Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Un Canadien est enlevé en Colombie

    Bogotá — Cinq personnes, dont trois géologues étrangers, ont été enlevés vendredi dans le nord de la Colombie par des membres présumés de l’ELN (Armée de libération nationale), la seconde guérilla du pays, a annoncé un responsable militaire.

    « Un groupe de 20 à 25 bandits de l’ELN ont fait irruption et enlevé cinq personnes, un Canadien, deux Péruviens et deux Colombiens », employés d’une entreprise dans le département de Bolivar, a déclaré à la presse le général Alejandro Navas, commandant des forces militaires colombiennes.

     

    À l’aube


    Les personnes enlevées travaillaient pour une société d’exploitation de ressources naturelles, a indiqué M. Navas, sans préciser si la compagnie dont l’identité n’a pas été précisée avait fait l’objet d’une demande de rançon.


    L’enlèvement s’est déroulé à l’aube dans une zone rurale de la localité de Norosi, où l’armée a déployé des renforts par voies terrestre et aérienne.


    « Nous sommes sur la trace des ravisseurs dans le sud de Bolivar. La force publique est déjà mobilisée et nous les avons en ligne de mire », a réagi le président colombien, Juan Manuel Santos, dans un message publié sur son compte Twitter.


    L’ELN, qui compte selon les autorités 2500 combattants après plus de quarante ans d’existence, est le second mouvement de rébellion d’extrême gauche, après celle des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), dont les effectifs sont quatre fois plus nombreux.


    Cette guérilla s’était déclarée prête à engager des pourparlers avec les autorités, dans le sillage des négociations de paix avec les FARC ouvertes depuis novembre à Cuba, afin de tenter de résoudre un conflit qui a fait quelque 600000 victimes en un demi-siècle.

     

    Secteur lucratif


    Locomotive de l’économie colombienne, le secteur minier et pétrolier constitue, dans les régions rurales, la cible privilégiée des groupes armés illégaux pour les séquestrations et les actes de sabotages, même si les FARC se sont de leur côté engagées depuis le début de l’année à abandonner la pratique des enlèvements contre rançon.


    L’an dernier, l’ELN avait enlevé durant dix-neuf jours deux employées d’une société de sous-traitance d’une compagnie pétrolière. Les deux femmes avaient été relâchées en août et remises à une délégation de la Croix-Rouge internationale et de l’Église catholique.


    Plus récemment, en novembre dernier, quatre travailleurs chinois, également employés d’une compagnie pétrolière, avaient été libérés après avoir été retenus en captivité durant presqu’un an et demi. Leur enlèvement avait été attribué aux Farc par les autorités.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel