Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Adoption d'une loi «anti-syndicat» - Wisconsin: les manifestants refusent de reculer

    14 mars 2011 |Associated Press | États-Unis
    Des dizaines de fermiers montés sur leurs tracteurs se sont joints aux manifestants qui se dirigeaient vers le parlement du Wisconsin, samedi. <br />
    Photo: Agence Reuters Darren Hauck Des dizaines de fermiers montés sur leurs tracteurs se sont joints aux manifestants qui se dirigeaient vers le parlement du Wisconsin, samedi.
    Madison — Des milliers de manifestants pro-syndicaux ont manifesté devant le parlement du Wisconsin, samedi, une journée après que le gouverneur républicain de l'État eut ratifié un projet de loi controversé qui s'attaque aux droits d'association des fonctionnaires.

    L'approbation du gouverneur Scott Walker concluait une semaine de manoeuvres et d'affrontements politiques. Des dizaines de milliers de manifestants s'étaient déjà fait entendre devant le parlement et 14 sénateurs démocrates s'étaient réfugiés en Illinois afin de tenter de bloquer le vote des parlementaires.

    Plusieurs manifestants se sont rassemblés samedi près d'un centre de congrès où 13 sénateurs ont fait une première apparition publique depuis leur exil dans l'État voisin.

    Avant de se joindre à la marche avec les autres protestataires, le sénateur Spencer Coggs, de Milwaukee, a affirmé que Scott Walker avait obligé les élus républicains à se sacrifier en adoptant cette loi. M. Coggs et d'autres alliés ont déjà indiqué qu'ils allaient maintenant investir leurs énergies sur la destitution de huit sénateurs républicains.

    Certains démocrates font aussi l'objet de procédures de destitution.

    Le projet de loi appuyé par le gouverneur Walker a déclenché un débat national sur les droits syndicaux, alors que les républicains tentaient de cibler les groupements ouvriers pour diminuer les dépenses publiques.

    Mais les dirigeants syndicaux américains ont promis d'utiliser l'affront du Wisconsin pour motiver leurs troupes et lancer une intense contre-attaque à l'endroit du Parti républicain à l'occasion des élections nationales de 2012.

    Des dizaines de fermiers montés sur leurs tracteurs se sont joints aux manifestants, samedi. Ils se sont attirés les cris d'encouragement de la foule en brandissant des affiches qui affirmaient qu'ils «plantaient les graines pour une saison qui comptera plusieurs destitutions».

    La Maison-Blanche est prudente


    Jusqu'à maintenant, toutefois, la Maison-Blanche a gardé ses distances et aucun de ses représentants ne s'est rendu à Madison, la capitale du Wisconsin, ou dans tout autre État aux prises avec une crise des relations de travail semblable. L'administration Obama n'a pas voulu s'impliquer dans ce débat, qui porte sur le pouvoir des syndicats lors du renouvellement de conventions collectives.

    Quelques chefs syndicaux se sont même plaints ouvertement du fait que Barack Obama ne semble pas vouloir se montrer solidaire des groupements ouvriers, une position qui constituait pourtant l'une de ses promesses de campagne.

    Les enjeux de ce débat sont importants, puisque le président Obama pourrait devoir faire face à une campagne présidentielle difficile en 2012.

    La nouvelle loi votée par les parlementaires du Wisconsin oblige les employés du secteur public à dépenser davantage pour leur régime de retraite et leur assurance-santé. Elle interdit aussi les négociations collectives pour quelque autre avantage que les salaires, et ce, jusqu'au taux d'inflation.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel