Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Lettre - Hommage au peuple américain

    11 septembre 2013 |Benoit Otis - Lévis, le 8 septembre 2013 | États-Unis

    Malgré les conflits sporadiques à travers le monde, jamais dans toute l’histoire de l’humanité on n’a vu autant de stratégies politiques en faveur d’une paix durable. On a troqué les idéologies désuètes pour une vision plus réaliste de notre monde moderne. On connaît beaucoup mieux la nature humaine : les instincts primitifs de l’homme pour sa survie sont ainsi redéfinis.

     

    On prend conscience maintenant de notre interdépendance et on réfléchit avant de poser des gestes. Les stratégies politiques à l’échelle internationale font l’objet du libre examen et on tente de développer une conscience planétaire qui tient compte de la condition humaine partout dans le monde. La lutte contre le terrorisme en est un bon exemple.

     

    Par ailleurs, nombre de gens critiquent les Américains de vouloir tout contrôler sur la planète. Mais qui d’autres qu’eux serait en mesure de mieux remplir ce rôle de « médiateur » de la paix entre les nations ? Il faut reconnaître que le peuple américain a dû trimer dur pour obtenir ce qu’il possède maintenant, et aussi pour acquérir une telle notoriété à travers le monde.

     

    Pour ce faire, ils se sont donné une terre de liberté pour ensuite accueillir des compétences de tous les coins du monde, sans distinction de race, de religion et de culture. Donc, un pays très représentatif de l’ordre mondial. Ce qui leur donne un droit de regard sur le monde et de décider des mesures à prendre pour assurer son avenir, un avenir qui passe par une coopération internationale et par la reconnaissance des besoins de chacun.













    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.