Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Un artiste mexicain érige un «mur» éphémère contre Trump

    7 septembre 2017 |Agence France-Presse | États-Unis
    L'artiste mexicain Bosco Sodi devant son installation éphémère «Muro» dans le parc Washington Square de Greenwich, à New York, jeudi
    Photo: Timothy A. Clary Agence France-Presse L'artiste mexicain Bosco Sodi devant son installation éphémère «Muro» dans le parc Washington Square de Greenwich, à New York, jeudi

    New York — C’est de l’art éphémère, mais le message est clair : dénoncer le mur à la frontière mexico-américaine que veut ériger le président américain Donald Trump pour empêcher l’arrivée d’immigrés clandestins.

     

    L’artiste Bosco Sodi, 46 ans, un Mexicain qui habite à New York, a érigé jeudi en quelques heures un mur de deux mètres de haut et huit mètres de large, avec 1600 briques qu’il a fabriquées avec des ouvriers mexicains, au coeur de Greenwich Village, à Manhattan.

     

    Une oeuvre... déjà disparue

     

    Tour ça pour mieux le voir disparaître quelques heures plus tard, après avoir invité les curieux à emporter chacun une brique signée de l’artiste.

     

    Sodi explique que l’idée du projet, intitulé tout simplement Muro, lui est venue lorsque Donald Trump s’est installé à la Maison-Blanche en janvier.

     

    Il espère ainsi montrer que « lorsque les gens s’unissent, ils peuvent détruire n’importe quel mur, qu’il soit mental, politique, psychologique ou physique ».

     

    Le fait que les briques aient été cuites par des ouvriers mexicains fait partie du message. « On ne peut rien faire de plus mexicain que ça, l’eau mexicaine, le sol mexicain, l’air mexicain, le feu et la terre mexicains », dit-il.

     

    L’endroit — Washington Square Park — n’est pas innocent non plus : les manifestations contre Trump s’y sont enchaînées ces derniers mois, et la mairie démocrate de New York n’a posé aucun obstacle à ce projet artistico-politique : c’est même un représentant du maire Bill de Blasio qui devait enlever la première brique.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.