Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Pour sortir de sa bulle cette semaine: femmes, «Trumpcare» et décret antimigratoire 2.0

    Photo: iStock
    Comment sortir de ses propres ornières politiques et médiatiques quand on parle de Donald Trump? Ornières d'autant plus fortes à l’ère des réseaux sociaux et des algorithmes qui s’ajustent à nos opinions. À la manière de la série « Burst Your Bubble » du Guardian, Le Devoir vous propose trois textes pour sortir de votre bulle.

    Les textes choisis cette semaine viennent de la presse américaine et sont donc en anglais.



    Les femmes, au-delà du travail

    Les actions prévues dans le cadre de la Journée des femmes le 8 mars sont loin d’avoir fait l’unanimité. L’appel à la grève — le fameux mouvement «Without a Women» —, qui a mené des milliers de femmes à déserter leur emploi mercredi, s’est notamment attiré un important lot de critiques. Parmi celles-ci, notons entre autres celle d’Audrey Rabenberg, du magazine numérique conservateur The Federalist. Dans The Women’s Strike is a Self-Indulgent Day For Privileged Females, l’avocate de formation souligne que ce genre d’action renforce les inégalités qui existent déjà entre les femmes plutôt que de défendre les droits de la majorité. Plus encore, il oublie que bon nombre de femmes ne s’accomplissent pas — ou ne veulent pas s’accomplir — uniquement dans le travail.

    Extrait : «I am sick and tired of hearing that a woman is worthwhile because she, as a woman, adds something to “the boardroom” or that I, as a woman, am a better investor or that, as a woman, Judy would have been a particularly good doctor. None of these things is why women are worthwhile. If these productive capacities are what make women worthwhile, then some women must be considered worthless.»

    Traduction libre : « J'en ai marre d'entendre qu'une femme ne vaut quelque chose que parce qu'elle ajoute quelque chose dans "une salle de réunion" ou que, parce que je suis une femme, je suis un meilleur investisseur. Ou encore que Judy, parce qu'elle est une femme, aurait été un excellent docteur. Aucune de ces choses n'est la vraie raison pour laquelle les femmes valent la peine. Si ce sont ces capacités à produire quelque chose qui fait que les femmes sont intéressantes, plusieurs d'entre elles doivent être considérées comme sans valeur. »

    Lisez l’article



    Un autre but

    La réforme du système de santé proposée par Donald Trump pour remplacer l’Obamacare s’est attiré les foudres de plusieurs commentateurs politiques cette semaine, tant du côté démocrate que républicain. Et Jennifer Rubin, la voix conservatrice du Washington Post, ne fait pas exception. Dans un texte intitulé How Did the GOP Come Up With This Awful Health-Care Bill ?, cette dernière expose les nombreuses failles du « Trumpcare . Failles qui, selon elle, pourrait bien mener à ce que les conservateurs souhaitent réellement, à savoir la suppression d’une assurance santé universelle.

    Extrait : « Trumpcare may eke its way through the House but surely will meet its end in the Senate, leaving the House GOP with a vote for a rotten bill with which opponents can tar them in the next election. [...] Ironically, those voting to stop Trumpcare in the House and the Senate will be doing Trump’s base an immense favor — protecting them from a GOP plan that hits them hardest of all. »

    Traduction libre : « Le Trumpcare réussira peut-être à faire son chemin au-delà de la Chambre des représentants, mais il finira sans doute sa course au Sénat, laissant le Parti républicain aux prises avec un projet de loi pourri qui ne fait que la risée de ses adversaires. [...] Ironiquement, ceux qui voteront contre cette réforme risquent toutefois de faire une immense faveur aux partisans de Trump — les protégeant contre une réforme de la santé qui pourrait, ultimement, leur faire beaucoup de mal. »

    Lisez l’article



    Débat autour de l’immigration

    Le décret antimigratoire de Donald Trump a fait couler beaucoup d’encre au cours des dernières semaines. Et sa nouvelle mouture, présentée cette semaine, risque de continuer sur cette lancée. Pour souligner les divergences d’opinion qui sous-tendent cet épineux dossier, The Atlantic propose cette semaine un long débat épistolaire entre son éditorialiste néoconservateur David Frum et un de ses analystes politiques, Conor Friedersdorf.

    Extrait : « None of those men won the applause of actual open-borders advocates. And yet, many conclude that because they didn't preside over a border wall or mass deportations from the interior, they must have a secret ideological preference for open borders. »

    Traduction libre : « Aucun de ces hommes n'a été applaudi par les défenseurs des frontières ouvertes. Mais pourtant, beaucoup d'entre eux ont conclu que, parce qu'ils ne faisaient pas la promotion de la construction d'un mur frontalier ou les expulsions de masse, ils ont nécessairement un penchant naturel pour l'ouverture des frontières. »

    Lisez l’article



    Bonus : Pourquoi la bulle ?

    Il n’est pas toujours évident d’être exposé à une opinion diamétralement opposée à la nôtre. A fortiori à une époque où de puissants algorithmes effectuent un tri dans nos lectures quotidiennes, sans qu’on y prête une attention particulière. Pour palier ce problème, de plus en plus de médias — dont plusieurs ont été répertoriés par Amanda Hess dans un récent article du New York Times — proposent aujourd’hui des lectures alternatives. Tirés en grande partie de la presse conservatrice, ces derniers tentent de mettre certains sujets en perspective, histoire de sortir de cette fameuse « bulle ».

    Extrait : « But now our bubbles are being blamed for leading us toward the most divisive presidency in recent memory, and suddenly, the bubble doesn’t feel so inviting anymore. So media and tech companies are pivoting, selling us a whole suite of offerings aimed at bursting the bubbles they helped to create. »

    Traduction libre : « Mais alors que cette bulle semble nous avoir menés à l'une des présidences les plus controversées de notre histoire récente, elle n'apparaît plus aussi séduisante qu'auparavant. C'est ce qui explique pourquoi les médias et les entreprises technologiques prennent maintenant un virage et tentent de percer cette bulle qu'ils ont eux-mêmes contribué à créer. »

    Lisez l’article












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.