Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Transgenres dans l’armée: le gouvernement Trump saisit la justice

    Une manifestation à New York, le 26 juillet, peu après l'annonce de Donald Trump à l'effet que les transgenres ne pourraient plus servir dans l'armée américaine.
    Photo: Jewel Samad Agence France-Presse Une manifestation à New York, le 26 juillet, peu après l'annonce de Donald Trump à l'effet que les transgenres ne pourraient plus servir dans l'armée américaine.

    Washington — Le gouvernement du président Donald Trump a demandé à un tribunal fédéral d’empêcher le Pentagone de commencer l’embauche de recrues transgenres à partir du 1er janvier.

     

    Ce recours déposé mercredi soir par le ministère de la Justice est la dernière d’une série de mesures juridiques déployées depuis les tweets de Donald Trump, au mois de juillet, déclarant que les militaires transgenres ne pourraient plus servir « dans aucune capacité » dans l’armée américaine.

     

    Deux tribunaux fédéraux ont temporairement bloqué cette interdiction décrétée par le président américain et le Pentagone est censé commencer à accepter des recrues transgenres à partir du 1er janvier, conformément à la décision prise l’année dernière par l’administration de Barack Obama.

     

    Dans son recours, le ministère de la Justice demande que l’obligation faite au Pentagone d’accepter les recrues transgenres soit repoussée, le temps d’une décision en appel.

     

    « Contraindre l’armée à mettre en oeuvre une nouvelle politique de recrutement tout en menant simultanément une étude approfondie sur les personnels transgenres […] gaspillerait des ressources importantes et créerait une confusion inutile », avance le ministère de la Justice dans sa requête.

     

    Le Pentagone s’est refusé à tout commentaire.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.