Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Trump vacille dans l’État le plus républicain

    13 octobre 2016 |Marco Fortier | États-Unis
    Rien ne va plus pour le candidat républicain à la présidence, Donald Trump
    Photo: Mandel Ngan Agence France-Presse Rien ne va plus pour le candidat républicain à la présidence, Donald Trump

    L’État le plus républicain des États-Unis semble en voie d’échapper à Donald Trump. Signe du désarroi de la campagne républicaine, l’Utah, où la majorité de la population appartient à l’Église mormone, se tourne vers un illustre inconnu de 40 ans décrit comme le seul candidat capable de ramener les valeurs conservatrices à la Maison-Blanche.

     

    Un sondage révélant l’effondrement de Donald Trump en Utah a provoqué un tremblement de terre dans la campagne présidentielle mercredi. Cet État de l’Ouest a toujours voté républicain depuis un demi-siècle, mais les scandales à répétition ont plombé la campagne de Trump.

     

    Le sulfureux milliardaire détenait une avance de 20 points en Utah il y a deux mois. Ses appuis ont fondu : Trump et Hillary Clinton se trouvent désormais à égalité avec 26 % des intentions de vote chacun. Plus étonnant encore, les électeurs de l’Utah transfèrent leurs appuis vers Evan McMullin, un indépendant qui était inconnu avant d’annoncer sa candidature à la présidence des États-Unis, au mois d’août. Cet ancien agent de la CIA obtient 22 % des intentions de vote, devant le libertarien Gary Johnson (14 %).

     

    Ce sondage a été mené au téléphone auprès de 500 électeurs, les 10 et 11 octobre, par la firme Y2 Analytics de Salt Lake City. Le coup de sonde comporte une marge d’erreur de 4,4 %, selon le sondeur.

     

    Le nez bouché

     

    « Attachez votre ceinture, parce que cette campagne est loin d’être terminée », dit Gil Troy, spécialiste de l’histoire politique des États-Unis à l’Université McGill.

     

    Le sort des élections présidentielles américaines est généralement scellé à un mois du scrutin, explique le professeur. Cette fois, c’est tout le contraire : la stratégie imprévisible de Donald Trump vient brouiller les cartes.

     

    Si le Parti républicain échappe son bastion de l’Utah, il risque la déconfiture sur le plan national, notamment dans des luttes serrées pour des sièges au Congrès, préviennent des analystes. Le camp démocrate a ainsi commencé à consacrer des fonds à des États traditionnellement républicains comme la Géorgie et l’Arizona, a rapporté le New York Times.

    À lire aussi Nouvelles accusations, nouveau démenti
    Le camp de Trump réfute les allégations d’attouchements sexuels publiées par le New York Times
     

    La débâcle républicaine en Utah inspire tout de même la prudence à des observateurs. Trump reste solide dans les châteaux forts rouges comme le Wyoming, le Kansas, l’Arkansas ou le Tennessee, rappelle Rafaël Jacob, chercheur associé à la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l’UQAM. Cette déroute en Utah montre malgré tout la faiblesse du magnat de l’immobilier auprès de l’électorat républicain traditionnel, explique le chercheur.

     

    « L’Utah est plus qu’une forteresse, c’est l’État le plus républicain aux États-Unis. Mais c’est un cas particulier à cause de la forte présence des mormons », souligne Rafaël Jacob. En 2012, le mormon Mitt Romney avait remporté l’État par une majorité écrasante de 48 points devant Barack Obama. George W. Bush y a déjà remporté plus de 70 % des voix. La dernière victoire démocrate en Utah remonte à 1964, il y a 52 ans.

     

    Chose certaine, cet État de près de 3 millions d’habitants illustre les réticences d’un électorat religieux qui préfère la retenue et la discrétion aux frasques de Trump. Plus de 60 % de la population de l’Utah appartient à l’Église mormone. Les autres églises chrétiennes évangéliques sont aussi florissantes.

     

    Trump n’a jamais été populaire en Utah, mais les électeurs républicains semblaient l’appuyer en se bouchant le nez — jusqu’à la diffusion de la vidéo de 2005, vendredi dernier, où il se vante d’avoir agressé une femme sans avoir été ennuyé par la justice.

     

    Les paroles, les gestes et le programme de Trump ne passent pas en Utah, rappellent des experts. Bien avant l’infâme vidéo, Trump traînait un lourd bagage dans l’État. Par exemple, les propositions d’interdire de séjour les musulmans, d’expulser les immigrants illégaux ou de construire un mur à la frontière du Mexique ont été mal accueillies en Utah.

     

    Les mormons ont été eux-mêmes la cible de discrimination dans le passé et sont sensibles aux droits des minorités, a déclaré l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, dans un communiqué.

     

    Dans la ligne de mire

     

    Ce n’est pas pour rien que Donald Trump a été humilié durant les primaires républicaines en Utah. Trump a terminé troisième avec 14 % d’appuis, loin derrière Ted Cruz. Des membres influents du Parti républicain de l’Utah ont depuis largué Donald Trump : Mitt Romney, le gouverneur Gary Herbert, et les représentants Chris Stewart et Jason Chaffetz ont annoncé qu’ils ne voteraient pas pour lui.

     

    « C’est fascinant », a souligné Matthew Dowd, ex-stratège de George W. Bush et analyste au réseau ABC : les chances de victoire de l’indépendant Evan McMullin en Utah sont supérieures à celles de Donald Trump dans les États-clés de la Pennsylvanie, du Michigan, du New Hampshire, du Colorado ou de la Virginie, selon lui.

     

    Il est vrai que les candidats indépendants restent dans l’ombre des géants démocrate et républicain. La dernière victoire d’un aspirant-président indépendant dans un État remonte à 1968 : le suprémaciste blanc George Wallace avait remporté une série d’États du Sud.

     

    L’indépendant Evan McMullin, lui, met de l’avant des arguments convaincants pour les électeurs de l’Utah. À 40 ans, il est un mormon diplômé de l’Université Brigham Young, l’établissement principal de l’Église mormone à Provo. Ex-agent de la CIA, ex-directeur des politiques du Parti républicain à la Chambre des représentants, McMullin a le profil recherché par bien des partisans de Trump : un vrai conservateur et un outsider qui ne doit rien aux têtes dirigeantes du parti. Sans traîner les frasques de Trump.

     













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.