Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Les tensions montent au Zimbabwe

    14 novembre 2017 22h14 | Actualités internationales
    Fanuel Jongwe - Agence France-Presse à Harare
    Reagan Mashavave - Agence France-Presse
    Ces événements surviennent au lendemain d’une mise en garde sans précédent du chef de l’armée, Constantino Chiwenga, à l’encontre du président Robert Mugabe.
    Photo: Jekesai Njikizana Agence France-Presse Ces événements surviennent au lendemain d’une mise en garde sans précédent du chef de l’armée, Constantino Chiwenga, à l’encontre du président Robert Mugabe.

    Le parti du président zimbabwéen Robert Mugabe a accusé mardi le chef de l’armée de « conduite relevant de la trahison » après que ce dernier eut adressé lundi une mise en garde sans précédent au chef de l’État.

     

    Dans un communiqué, le parti présidentiel, la Zanu-PF, affirme que les critiques du chef de l’armée, le général Constantino Chiwenga, étaient « clairement destinées à perturber la paix nationale [...] et démontrent une conduite relevant de la trahison de sa part étant donné que cela a été fait pour encourager au soulèvement ».

     

    Mardi, plusieurs chars en mouvement ont été vus près de la capitale, Harare, ajoutant au climat de tension et aux inquiétudes des habitants au lendemain d’une mise en garde sans précédent du chef de l’armée à l’encontre de Robert Mugabe.

     

    La raison de la présence de ce convoi n’était pas claire dans l’immédiat. Le porte-parole de l’armée n’était pas joignable pour le moment.

     
    Personne ne veut voir de coup d’État — et je ne dis pas qu’il va y en avoir un. Il n’est pas souhaitable que l’armée prenne le pouvoir. Cela donnera un coup d’arrêt à la démocratie.
    Gift Chimanikire, haut responsable du Mouvement pour le changement démocratique (MDC)
     

    Ces événements ajoutent à l’incertitude régnant dans le pays depuis la décision la semaine dernière du président Mugabe, 93 ans, de révoquer le vice-président Emmerson Mnangagwa, pourtant longtemps pressenti comme dauphin du président.

     

    M. Mnangagwa, 75 ans, a été humilié et démis de ses fonctions la semaine dernière et a fui le pays, après un bras de fer avec la première dame, Grace Mugabe, 52 ans. Figure controversée au tempérament de feu, Mme Mugabe compte de nombreux opposants au sein du parti et du gouvernement.

     

    Dans une mise en garde sans précédent, le chef de l’armée, le général Constantino Chiwenga, a dénoncé lundi l’éviction la semaine dernière du vice-président du pays et prévenu que l’armée pourrait « intervenir » si cette « purge » ne cessait pas au sein du parti présidentiel, la Zanu-PF, au pouvoir depuis l’indépendance en 1980.

     

    « La purge actuelle qui vise clairement les membres du parti qui ont été engagés dans la guerre d’indépendance doit cesser. [...] Nous devons rappeler à ceux qui sont derrière ces dangereuses manigances que lorsqu’il s’agit de protéger notre révolution, l’armée n’hésitera pas à intervenir », a martelé lundi le général Chiwenga.

     

    Ses déclarations semblent viser les efforts de plus en plus offensifs de Grace Mugabe pour se rapprocher du pouvoir et critiquer publiquement ses opposants, dont M. Mnangagwa. Avec l’éviction de ce dernier, elle se retrouve en position idéale pour succéder à son époux.

     

    À la tête depuis 37 ans d’un régime autoritaire et répressif, Mugabe a été investi par la Zanu-PF pour la présidentielle de 2018, malgré son grand âge et sa santé fragile.

     

    Crainte de coup d’État militaire

     

    Réagissant à la menace du chef de l’armée, le principal parti d’opposition zimbabwéen, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), s’est clairement positionné contre une prise du pouvoir des militaires.

     

    « Personne ne veut voir de coup d’État — et je ne dis pas qu’il va y en avoir un. Il n’est pas souhaitable que l’armée prenne le pouvoir. Cela donnera un coup d’arrêt à la démocratie, et ce n’est pas sain pour le pays », a déclaré à l’AFP un haut responsable du parti, Gift Chimanikire.

     

    La branche jeunesse de la Zanu-PF a également fait savoir dans un communiqué qu’elle s’opposait vivement à une prise de pouvoir de l’armée.

     

    Mardi à Harare, les rumeurs allaient bon train sur une possible révocation par Mugabe du chef de l’armée, qui est considéré comme un allié de M. Mnangagwa. Le général Chiwenga, 61 ans, et M. Mnangagwa ont tous deux été des figures majeures — tout comme Mugabe — de la lutte pour l’indépendance du Zimbabwe.

     

    M. Mnangagwa était vu comme l’un des lieutenants les plus fidèles de Mugabe, ayant travaillé à ses côtés depuis plus de 40 ans, et l’ex-vice-président entretient des liens étroits avec les militaires.

     

    Cette crise « marque une nouvelle étape alarmante dans la course à la succession » de Mugabe, a relevé l’analyste politique Alex Magaisa. « [Mugabe] a déjà par le passé demandé à l’armée de rester à l’écart de la course pour prendre la tête de la Zanu-PF. Son autorité sur l’armée n’a jamais été testée à ce point. S’il ne fait rien, cela pourra être interprété comme un signe de faiblesse. S’il intervient, cela pourrait déclencher une confrontation ouverte », souligne l’expert.

     

    Pour Shadrack Gutto, directeur du Centre African Renaissance Studies à l’Université d’Afrique du Sud, l’armée « n’acceptera pas Grace Mugabe comme présidente du Zimbabwe. [...] Nous sommes à un tournant majeur du Zimbabwe parce que Robert Mugabe est à moitié sénile », a jugé l’expert.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.