Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Espionnage de la NSA - Aux Européens furieux, Obama promet des explications

    Edward Snowden demande l’asile politique à la Russie

    Le président américain Barack Obama cherche à relativiser l’affaire d’espionnage électronique d'institutions européennes, pris de court par la colère des Européens, partenaires commerciaux des États-Unis. 
    Photo : Evan Vucci Associated Press Le président américain Barack Obama cherche à relativiser l’affaire d’espionnage électronique d'institutions européennes, pris de court par la colère des Européens, partenaires commerciaux des États-Unis. 
    Le président Barack Obama, menacé d’un blocage des négociations commerciales entre l’UE et les USA, a promis lundi à ses alliés européens toutes les « informations » qu’ils réclament sur l’espionnage électronique de leurs institutions par une agence américaine.

    Washington continue d’«évaluer» le contenu de l’article du quotidien britannique Guardian, citant des documents fournis par l’ancien consultant de la NSA Edward Snowden, et les États-Unis « communiqueront [ensuite] de manière appropriée avec leurs alliés », a assuré M. Obama, en visite en Tanzanie.


    Pris de court par la colère des Européens après ces révélations d’écoutes et de surveillance par l’agence de renseignement NSA, les États-Unis cherchent à relativiser l’affaire, à un moment où les négociations sur une zone de libre-échange transatlantique sont sur le point de s’ouvrir.


    Sans évoquer directement ce dossier précis, le président français François Hollande estime, quant à lui, que l’« on ne peut avoir de négociations ou de transactions » avec les États-Unis qu’« une fois obtenues [les] garanties » sur une cessation de l’espionnage par ce pays de l’UE et de la France.

     

    La France ne peut « pas accepter ce type de comportement » qui doit cesser « immédiatement », a réagi François Hollande, premier chef d’État à s’exprimer aussi vivement sur les soupçons d’espionnage américain, en marge d’une visite en Bretagne (ouest).


    « Les éléments sont déjà suffisamment réunis pour que nous demandions des explications », a-t-il ajouté.


    Le président social-démocrate du Parlement européen Martin Schulz a déclaré que ces faits, s’ils étaient avérés, porteraient « un coup terrible aux relations entre l’Union européenne et les États-Unis ». « Le Parlement européen ne doit pas être traité comme un ennemi », a-t-il souligné.


    « S’il est vrai que les Américains ont espionné leurs alliés, il y a aura des dégâts politiques. Cela dépasse de loin les besoins de sécurité nationale. C’est une rupture de confiance et on est parti pour quelque chose de très sérieux », a confié un responsable européen.


    En Allemagne, un porte-parole d’Angela Merkel, Stefen Seibert, a estimé que les États-Unis devaient « rétablir la confiance » avec leurs alliés européens. « Une discussion aura bientôt lieu » avec la chancelière, a-t-il précisé.


    La Belgique et la Grèce ont réclamé de leurs côtés des explications à Washington.


    C’est l’hebdomadaire allemand, Der Spiegel, qui a révélé dimanche que l’agence américaine NSA espionnait des bâtiments officiels de l’Union européenne aux États-Unis, mais aussi à Bruxelles depuis de longues années. Au sein de l’UE, l’Allemagne est, selon l’hebdomadaire, une cible privilégiée.


    Le Spiegel fonde ses accusations sur des documents confidentiels dont il a pu avoir connaissance grâce à l’ancien collaborateur du renseignement américain Edward Snowden, auteur de révélations explosives sur le programme américain d’espionnage électronique.


    Le quotidien britannique The Guardian a écrit dans la foulée que la France, l’Italie et la Grèce figuraient parmi les 38 « cibles » surveillées par l’agence américaine.


    Snowden en Russie


    Le président russe Vladimir Poutine a assuré lundi qu’il ne livrerait pas Edward Snowden, qui se trouverait toujours dans la zone internationale de l’aéroport Cheremetievo à Moscou, car « la Russie ne livre jamais personne ».


    Mais celui-ci, s’il veut rester en Russie, doit cesser « ses activités visant à faire du tort à nos partenaires américains », ou alors « choisir un pays ou aller », a-t-il dit.


    Des contacts ont été établis entre les États-Unis et la Russie concernant le sort de l’ex-consultant.


    « Le fait que les alliés [occidentaux] s’espionnent les uns les autres, ce n’est pas notre affaire, qu’ils fassent ce qu’ils veulent », a encore commenté M. Poutine.


    Premier représentant américain à réagir, le secrétaire d’État John Kerry, qui a rencontré lundi matin son homologue européenne Catherine Ashton en marge d’un sommet asiatique à Brunei, avait tenté de minimiser l’ampleur du scandale.


    « Je dirais que chaque pays dans le monde qui est impliqué dans les affaires internationales, de sécurité nationale, exerce de nombreuses activités afin de protéger sa sécurité nationale et toutes sortes d’informations qui peuvent y contribuer », a-t-il dit.


    « Nous coopérons avec l’Europe sur tellement de sujets », a renchéri Ben Rhodes, conseiller adjoint du président Barack Obama pour la sécurité nationale. « […] nous partageons aussi beaucoup de valeurs démocratiques qui, je pense, peuvent transcender toute controverse », a-t-il ajouté.

    ***
     

    Mémoire courte


    Mémoire courte ? Hypocrisie ? Les cris d’orfraie que poussent les dirigeants européens depuis que le Spiegel et le Guardian ont révélé que la NSA espionne sont un rien stupéfiants. Car, s’il y a bien une chose que chacun sait à Bruxelles et dans les capitales européennes, c’est que les Américains les surveillent depuis longtemps et ils sont loin d’être les seuls : la Chine, la Russie, le Japon ou encore le Canada, mais aussi les États membres entre eux ou vis-à-vis des pays tiers, États-Unis compris, se livrent à ce type d’activité. « Tout le monde fait du renseignement, dans un but de sécurité ou commercial. Il est hallucinant d’entendre parler “d’acte d’hostilité inqualifiable”», a souligné à ce titre un diplomate européen.
     

    Libération

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel