Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Les États-Unis n’ont rien à envier au Canada en matière d'immigration économique

    «Les États-Unis réussissent mieux [que le Canada] à accueillir des immigrants qui s’intègrent bien économiquement», affirme le professeur Mikal Skuterud.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir «Les États-Unis réussissent mieux [que le Canada] à accueillir des immigrants qui s’intègrent bien économiquement», affirme le professeur Mikal Skuterud.

    Donald Trump rêve d’une immigration à la canadienne, qui sélectionne des travailleurs qualifiés, a-t-il dit mardi devant le Congrès américain. Vraiment ? C’est bien mal connaître son propre système.

     

    Car non seulement les États-Unis possèdent-ils déjà un système très performant qui intègre bien les immigrants dits économiques, mais il serait l’un des meilleurs. « Dans la catégorie de l’immigration économique, les programmes américains connaissent un plus grand succès comparativement à ceux au Canada », affirme Mikal Skuterud, professeur associé au Département d’économie de l’Université de Waterloo, dont les recherches ont porté précisément sur ce sujet.

     

    Alors pourquoi tant convoiter ce qui se fait chez nous ? Selon lui, Trump a probablement voulu annoncer son intention d’opérer une transition pour accueillir une majorité d’immigrants économiques comme c’est le cas au Canada. « Aux États-Unis, une plus grande proportion d’immigrants arrive grâce à la réunification familiale. Ce sont des gens qui viennent en grande partie d’Amérique latine, surtout du Mexique, et qui ne sont pas nécessairement des travailleurs qualifiés », explique M. Skuterud.

     

    « L’argument de Trump, et de beaucoup d’autres présidents avant lui, c’est de dire qu’il faut faire venir plus d’immigrants économiques, à travers le système de points comme au Canada, ce qui diminuera nécessairement le nombre de personnes qui immigrent dans la catégorie famille. Il se dit que c’est de cette façon qu’il augmentera le nombre d’immigrants éduqués ou avec qualification. En ce sens, il n’a pas tort. »

     

    Là où Donald Trump a tort, croit le professeur d’économie, c’est en privilégiant le système de points du Canada et de l’Australie. Car, à l’instar de ces deux pays, les États-Unis possèdent de très bons programmes — et même meilleurs — d’immigration économique.

     

    Le succès du H-1B

     

    Parmi eux, le visa H-1B connaît un vif succès. Ce sont des permis de séjour temporaires offerts à des professionnels étrangers selon certains critères de base, par exemple être détenteur d’un diplôme universitaire de quatre ans ou avoir une expérience professionnelle équivalente. Si tout se passe bien et qu’ils ont réussi à se trouver un emploi satisfaisant dans leur domaine, les États-Unis leur offrent alors la possibilité de transformer ce permis temporaire en résidence permanente (green card).

     

    En quoi ce visa H-1B est-il un si bon programme ? C’est que, contrairement à ce qui se fait au Canada et en Australie, il n’octroie pas la résidence permanente à quiconque a été sélectionné d’avance, sur la base de points accumulés en fonction de certains critères (langues, niveau d’études, etc.) « Tu n’as ta green card que si tu as un job et que ça se passe bien pour toi sur le marché du travail », soutient Mikal Skuterud. Cela lui paraît plus garant d’une intégration réussie.

     

    Selon le chercheur, le président américain ne devrait pas jurer que par ce système de sélection par points. D’ailleurs, l’Australie imite de plus en plus les États-Unis et privilégie l’immigration « en deux étapes ». Le Canada aussi, en acceptant de plus en plus d’immigrants dans le programme Catégorie expérience canadienne.

     

    « En réalité, le Canada est en train de s’approcher du système américain et les Américains disent qu’ils veulent s’approcher de notre système. C’est un peu ridicule. Car au final, ils convergent tous vers la même chose. »

     

    Les États-Unis déjà champions

     

    Dans une récente étude datant du mois dernier et qui compare la réussite de l’intégration des immigrants économiques au Canada, aux États-Unis et en Australie, Mikal Skuterud et ses collègues ont démontré que les immigrants, surtout ceux qui passent par les universités américaines, ont beaucoup de succès sur le marché du travail. « Et dans certains cas, ces immigrants ont même des revenus supérieurs à ceux des Américains éduqués dans les mêmes universités », souligne M. Skuterud.

     

    Ainsi, les États-Unis, même s’ils accueillent beaucoup de travailleurs non qualifiés et de sans-papiers, ne sont pas à plaindre. Car ils réussiront toujours à attirer « la crème de la crème » dans le lot de travailleurs étrangers qualifiés. Le Canada ne fait effectivement pas le poids à côté des États-Unis, qui possèdent les Microsoft, Google et autres grandes entreprises dans ce domaine de pointe. « Les États-Unis réussissent mieux à accueillir des immigrants qui s’intègrent bien économiquement. Un Indien ou un Chinois qui veut immigrer, s’il est très brillant, va choisir le pays où les bénéfices potentiels sont les plus grands. Et c’est aux États-Unis que tu as le plus grand retour sur tes compétences. »

     

    Oui, vraiment, Donald Trump devrait y penser à deux fois avant de fermer son programme de visa temporaire H-1B et se diriger vers un système de points comme il l’a laissé entendre mardi, dit M. Skuterud. « En fait, même s’il s’est adouci dans son discours, le fait est que Trump n’aime pas les immigrants, point. Il croit que les immigrants volent les jobs des Américains. Et c’est pour ça qu’il veut fermer le programme de visa H-1B. Mais ce serait un désastre total. »


    Les immigrants dits économiques au Canada Cibles en 2015 : 181 300 sur un total de 279 200 immigrants (65 %)

    Cibles en 2016 : 160 600 sur un total de 300 000 immigrants (54 %)

    Source: Immigration Canada












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.