Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Pipeline Keystone: le gouverneur du Montana dénonce les «imbéciles» de Washington

    23 février 2012 15h26 |La Presse canadienne | États-Unis
    Helena, Montana — Le gouverneur du Montana affirme que le controversé pipeline Keystone XL qui doit relier les sables bitumineux de l’Alberta à la côte du golfe du Mexique sera éventuellement construit, et il attribue les délais qui frappent le projet aux «imbéciles» de Washington qui commencent tout juste à s’y intéresser.

    «Bla, bla, bla, Washington D.C., la politique. Si on veut que quelque chose ne soit a) jamais fait et b) contesté et discuté, on l’envoie à Washington», a dit le gouverneur démocrate Brian Schweitzer lors d’une entrevue avec La Presse canadienne.

    «[Le pipeline] sera construit. Quatre-vingt-dix pour cent de ces imbéciles qui se plaignent du pipeline Keystone à Washington n’auraient même pas été capables de le placer sur une carte il y a un an. Pendant qu’on se tapait tout le travail ici au Montana et au Dakota du Sud et au Kansas et en Oklahoma [...] à Washington [...] tous ces grands défenseurs n’avaient jamais entendu parler de Keystone.»

    Épine politique

    Le pipeline, qui prolongerait un oléoduc qui rejoint déjà le Midwest américain, est devenu une épine politique au moment où le président Barack Obama travaille à sa réélection.

    Les partisans du projet de la firme TransCanada affirment que le pipeline créerait des milliers d’emplois et remplacerait les importations de pétrole provenant de pays ennemis. Ses détracteurs prétendent qu’il augmenterait plutôt la dépendance des Américains envers le pétrole «sale» des sables bitumineux, en plus de représenter une menace écologique en cas de déversement.

    M. Schweitzer rappelle que Keystone traverserait le Montana plus que n’importe quel autre État et estime qu’il représenterait une bénédiction pour les producteurs de pétrole. La production pétrolière du Montana et du Dakota du Nord est en pleine croissance, a-t-il dit, mais le pétrole doit être transporté par chemin de fer.

    «Le chemin de fer n’est pas sécuritaire, c’est périlleux pour l’environnement, et ça coûte 20 $US ou 30 $US de plus par baril pour se rendre au marché, donc nos producteurs vendent au rabais parce que nous n’avons pas accès à un pipeline, et c’est quelque chose que nous avons négocié avec TransCanada», a-t-il dit.

    Le gouverneur du Montana reproche aussi à certains de ses homologues, notamment ceux du Texas et du Kansas, de ne jamais s’être intéressés au projet. Mais il est aujourd’hui si sûr de voir le projet se concrétiser qu’il est prêt à gager sur son succès.

    «Ça va se faire. Je suis prêt à vous gager 100 $US là-dessus, a-t-il dit dans son bureau d’Helena. Je pense que la construction va commencer en 2013. Le Nebraska prévoit avoir conclu une entente en octobre ou novembre [...], ça donne au département d’État 90 ou 120 jours pour travailler là-dessus. On va le construire.»
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel