Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Analyse

    Vous avez dit «alt-left»?

    Donald Trump et le prétendu équilibre des extrêmes

    Des recensions universitaires montrent que l’extrême droite s’avère plus nombreuse et beaucoup plus meurtrière que son vis-à-vis.
    Photo: Chip Somodevilla Getty Images/Agence France-Presse Des recensions universitaires montrent que l’extrême droite s’avère plus nombreuse et beaucoup plus meurtrière que son vis-à-vis.

    L’alt-right, la droite alternative américaine, ça va, on commence à connaître. Il s’agit de cette mouvance liant plus ou moins mollement les idéologies suprémacistes blanches, isolationnistes, nationalistes ou conspirationnistes qui manifestaient le week-end dernier à Charlottesville. Mais l’alt-left, ça vous dit quelque chose ?

     

    Le président Trump a fait référence mardi à cette supposée nébuleuse idéologique dans un nouveau commentaire concernant les événements tragiques de la Virginie.

     

    « J’ai regardé de très près, de beaucoup plus près que la plupart des gens, a dit le président dans une conférence de presse organisée dans le hall de la tour Trump de New York. Vous aviez d’un côté un groupe qui était agressif. Et vous aviez de l’autre côté un groupe qui était aussi très violent. Personne ne veut le dire. Que dire de l’alt-left qui a attaqué l’alt-right, comme vous dites ? N’ont-ils pas une part de responsabilité ? »

     

    Deux pôles radicalement opposés s’affrontaient effectivement, et les provocations comme les coups sont venus de tous bords. Seulement, la provocation initiale est bel et bien venue des néonazis, du Ku Klux Klan et d’autres groupes fascisants qui ont organisé la manifestation de samedi dernier. Surtout, au total, c’est bien un sympathisant de l’extrême droite qui a foncé dans les contre-manifestants avec sa voiture, faisant une morte et plusieurs blessés.

     

    Cela dit, la droite radicale n’a pas le monopole de la violence politique. À la mi-juin, un homme connu pour ses allégeances gauchistes a tiré sur des républicains qui jouaient au baseball près de Washington. La fusillade terroriste a lourdement blessé le whip en chef de la majorité républicaine à la Chambre des représentants.

     

    Des recensions universitaires montrent par contre que l’extrême droite s’avère plus nombreuse et beaucoup plus meurtrière que son vis-à-vis. La banque de données sur la radicalisation de l’Université du Maryland établit que, sur 1500 individus étudiés au cours des dernières années, 43 % appartenaient à des groupes de droite par rapport à 21 % pour la gauche.

     

    La recension macabre montre aussi que les nationalistes blancs, miliciens et autres fanatiques antimusulmans ont tendance à s’en prendre aux personnes, tandis que les militants de gauche s’attaquent davantage aux propriétés. Les radicaux fachos sont responsables de douze fois plus de morts et de trente-six fois plus de blessés.

     

    La question de la définition, voire de l’existence même d’une gauche alternative taraude les commentaires et les médias. Le thème ne renvoie à aucune autodéfinition et revendication précise de la gauche elle-même (comme l’alt-right à droite). Il semble surtout servir d’épouvantail en introduisant une équivalence entre deux extrêmes.

     

    « Il s’agit juste d’une expression créée de toutes pièces, un peu comme les gens qui qualifient les articles qui ne leur siéent pas de “fake news” », note Mark Pitcavage, analyste de l’anti-Defamation League interrogé par le New York Times.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.