Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Dernier débat présidentiel

    La pression sur les épaules de Trump

    19 octobre 2016 |Marco Fortier | États-Unis
    Cette fois, Trump se servira sans doute des révélations de WikiLeaks pour embarrasser sa rivale, estiment des analystes.
    Photo: Mangel Ngan Agence France-Presse Cette fois, Trump se servira sans doute des révélations de WikiLeaks pour embarrasser sa rivale, estiment des analystes.

    La descente aux enfers de Donald Trump a commencé durant le premier débat télévisé, le 26 septembre. Le candidat républicain aura toute une pente à remonter lorsqu’il se présentera au troisième et dernier débat de la campagne présidentielle, ce mercredi soir, à l’Université du Nevada à Las Vegas. Les thèmes abordés seront la dette et les programmes sociaux, l’économie, la Cour suprême, les zones de conflits à l’étranger et la compétence à occuper la présidence.

     

    Trump n’a pas le choix : il doit à tout prix frapper l’imagination des électeurs américains durant cet ultime affrontement de 90 minutes s’il veut faire tourner le vent qui souffle en faveur d’Hillary Clinton. La candidate démocrate détient une avance quasi insurmontable sur son rival républicain, selon un vaste sondage publié mardi dans le Washington Post.

     

    Ce coup de sonde, mené dans 15 États-clés, révèle que Clinton mène par quatre points ou plus dans neuf États qui lui garantissent 304 votes au collège électoral. Pour gagner, un candidat doit remporter 270 voix au collège électoral (la moitié plus un des 538 grands électeurs). De son côté, Trump semble en voie de remporter 138 votes dans ces États cruciaux.

    Affrontement sur six thèmes Le débat de mercredi soir portera sur six thèmes : dette et programmes sociaux, économie, Cour suprême, zones de conflits à l’étranger et compétence à occuper la présidence. Chaque segment durera 15 minutes. Le débat de 90 minutes débutera à 21 h. Le modérateur sera le journaliste Chris Wallace, de Fox News, réputé pour sa ténacité.


    Le bouillant milliardaire écoutera-t-il les conseils de sa femme, Melania Trump ? « Je lui dis toujours de rester lui-même. Reste calme. Sois concentré. Concentre-toi sur les enjeux : les Américains veulent savoir ce que tu feras pour eux, a dit Mme Trump en entrevue à CNN, lundi soir. Je lui donne beaucoup de conseils. Parfois il m’écoute, parfois il ne m’écoute pas. »

     

    En tout cas, Donald Trump a eu de la difficulté à rester zen durant les deux premiers débats. Il a interrompu Hillary Clinton 70 fois durant le premier affrontement, le mois dernier. Et il l’a suivie à la trace, de façon presque maniaque, lorsque Clinton se déplaçait pour parler au public venu assister au débat de la semaine dernière. Trump était visiblement nerveux, deux jours après la diffusion de la fameuse vidéo où il se vantait d’empoigner des femmes par l’entrejambe.

     

    Cette fois, Trump se servira sans doute des révélations de WikiLeaks pour embarrasser sa rivale, estiment des analystes. Des documents piratés montrent une proximité entre Hillary Clinton et Wall Street dans des discours qu’elle a livrés en 2013. Des courriels de son directeur de campagne, John Podesta, confirment aussi des difficultés importantes au sein de la Fondation Clinton.

     

    Les cibles démocrates

     

    La candidate démocrate, elle, doit profiter du débat pour livrer un « plaidoyer très fort » qui dissiperait tous les doutes au sujet d’une éventuelle présidence Clinton, estime une analyse du Washington Post. Sur les 15 États sondés par le quotidien, neuf penchent en faveur de Clinton (New Hampshire, Virginie, Michigan, Nouveau-Mexique, Colorado, Caroline du Nord, Pennsylvanie, Wisconsin, Géorgie), quatre sont le théâtre de luttes serrées où Trump a l’avance (Floride, Texas, Arizona, Ohio) et deux sont presque acquis à Trump (Nevada et Iowa).

     

    Les sondages suggèrent qu’Hillary Clinton jouit d’une avance comparable au résultat final de Barack Obama en 2008 (victoire par 7,2 points contre John McCain), note Rafaël Jacob, chercheur associé à la Chaire Raoul-Dandurand de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Clinton paraît en bonne position en Caroline du Nord, en Géorgie, au Texas et en Arizona si elle continue de creuser l’écart avec Trump, estime-t-il. Le camp démocrate a ainsi annoncé cette semaine qu’il investit 2 millions de dollars dans la campagne en Arizona, souligne M. Jacob.

     

    Selon lui, l’Alaska semble aussi dans la ligne de mire de Clinton. Et même l’Utah, forteresse républicaine par excellence, où Hillary Clinton peut se faufiler entre Trump et l’indépendant Evan McMullin, qui se disputent le vote conservateur.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.