Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Avec 19% de femmes, le Congrès américain n’a jamais été aussi féminin

    4 janvier 2013 |Agence France-Presse (photo) - Agence France-Presse | États-Unis
    Washington — Le Congrès américain n’avait jamais compté autant de femmes dans son histoire, avec 20 sénatrices et 81 membres de la Chambre des représentants, fruit d’un effort soutenu des démocrates pour faire élire des femmes.

    Avec 101 sièges sur 535 (19 %), le contingent féminin a gagné sept sièges par rapport à la législature précédente. Leur nombre a augmenté à chacune des dernières élections, après un bond historique en 1992, l’année de l’élection du président démocrate Bill Clinton.


    En France, où la loi sur la parité oblige les partis à présenter plus de candidatures féminines, l’Assemblée nationale compte 27 % de femmes et le Sénat 23 %. Le nombre d’élus non blancs a aussi beaucoup augmenté du côté démocrate, illustrant la diversité accrue du parti face à un parti républicain qui reste largement blanc et masculin.


    Côté Chambre des représentants, l’une des deux chambres du Congrès, 43 Noirs, 35 Hispaniques et 11 Asiatiques ont été élus aux élections du 6 novembre, sur 435 membres. Tous les Noirs élus sont démocrates.


    Au Sénat, 20 des 100 sièges ont été conquis par des femmes, dont 16 démocrates. C’est trois de plus qu’avant.


    Mais dans cette chambre, où chaque sénateur détient individuellement plus de pouvoir qu’à la Chambre et est élu pour six ans, deux républicains sont hispaniques, dont le populaire Marco Rubio, d’origine cubaine.


    Et le seul sénateur noir est un républicain, Tim Scott.


    Tous ces élus devaient prendre officiellement leurs fonctions jeudi lors d’une cérémonie d’investiture du 113e Congrès américain, la constitution américaine laissant en place pendant près de deux mois la législature précédente. Ce ne sont donc pas les élus du 6 novembre qui ont voté sur le « mur budgétaire » lundi et mardi.


    Les démocrates s’enorgueillissent de leur groupe parlementaire particulièrement représentatif des minorités, y compris de la communauté homosexuelle, avec six élus ouvertement gays ou bisexuels à la Chambre, selon le chiffre fièrement fourni par la patrone des démocrates, Nancy Pelosi. Le Sénat accueillera aussi sa première membre ouvertement lesbienne, Tammy Baldwin. L’équilibre politique du Congrès n’a pas changé lors des élections législatives de novembre. La Chambre est restée contrôlée par les républicains, qui disposent de 235 sièges sur 435. Au Sénat, le groupe démocrate détient la majorité avec 55 sièges sur 100.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel