Feinstein, 84 ans. « La peur qu’avaient les femmes de parler, il y a des années, n’existe plus. Les femmes vont témoigner. C’est comme une nouvelle année de la femme. »

     

    « Notre pays a franchi le Rubicon », s’est félicitée Nancy Pelosi, chef de l’opposition démocrate de la Chambre, qu’elle fut la première femme à présider de 2007 à 2010.

     

    Le Congrès a longtemps été une institution machiste. Aujourd’hui, les femmes ne représentent toujours que 20 % des parlementaires. Mais il y a vingt ans, elles n’étaient que 12 %, et il y a trente ans, 5 %.

     

    Avant d’être élu au Sénat en 2008, Al Franken fut l’une des stars de l’émission culte Saturday Night Live dans les années 1970 et 1980, avant de continuer une carrière d’humoriste, de scénariste et d’animateur radio. C’est dans ces habits de pitre qu’en 2006 il a tenté d’embrasser de force l’une de ses partenaires sur scène, lors d’une tournée auprès des troupes américaines à l’étranger. Mais c’est en tant que sénateur qu’il a été accusé de gestes déplacés sur plusieurs femmes, pendant la prise de photos.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.