Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Sortir de sa bulle

    Trois lectures pour mieux comprendre la présidence de Donald Trump

    Comment sortir de ses propres ornières politiques et médiatiques quand on parle de Donald Trump? Ornières d'autant plus fortes à l’ère des réseaux sociaux et des algorithmes qui s’ajustent à nos opinions. À la manière de la rafraîchissante série « Burst Your Bubble », du Guardian, Le Devoir vous propose trois textes pour sortir de votre bulle.

    Les textes choisis cette semaine viennent de la presse américaine et sont donc en anglais



    Dans la tête du président

    Fort de ses multiples coups d’éclat, Donald Trump a déjà vu sa santé mentale remise en cause à de nombreuses reprises depuis son entrée en politique, et ce, même si, depuis le milieu du 20e siècle, il est de mise que les experts se gardent une petite gêne à ce sujet. À cette époque, la propension des psychiatres à tirer le portrait psychologique des chefs d’État avait d’ailleurs mené à un scandale entourant la présidence de Lyndon Johnson. Dans Psychoanalyzing the President, un papier publié dans l’American Conservative, l’auteur Telly Davidson rappelle que le président républicain est loin d’être le premier chef d’État américain à voir ses capacités psychologiques remises en question. Intéressant retour dans le temps où l’on se souvient que, de Lyndon Johnson à Bill Clinton, en passant par Ronald Reagan, rares sont les présidents qui ont été épargnés sur ce plan.

    Extrait : « Donald Trump may be (in many people’s opinions) the worst, in other words, but he’s hardly the first president to inspire serious questions about his psychological fitness and health. »

    Lisez l'article



    L’ennemi intérieur

    À force d’attaquer sa rivale démocrate Hillary Clinton, Donald Trump pourrait bien passer à côté de celui qui pourrait réellement lui ravir la présidence. C’est du moins ce qu’expose Jennifer Rubin, la voix conservatrice du Washington Post, dans une analyse intitulée It’s no longer Trump vs. Clinton. But could Trump vs. Pence be in our future ? Selon elle, le président républicain, qui n’a cessé de perdre des appuis au cours de la dernière semaine, devrait se méfier de son vice-président puisque, ultimement, c’est lui qui le remplacerait en cas de destitution. D'autant plus que, à l’inverse, ce dernier ne cesse de gagner en popularité.

    Extrait : « We are along way from any of that, but Trump’s barking up the wrong tree if he thinks the ghost of Hillary Clinton will keep his approval rating high. The American people have moved on from the election. Now the question is whether at some point they’ll move beyond him — into Pence’s waiting arms. »

    Lisez l'article



    L’envers des sources anti-Trump

    L’empressement des libéraux à vouloir faire tomber Donald Trump cacherait-il une menace plus grande à la démocratie ? C’est du moins ce qu’avance Damon Linker, figure de proue du conservatisme politique américain, dans America's spies are playing a dangerous game against President Trump. Publiée dans The Week, cette prise de position met en avant la possible iniquité des sources journalistiques qui ont entraîné le raz-de-marée qui a frappé le président américain cette semaine. Selon Linker, ces fuites pourraient, à terme, mettre à mal bien plus que la légitimité à gouverner de Trump, mais bien l’ensemble des institutions démocratiques du pays.

    Extrait : « All of this is bad — the behavior alleged in the leaks, of course, but also the extent of the leaks themselves, and the willingness of the press to publish them while providing the leakers with a cloak of anonymity. [...] Put it all together and it's hard to avoid the conclusion that we're living through a remarkably comprehensive breakdown in America's democratic institutions. »

    Lisez l'article












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.