Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    L’ouragan «Harvey» passe en catégorie 4

    L'ouragan s’annonce déjà comme le pire à frapper les États-Unis depuis Katrina

    25 août 2017 | États-Unis
    Léo Mouren - Agence France-Presse à Washington
    Marc Ralston - Agence France-Presse à Corpus Christi
    <p>Les vents de Harvey se sont renforcés jusqu’à 215 km/h vendredi, forçant les autorités à relever son classement à la catégorie 4, sur une échelle de cinq.</p>
    Photo: Joe Raedle Getty Images North America/Agence France-Presse

    Les vents de Harvey se sont renforcés jusqu’à 215 km/h vendredi, forçant les autorités à relever son classement à la catégorie 4, sur une échelle de cinq.

    L’ouragan Harvey, qui menace d’être l’un des plus dévastateurs pour le sud des États-Unis depuis plus d’une décennie, est passé vendredi en catégorie 4 sur une échelle de 5, a annoncé le Centre national des ouragans américain (NHC).

    Dans son dernier bulletin publié à 23 h 00 GMT, le NHC a indiqué que ses vents soufflent désormais à 215 km/h et qu’il ne se trouve plus qu’à 70 kilomètres de Corpus Christi, première grande ville du Texas qui sera balayée par Harvey.
     

    La Maison-Blanche a annoncé vendredi que Harvey, qui frappera le Texas dans la soirée, serait « sûrement dévastateur pendant plusieurs jours », alors qu’il s’annonce comme le pire à frapper les États-Unis depuis 2005.

     

    Le gouverneur du Texas Greg Abbott a requis l’aide du gouvernement fédéral américain et a demandé à ce que Donald Trump décrète l’état de catastrophe naturelle, face au « désastre majeur » qui s’annonce. Le président « songe » à cette option, qui permettra de débloquer davantage de fonds fédéraux, a expliqué son conseiller à la sécurité intérieure, Tom Bossert.

    Trump sur place la semaine prochaine

     

    « Le président va s’organiser pour se rendre au Texas en début de semaine prochaine », a indiqué dans le même temps la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders. Donald Trump s’est contenté de souhaiter « bonne chance à tous » avant d’entrer dans l’avion qui le conduisait à Camp David, où il passera le week-end.

     

    Les autorités américaines exhortaient vendredi les habitants à évacuer d’urgence la zone menacée par Harvey, qui pourrait gravement endommager les raffineries de pétrole de la région. 


    Les vents se sont renforcés, jusqu’à 215 km/h vendredi soir, forçant le centre américain des ouragans (NHC) à relever d’un cran le classement d’Harvey, désormais considéré comme un ouragan de catégorie 4, sur une échelle de cinq.


    La perturbation pourrait devenir « potentiellement mortelle » quand elle frappera les côtes texanes, dans la soirée de vendredi.

       

    La Croix-Rouge américaine a indiqué que l’ouragan serait le plus puissant à toucher le continent américain depuis plus de 10 ans. 1000 membres de la Garde nationale du Texas ont été déployés par le gouverneur Greg Abbott

     

    L’avancée inéluctable de Harvey

     

    Vendredi à 14h30 (15h30 à Montréal), Harvey — qui est visible depuis la Station spatiale internationale — se trouvait à moins de 120 kilomètres de villes côtières comme Corpus Christi ou Port O’Connor, qui seront les premières sur son passage, et avançait à 17 km/h.

     
    Photo: NOAA-NASA GOES Project Harvey — qui est visible depuis la Station spatiale internationale — s'approche des côtes texanes.
     

    Le président Donald Trump a tweeté qu’il avait été informé sur la situation par la Sécurité intérieure, et qu’il surveillerait de près l’évolution de la situation.

       

    « Ne faites pas les mêmes erreurs qu’a faites Bush avec Katrina », lui a demandé le sénateur républicain Chuck Grassley, le manque de préparation du gouvernement fédéral en 2005 étant encore dans toutes les têtes.

     

    « Ce qui m’inquiète, c’est de savoir si les habitants ont tenu compte ou pas des avertissements » et des demandes d’évacuation, a déclaré vendredi matin sur CNN le responsable de l’Agence fédérale des situations d’urgence (FEMA), Brock Long.

       

    Plusieurs comtés et villes du Texas ont ordonné une évacuation obligatoire avant l’arrivée de Harvey. D’autres, comme Corpus Christi — où l’aéroport a été évacué —, ont très fortement encouragé leurs habitants à le faire.

     

    « Il y a toujours des personnes qui ne veulent pas partir. C’est leur choix. Il faut juste qu’elles comprennent [...] qu’elles devront attendre la fin de la tempête si elles ont besoin d’aide. Il faut bien qu’elles comprennent qu’elles seront toutes seules », a prévenu Matt Sebesta, un responsable du comté de Brazoria, près de Houston.

     

    « Partez. Partez maintenant. »

     

    « Partez. Partez maintenant », a supplié le maire de la petite ville de Rockport, Patrick Rios. Alors que 60 % de ses administrés ont quitté les lieux, il a également conseillé à ceux qui restent de « marquer au feutre leur numéro de Sécurité sociale sur leur bras », pour qu’ils puissent être identifiés en cas de décès.

     

    Résultat : les embouteillages sur les autoroutes étaient impressionnants. Les voies allant vers la mer étaient presque vides, alors que celles s’éloignant du littoral étaient complètement congestionnées.

     

    Ceux qui ne souhaitent pas partir, par crainte d’abandonner leur maison, se sont organisés, et ont construit des digues artisanales, faites de sacs de sable, pour protéger leur foyer.

     

    « Il faut qu’on soit des voisins qui s’entraident », a déclaré une résidente de South Padre Island à la télévision.

     

    Michael Brennan, le responsable en chef des ouragans au NHC, a pour sa part expliqué sur CNN redouter une « montée des eaux », pouvant atteindre de 1,8 à 3,7 mètres, sur la côte.

     

    Une alerte ouragan a été émise sur près de 500 kilomètres de littoral texan. San Antonio, qui se situe à environ 200 kilomètres à l’intérieur du territoire, s’est également préparée pour Harvey.

     

    La ville, centre d’évacuation fédéral depuis Katrina, compte de nombreux abris « prêts à être utilisés », ont expliqué les pompiers de San Antonio à la presse locale. À Houston, le célèbre groupe britannique Coldplay a été forcé d’annuler son concert.

     

    Harvey aura également un impact certain sur le prix du pétrole, le Texas étant un des principaux États pétroliers du pays. Selon Robert Yawger, conseiller pour la banque Mizuho, 35 raffineries pourraient être affectées par son passage, en particulier par les fortes pluies provoquées par l’ouragan et les coupures de courant qui pourraient en résulter.

     

    Quelque 10 % de la capacité de production de pétrole brut dans le golfe du Mexique a été suspendue, et les prix de l’essence se sont déjà envolés.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.