Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La course républicaine à la Maison-Blanche - Rick Santorum se retire, Mitt Romney se rapproche de l'investiture

    Rick Santorum n’a pas appelé ses partisans à soutenir un candidat ou un autre.<br />
    Photo : Agence Reuters Jason Cohn Rick Santorum n’a pas appelé ses partisans à soutenir un candidat ou un autre.
    Washington — Le candidat ultraconservateur Rick Santorum a annoncé hier qu'il se retirait de la course républicaine à la Maison-Blanche, ouvrant la voie à Mitt Romney pour affronter le président sortant, Barack Obama, en novembre.

    «Même si cette campagne présidentielle est terminée pour moi, et que nous suspendons notre campagne à partir d'aujourd'hui, nous n'abandonnons pas le combat», a déclaré

    M. Santorum lors d'une conférence de presse à Gettysburg dans son fief de Pennsylvanie, où une élection primaire doit se tenir le 24 avril.

    Aussitôt après, Mitt Romney a diffusé un communiqué pour «féliciter» son ancien rival «pour la campagne qu'il a menée». «Il s'est révélé une voix importante pour le parti et le pays», a ajouté M. Romney.

    Après plus de trois mois d'affrontements fratricides entre les candidats républicains, M. Romney devrait concentrer davantage ses forces sur Barack Obama, dont il devient l'adversaire le plus probable pour l'élection du 6 novembre. «Le plus important est de mettre les échecs de ces trois dernières années derrière nous et de remettre l'Amérique sur la voie de la prospérité», a-t-il assuré dans son communiqué.

    Au cours des prochaines primaires républicaines, qui se déroulent État par État, Mitt Romney devrait accentuer son avance déjà considérable sur les deux autres candidats encore en lice, Newt Gingrich et Ron Paul. L'ancien gouverneur du Massachusetts, nettement favori avant le retrait de M. Santorum, a empoché 656 délégués sur les 1144 nécessaires pour obtenir l'investiture, selon le site spécialisé RealClearPolitics. M. Santorum en avait rassemblé 272, M. Gingrich 140 et M. Paul, 67.

    Le multimillionnaire Romney a donc toutes les chances d'être formellement désigné candidat du Parti républicain lors de la convention du parti fin août à Tampa. Mais même si leurs chances sont maigres, les deux autres candidats ont assuré hier qu'ils se maintenaient dans la course.

    M. Gingrich, ancien président ultraconservateur de la Chambre des représentants, a appelé les partisans de M. Santorum à le rejoindre. Quant à l'isolationniste Ron Paul, doyen de la course, il a affirmé qu'il représentait désormais «la dernière vraie solution conservatrice» encore disponible pour les électeurs républicains face à Mitt Romney.

    «Nous allons continuer à nous battre pour les Américains qui se sont mobilisés et nous ont donné des ailes pour accomplir ce qu'aucun expert politique n'avait prévu», a dit hier M. Santorum, rappelant que sa victoire surprise dans l'Iowa le 3 janvier et sa montée en puissance dans la course à la Maison-Blanche avaient surpris nombre d'observateurs.

    Dans une lettre pour remercier ses partisans, M. Santorum, qui n'a pas appelé à soutenir d'autre candidat, demande «un don de plus» pour éponger les dettes de la campagne.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel