Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Trump se distancie de son conseiller stratégique Bannon

    <p>Stephen Bannon <em>« est un gars bien, mais je leur ai dit </em>[à mon entourage] <em>de le recadrer ou c’est moi qui le ferai »</em>, a affirmé le président américain.</p>
    Photo: Mandel Ngan Agence France-Presse

    Stephen Bannon « est un gars bien, mais je leur ai dit [à mon entourage] de le recadrer ou c’est moi qui le ferai », a affirmé le président américain.

    Washington — Donald Trump semble continuer à se distancier de son conseiller stratégique controversé Stephen Bannon, contempteur virulent de «l’establishment» et des élites qui apparaît de plus en plus mis à l’écart.

     

    Stephen Bannon « est un gars bien, mais je leur ai dit [à mon entourage] de le recadrer ou c’est moi qui le ferai », a affirmé le président américain dans une interview au journal New York Post publiée mercredi.

     

    Nommé directeur général de la campagne de Donald Trump en août 2016, Steve Bannon, 63 ans, a nettement orienté le message du candidat républicain. Et après la victoire de Donald Trump en novembre, sa nomination comme haut conseiller à la Maison-Blanche avait été décriée par les associations antiracistes et des démocrates.

     

    «J’aime bien Steve, mais vous devez vous rappeler qu’il n’est arrivé que très tard dans mon équipe de campagne», a tempéré M. Trump. «J’avais déjà battu tous les sénateurs et les gouverneurs, et je ne connaissais pas Steve. Je suis mon propre stratège et ce n’est pas comme si j’allais changer de stratégie parce que j’étais opposé à “Hillary la crapule”», a-t-il ajouté à propos de son duel face à la démocrate Hillary Clinton.

     

    Le premier revers pour M. Bannon était intervenu la semaine passée quand il avait perdu sa place au sein du prestigieux Conseil de sécurité nationale.

     

    La rumeur veut que le discret gendre de Donald Trump, Jared Kushner, devenu le véritable bras droit du président américain ces dernières semaines, ne s’entendait pas avec Stephen Bannon et aurait poussé pour sa mise à l’écart.

     

    Stephen Bannon, homme de l’ombre cultivé, ancien banquier d’affaires et producteur de cinéma, s’est rarement fait entendre depuis son arrivée à la Maison-Blanche. Mais quand il parle, il ne retient pas ses coups, qualifiant les médias de «parti d’opposition» et promettant de secouer Washington et ses «élites». «Chaque jour sera un combat», affirmait-il en février.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.