Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Portrait de groupe avec cagoules et croix gammées

    Comment le renouveau de l’extrême droite américaine se construit sous Donald Trump

    De jeunes suprémacistes blancs manifestant dans les rues de Charlottesville en fin de semaine dernière
    Photo: Mykal McEldowney / The Indianapolis Star / AP De jeunes suprémacistes blancs manifestant dans les rues de Charlottesville en fin de semaine dernière

    Nostalgiques du sud confédéré, néonazis, zélateurs de la suprématie blanche ou partisans de l’« alt-right » s’affichent avec confiance aux États-Unis. Quel ciment idéologique rassemble cette nébuleuse de l’extrême droite ? Et quels sont ses rapports avec le gouvernement Trump ?


    Le mal est bien fait, comme prévu. Le rassemblement de solidarité de l’extrême droite du week-end à Charlottesville, en Virginie, à 200 km de Washington, a rameuté des milliers de partisans, tourné à la pagaille, suscité des contre-manifestations. Le conflit a finalement fait un mort, plusieurs blessés, des manchettes et des commentaires jusqu’à plus soif.

     

    La suite se prépare puisque les franges fascisantes comptent bien profiter de ce que le « white nationalist » Preston Wiginton du Texas a appelé « une période d’opportunité ». Lui-même souhaite organiser une nouvelle marche sur le thème « White Lives Matter » le 11 septembre dans son État. L’avocat Austin Gillespie, mieux connu comme Augustus Invictus, qui se décrit comme un philosophe de la droite, a annoncé lundi son intention de se présenter au Sénat en Floride. En même temps, Richard B. Spencer, figure de proue du rassemblement en Virginie, avertissait qu’il reviendrait y défiler avec ses sympathisants. « Il n’y a rien en enfer pour m’empêcher d’y retourner », a-t-il scandé.

     

    Un vent brun se lève ? Ou se relève ? L’extrême droite états-unienne est-elle sérieusement en regain de vitalité ? Ou s’agit-il plutôt d’un sursaut insignifiant, comme la vaguelette mourante d’un écho néfaste de l’histoire ?

     

    « L’extrême droite a toujours été présente dans le paysage américain », répond l’historien Maxime Wingender, spécialiste de ce sujet. « On a observé un regain d’activité de cette mouvance avec l’élection de Barack Obama, premier président noir des États-Unis. Ça continue sous l’actuel président. »

     

    Le mouvement « birther », faisant de Barack Obama un musulman né ailleurs qu’aux États-Unis (et donc inéligible comme président), a été fortement moussé par Donald Trump lui-même. Une fois élu, son remplaçant a continué à sa façon à stimuler le camp radical, dit M. Wingender. « Il n’est pas un extrémiste tout en défendant une vision conservatrice, anti-establishment et anti-immigration. Sa campagne électorale et son arrivée au pouvoir ont eu un impact important pour faire sortir de l’ombre des groupes qui se contentaient par exemple d’échanger sur Internet sur des sites comme Daily Stormer. »

     

    1600 groupes

     

    Greg Robinson, professeur d’histoire à l’UQAM, explique comment a opéré ce repositionnement sur l’échiquier politique. « Donald Trump a encouragé l’impression chez les gens de l’extrême droite qu’il était des leurs avec ses déclarations contre les immigrants, par exemple, ou en embauchant Stephen Bannon, fondateur du site d’information de droite Breitbart News, comme conseiller, dit-il. Ils ont donc pris position pour lui pendant la campagne. Trump a été élu par beaucoup de gens qui attribuent la responsabilité de leurs conditions de vie difficiles aux immigrants ou aux Noirs. Ce contexte explique que des extrémistes osent défiler publiquement en Virginie. »

     

    The Southern Poverty Law Center évalue qu’il existe environ 1600 groupes et groupuscules radicaux dans le pays, certains ne comptant que quelques membres. Un des plus connus et des plus anciens, le Ku Klux Klan (KKK), rassemblait quelque 500 000 adeptes au lendemain de la guerre de Sécession et dix fois plus (soit 5 millions) après la Première Guerre mondiale.

     

    Fred Trump, père du président Donald Trump, faisait d’ailleurs partie des sept hommes arrêtés en mai 1927 après une manifestation violente du KKK dans le Queens, quartier de New York. Seulement maintenant, l’organisation raciste, présente en cagoules au défilé de samedi en Virginie, ne compte plus que quelques milliers de membres.

     

    Le génocide blanc

     

    Ceux-là pataugent dans la même fange raciste que leurs ancêtres esclavagistes. Mais pour le reste, quels aimants idéologiques les rapprochent des néonazis ou de l’alt-right, cette droite alternative réputée moins violente ?

     

    « C’est une nébuleuse, répond le professeur Robinson, mais il n’y a pas l’équivalent d’un parti nazi pour organiser ce fourre-tout de l’extrême droite. On y retrouve donc des bons à rien fascistes, des partisans de la cause perdue de la confédération ou des antisémites. Au fond, ce n’est pas si différent de ce qu’on voit en Europe, où se retrouvent aussi la xénophobie et la peur de la perte d’identité. Nous ne sommes pas non plus complètement étrangers à ces idées au Québec comme on l’a vu pendant la commission Bouchard-Taylor. »

     

    Le début du XXIe siècle fournit de nouvelles obsessions aux affects, dont bien sûr le terrorisme et la peur des immigrants. « Vous ne nous remplacerez pas », criaient les marcheurs de samedi en défilant au flambeau de patio made in China achetés chez Home Depot. Un fantasme de « génocide blanc » calqué sur la théorie du grand remplacement de l’idéologue français Renaud Camus obsède ces « angry white men ».

     

    « Il y a toujours eu ce discours à l’extrême droite que les immigrants sont dangereux et inassimilables, que la modernité est dangereuse, dit encore le professeur Robinson. C’est le même mouvement extrêmement réactionnaire qui fantasme sur le bon vieux temps, racontant que les États-Unis sont en danger de perdre leur identité. »

     

    Des symboles

     

    La nouvelle guerre culturelle s’organise aussi autour de symboles forts. La manifestation du week-end tournait autour de la volonté des autorités de déboulonner une statue du général Lee, héros confédéré. Le déploiement (ou non) du drapeau rouge sudiste continue de susciter les passions, tout comme les droits accordés (ou retirés) aux membres de la communauté LGBT, particulièrement aux transgenres.

     

    Les réactions vont et viennent. Charlottesville a tourné au champ de bataille parce que des milliers de contre-manifestants ont dénoncé l’extrême droite. Lundi, des New-Yorkais ont pris les rues voisines de la Trump Tower pour dénoncer les accointances idéologiques apparentes du président et sa tiédeur comme sa lenteur à dénoncer les extrémistes de droite qui ont causé la mort samedi (« Shame, shame, shame »).

     

    « Ma belle-mère a dû annuler un rendez-vous médical à Manhattan parce que les rues étaient bloquées, raconte le professeur Robinson, New-Yorkais d’origine, joint dans sa ville natale. Il ne faut pas oublier la réaction progressiste. Tout comme l’élection d’Obama a donné naissance au mouvement ultraconservateur du Tea Party, il y a aussi un éveil de la gauche depuis l’élection de Trump. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.